Dragon Ball : Fusions

27 févr. 2017
Testé par sur
Disponible sur
4

Une réaction nucléaire

Après un démarrage faiblard basé sur un système de combat de prime abord simpliste (pierre / feuille / ciseaux) Dragon Ball : Fusions augmente rapidement son rythme. Le recrutement de nouveaux joueurs, leur ordre de combat ainsi que le déblocage de nouvelles capacités et attaques dévoilent la profondeur du jeu que l'on peut facilement comparer à un épisode de la série Pokemon. Nul besoin de connaitre parfaitement la série animée d'Akira Toriyama (San) pour profiter du jeu car les époques sont mélangées. Le novice découvrira les personnages tandis que le connaisseur versera une larmichette en rencontrant ses préférés. Le système de combat incluant des contre-attaques, ricochets, blocages et qui parfois même applique des contraintes de victoire hyper dynamiques, c'est là tout le sel de cette cartouche. Au final, malgré son absence de scénario c'est le titre à posséder absolument pour tout fan et à essayer impérativement si vous disposez d'une 3DS.

Namco et Bandai récidivent sur 3DS avec la sortie européenne de Dragon Ball : Fusions. Les fusions de tous genres et les extraits des versions japonaises et américaines ne cessent de vous aguicher depuis depuis des mois ? Votre patience est récompensée car ce que vous avez pu voir du jeu n'est qu'une partie de cet excellent action / RPG.

L'histoire

Le scénario tient en une cinématique de quelques secondes. Elle vous explique que vous-même, du moins votre avatar, et Piniji, un camarade, trouvent la dernière boule de cristal capable de faire apparaître le dragon sacré Shenron. Vous lui demandez alors d'organiser le tournoi ultime qui permettra de réunir tous les combattants des univers de Dragon Ball, toutes époques et séries confondues, afin d'en déterminer le champion. Vous voila donc propulsé en quelques secondes dans un monde où vous rencontrez en premier lieu Bulma dans son infirmerie, lieu de sécurité d'où vous pouvez sauvegarder et manipuler vos personnages. Elle vous explique que pour participer au tournoi vous devez réunir une équipe de cinq combattants. Le fan se réjouit d'être aussitôt plongé dans cet univers connu mais la surprise n'en reste pas là car les secondes suivantes vous combattez Raditz accompagné de Goten et Trunks. Vous ne vous arrêtez jamais de baigner dans les séries Dragon Ball de par ses personnages mais aussi ses lieux cultes.

Ce multivers donne parfois lieu à des incohérences mais aussi à des situations inédites vous faisant bénéficier d'une histoire originale, et pourquoi pas le début d'une nouvelle branche ? Le fait de mêler les séries, tout en offrant une multitude de quêtes annexes qui permettent de pousser encore plus loin l'expérience, ne renie en rien les animés. En effet, à aucun moment un fait avéré n'est remis en question. De plus, cette expérience, fraîche et nouvelle, vous permet de ne pas avoir à rejouer éternellement comme, par exemple, l'arrivée des cyborgs sur Terre ou tout autre moment clé de l'animé. Considérez l'expérience Dragon Ball : Fusions comme un grand cocktail des différentes chronologies de Dragon Ball dont il ressort une multitude de nouvelles aventures.

L'ordre des joueurs, la forme de l'arène et les possibilités rendent chaque combat unique.

Le principe

Dragon Ball : Fusions est un jeu, telle la série des Pokemons, où il faudra collectionner vos guerriers en les recrutant avant de pouvoir les incarner en combat. Si vous parvenez à placer "Pokeball" dans la phrase précédente alors vous aurez une idée plus précise de ce qui suit. Le recrutement se déroule de deux manières : certains adversaires se rallient à votre cause suite à certaines quêtes, alors que les autres devront être assommés pour entendre raison. Les combattants repérés par une étoile doivent être battus par un coup spécial déclenché au bon niveau de remplissage de la barre des maxi-fusions.

Les maxi-fusions ? Parlons-en mais auparavant sachez que le jeu dispose de plusieurs types de fusions, ce qui en constitue son intérêt principal. Le premier type, les fusions classiques, ne peuvent être effectuées que par des membres de la même équipe et ce pour certains duos connus, comme Goten et Trunks. Comme dans l'animé, elles se font suite à une danse des Metamols (filmez-vous avec un ami la dansant et envoyez-nous le résultat sur le twitter du site). Ensuite viennent les fusions dites "EX", à la durée illimitée, qui s'effectuent à l'aide d'un bracelet spécial. Vous les créez depuis votre repère grâce à votre ordinateur depuis deux personnages compatibles. Vous ne devez alors garder que trois techniques parmi celles des fusionnés. Inutile de vous dire que les possibilités de personnages vont grandissantes et que les combats n'en sont que plus intéressants. Viennent alors les Maxi-Fusions, temporaires mais extrêmement puissantes, qui mêlent les cinq personnages de votre équipe et ne se déclenchent qu'après remplissage à la moitié de la jauge prévue à cet effet. Les développeurs n'ont pas prévu de prendre la tête et le tronc de celui qui déclenche la fusion puis un membre (bras ou jambe) de chaque autre protagoniste, ce qui n'aurait eu que peu d'intérêt. Au lieu de cela le personnage fusionné reprend les traits principaux du guerrier qui provoque la maxi-fusion, ceci n'enlève rien à son charme mais rend la chose un peu moins excitante.

Le gameplay de Dragon Ball : Fusions apporte également son lot de tonus, car plutôt que d'assister à un combat au tour par tour des plus classiques les développeurs ont préféré vous mettre à disposition pléthore de paramètres à prendre en compte. Tout d'abord l'ordre d'attaque est défini par une barre sur laquelle défile la tête des guerriers : certains allant plus vite que d'autres l'ordre établi est sans cesse modifié. De plus, les personnages bougent sur la carte au fil des attaques et défenses. Vous pouvez envoyer un adversaire vers votre allié pour une attaque à plusieurs, tenter de le sortir du ring (ce qui peut lui être éliminatoire), ou encore le propulser vers un de ses coéquipiers pour leur infliger à tous deux des dégâts. Notez que les équipiers dont l'ordre se suit attaquent simultanément, ce qui peut asphyxier l'équipe adverse lorsque vous gérez convenablement les notions de tour de jeu et de positionnement. Le résultat est haletant, surtout lorsque l'on s'attend à du "tour par tour" traditionnel.

Vous pouvez également tenter de bloquer les attaques adverses en devinant l'angle des coups qui vous arrivent dessus pour vous en protéger. Cela amoindrit son impact, ceci fonctionnant pour le corps à corps, les attaques bloquées de type Kamehameha provoqueront une réplique de même acabit pour un défi de martèlement de touche afin d'en connaitre le gagnant dans la plus pure tradition Dragon Ball.

La création de votre joueur, dans la plus pure tradition du genre, se fera parmi plusieurs races.

Le multi

Le mode multijoueur n'est pas désagréable en soi mais ne représente pas une extension réelle du jeu. En effet, vous ne pourrez pas parcourir l'aventure à plusieurs, ce qui aurait été démentiel. La seule possibilité est d'affronter les équipes adverses en ligne. Notez que c'est déjà intéressant et augmentera d'un nombre substantiel d'heures de jeu votre cartouche.

Seul point regrettable : les matchs sont un peu longs à mettre en place. L'existence de ce mode incite à gonfler vos personnages au possible afin de mettre un maximum de pattés.

Connaitre le rapport des personnages aux autres ne vous apportera rien.

Pour qui ?

Le jeu émouvra forcément les amateurs de la série car interagir avec ses personnages réveillera en chacun de bons souvenirs pour peu que vous vous détachiez des incohérences rencontrées ça et là. Les puristes s'en trouveront donc un peu agacés mais l'intérêt général du jeu fait facilement passer le cap. Quant aux novices, ils ont tout à gagner à parcourir l'aventure principale car ils découvrent non pas un une partie des Dragon Ball mais ont la chance de voir en une fois Dragon Ball, GT, Z, Super... Cela peut même les amener à découvrir les autres oeuvre d'Akira Toriyama telles que Dr Slump !

D'une manière générale le jeu est pour... tout le monde. Cela peut sembler facile de ne pas mieux vous conseiller mais que vous soyez amateurs de la série ou non, fan des Pokémon, Fire Emblem, Tokyo Mirage Sessions #FE, habitué des actions / RPG ou tous ceux qui veulent s'essayer au genre sachez que Dragon Ball : Fusions est un bon jeu à la portée de tous.

La fusion est au coeur du jeu, comme son titre l'indique, et le rend incontournable.

L'anecdote

Il est délicat de trouver une anecdote tant il y a de surprises dans Dragon Ball : Fusions. Imaginez la surprise lorsque Tortue Génial vous prodigue un entrainement ! Une anecdote à double tranchant est de trouver un personnage puissant, comme Bardock, trop tôt dans le jeu car même si cela vous facilite grandement la tâche, voila qui entraîne un déséquilibre certain dans les combats.

Au final, je préfère évoquer le temps passé sur le mode "Photo-Fusion", qui utilise l'appareil photo de la 3DS. Vous pouvez prendre en photo votre visage ainsi que celui d'un ami, le jeu les applique sur deux personnages que vous choisissez de fusionner. Vous obtenez ainsi un guerrier unique dont le visage sera composé de la moitié de chacune de vos photos. Un indice de puissance sera faussement calculé pour rendre la chose amusante.

Ce mode vous occupe lors des réunions familiales, lorsque les dames s'amusent de leur côté à appliquer entre elles des filtres SnapChat. Ainsi vous n'êtes plus l’asocial qui joue à la 3DS dans son coin, mais celui qui prend les gens en photo pour en faire des fusions Dragon Ball. Vu comme cela, ce n'est pas beaucoup mieux mais il y a un pas fait dans le bon sens.
Les Plus
  • Le monde Toriyama est bien exploité, les personnages sont nombreux !
  • Les combats sont nerveux et renouvellent un peu le genre
  • Possibilité de mettre votre photo et celle d'un ami lors de fusions en mode Photo-fusion
  • Long et addictif à souhait
  • La musique n'a pas été mise de côté
  • Les systèmes de fusions
Les Moins
  • Le scénario anecdotique, oubliable, inexistant... Quel scénario ?
  • Il est parfois fastidieux de savoir comment avancer dans l'aventure