Odin Sphere Leifthrasir

29 juin 2016
Testé par sur
Disponible sur
4

Un grand jeu sur Vita

Sur PlayStation 4, Odin Sphere : Leifthrasir poserait quelques questions, notamment au regard de sa structure et de son principe inévitablement répétitif (une habitude chez Vanillaware). Mais sur Vita, il balaye ces soucis d'un revers de cartouche. Parfaitement adapté au format mobile, le titre est aussi un peu plus intrigant et plus rythmé que le déjà excellent Dragon's Crown. Finalement, nous tenons là l'un des meilleurs titres de l'année, et probablement le meilleur sur la portable de SONY.

Il y a 8 ans, Odin Sphere popularisait en France des japonais atypiques : Vanillaware. Spécialisé dans la 2D "pêchue", le studio s'est fait une réputation à coup de jeux aussi somptueux que réussis (Muramasa ou Dragon's Crown). En 2016, il était temps de donner une seconde jeunesse à Odin Sphere, et c'est le cas avec Leifthrasir.

L'histoire

Une chose saute aux yeux : Odin Sphere semble être né pour le format mobile. C'est une évidence. Nous racontant les trajectoires de cinq protagonistes, le titre suit une narration déstructurée qui dévoile l'histoire petit à petit. Toutefois, si le principe est en soi répétitif (considérez qu'il faudra refaire l'aventure cinq fois pour avoir l'ensemble des réponses à vos questions), le procédé est à la fois plus intrigant et plus subtil que dans Dragon's Crown (par exemple). Toujours est-il qu'Odin Sphere a particulièrement bien traversé les années, profitant de quelques ajustements pour affiner encore plus un rythme qui ne propose que quelques bribes de dialogues entre deux phases de gameplay. Heureusement vu le principe.

Traduite en français, l'histoire d'Odin Sphere a un côté tragique qui est loin d'être ridicule.

L'emballage

L'autre bonne surprise, c'est sans conteste la qualité de cette refonte. Là encore, le titre tire pleinement profit de la portable de SONY. Les graphismes sont magnifiques et n'ont pas grand chose à envier à ceux de Dragon's Crown, et Leifthrasir ne bronche presque jamais. En une quarantaine d'heures, moins de dix passages ont laissé entrevoir des ralentissements. Autant vous dire que cette version Vita, compte tenu de la structure du jeu, se révèle être la mouture à posséder absolument.

Dans cette version, les personnages se démarquent encore un peu plus les uns des autres.

Le principe

Comme dit précédemment, Leifthrasir propose cinq héros pour autant de styles de jeu différents. Dans les faits, chaque aventure est constituée de sept chapitres à parcourir (le dénouement étant à part). Les donjons sont faits de salles refermant aussi bien des trésors que de la nourriture ou des ennemis, et c'est souvent à vous qu'il incombe de prioriser telle ou telle portion de donjon en vue d'améliorer ou non votre personnage.

Car Odin Sphere base en grande partie le système d'évolution des personnages sur la nourriture. Durant votre périple, vous récupérez des aliments ou des graines à faire pousser. Une fois les ingrédients en votre possession, libre à vous de créer des potions en faisant de l'alchimie, de manger des fruits pour recouvrer de la vie (et glaner quelques points d'expérience au passage) ou de donner vos ressources à un cuisinier ambulant afin qu'il vous fasse des mets de choix. Coûteux, ces derniers sont d'ailleurs le meilleur moyen d'évoluer rapidement.

Et ce n'est pas de trop pour affronter les salves d'ennemis qui vous défient, et en particulier les boss gigantesques présents ici et là. Basé sur l'action, le gameplay vous laisse maître de vos mouvements et de vos compétences. Globalement, Odin Sphere brille par sa capacité à allier complexité et accessibilité. De ce point de vue, les ajustements de ce remake font plaisir : avec des dizaines de compétences en plus et son système d'esprit à récupérer après les combats, le jeu gagne en diversité et en dynamisme. Ainsi, les protagonistes se distinguent encore un peu plus les uns des autres.

Seule contrepartie : le jeu devient plus simple, et il faudra attendre le gameplay atypique d'Oswald pour que l'aventure se corse un peu. Ce n'est pas un mal quand on sait que le jeu d'origine comportait son lot de passages frustrants. Mais que les joueurs en quête de challenge se rassurent : Odin Sphere dispose aussi d'un mode classique s'apparentant au jeu PlayStation 2, et des difficultés annexes sont également présentes pour les amoureux de la nouvelle mouture.

Les phozons absorbés sont utiles pour faire pousser des graines ou pour améliorer les compétences.

Pour qui ?

Autant être clair : si vous avez une Vita, Leifthrasir est assurément le jeu à posséder cette année. Il brille par son équilibre et sa propension à satisfaire véritablement tout le monde. Plus important encore, il se place comme porte étendard d'une console que l'on a parfois tendance à mettre de côté rapidement. Loin des jeux trop atypiques et autres "japoniaiseries" boudées par certains, Odin Sphere est avant tout un grand jeu parfaitement adapté à la console de SONY.

Parfois imposants, les boss sont réussis.

L'anecdote

Si Leifthrasir devient plus difficile à partir du deuxième tiers, c'est aussi parce que le joueur joue un peu plus avec le feu. Ainsi, les trophées apportent un challenge bienvenu et certains d'entre eux nécessitent de monter de niveau ou de déguster toutes les recettes du jeu. De ce fait, ceux qui aiment les défis tenteront parfois de conserver tel ingrédient pour confectionner un plat spécifique, alors qu'ils pourraient l'utiliser pour un déjà goûté. Mais que voulez vous... qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour un strudel aux fruits et aux noix !
Les Plus
  • Un équilibre imparable
  • Une ambiance et une histoire qui font la différence
  • Un système de jeu d'une rare profondeur
  • Magnifique et fluide
  • Deux versions présentes
  • Des ajustements qui bonifient vraiment le jeu d'origine
  • Parfait sur Vita
  • La cross-save pour ceux que ça intéresse
Les Moins
  • Sur PlayStation 4, la structure du jeu peut poser problème et le rendre répétitif
  • Avec des textes en français !