Mad Tracks : monté sur ressorts

17 févr. 2006
Testé par sur
Disponible sur
3

Tout en gardant l’esprit des références auxquelles on pense en premier lorsqu’on essaye Mad Tracks, vous en notez de nouvelles au fil du jeu. Les mini jeux évoquent les Monkey Ball, et le fait que la vue ne soit pas au dessus de la voiture adoucit la maniabilité de ce titre qui se veut avant tout grand public et fun. La simplicité qui se dégage de ce titre est très appréciable, et même s’il n’est pas exempt de défauts, on en fera facilement abstraction tellement il nous prend vite dans son engrenage. De plus, son prix de vente quasi-dérisoire détruit les malheureuses excuses cherchées pour ne pas en profiter. N'attendez plus, craquez !

Directement inspiré de titres aussi énormes que MicroMachines V3 ou Trackmania, Mad Tracks vous propose de piloter des voitures à friction sur des circuits insolites situés dans des lieux de tous les jours. A l’instar de ses aînés, le soft nous promet une grosse dose de fun. Est-ce suffisant pour qu’il se fasse une renommée dans ce genre déjà bien fourni en succès planétaires ?

Des tracés pour le moins originaux

Un véritable challenge

En arrivant sur un menu qui fleure bon la simplicité, et rappelle outrageusement celui de Fun Tracks, vous pouvez choisir de débloquer les circuits via un mode "aventure". C'est par là que nous allons commencer. Lors de la création de votre profil, il vous est demandé en plus d’un niveau de difficulté une nationalité parmi trois proposées. Mis à part de pouvoir utiliser 3 types de voitures, cela implique de retenter les épreuves sous un drapeau différent. Voila déjà un bon point qui devrait en ajouter à la durée de vie du logiciel. De plus, il est imposé de finir les épreuves à une place donnée pour accéder aux suivantes. Ces épreuves, la pépite du jeu, sont toutes plus folles les unes que les autres, et pour toutes les avoir, il vous faut cumuler un nombre important de médailles d’or (1ère place), ce qui n'est pas chose facile vu ce qui vous attend.

Les mini-jeux cassent le rythme du jeu de course et apportent un côté stratégique

Sur un air de Monkey Ball

Mad Tracks brille de par la diversité de ses épreuves. Vous passez aisément d’une course palpitante à un billard où il faut gêner votre adversaire tout en rentrant vos boules. D’autres mini jeux sont de la partie : mini golf, baby foot, football sur banquise, mais ça ne s’arrête pas là. Certains niveaux vous entrainent haut et loin pour mieux viser un point en descendant, ou encore escalader une pente glissante alors que bon nombre d’objets tombent du sommet. Le titre atteint son apogée lorsque vous êtes contre 7 concurrents et devez rester le dernier en lice sur la table de cuisine. Les bonnes idées pleuvent : sortir d’un puits avant que l’eau ne vous rattrape, jouer aux quilles sur de la glace, courses de descente qui mériteraient l'utilisation d'un bobsleigh. Vertigineux ! Le jeu change régulièrement de registre et relance sans cesse l'intérêt du mode "aventure" où d'une course gagnée vous débloquez un mini jeux qui débloquera une course... Et ainsi de suite. Et vous allez voir qu'il n'y a pas de monotonie dans le championnat, loin de là.

N'utilisez pas de propulseur en haut de la montée sous peine de vous envoler loin, très loin.

Echange Medipack contre bain d'huile

Bien entendu les options sont de la partie, ainsi les coups bas fusent, que ce soit dans les courses ou dans les jeux proposés. Et justement, lorsqu’au football un but est évité de justesse par la roquette de la dernière chance, c’est l’effusion de joie, ou des cris d’énervement, au choix. Mais quoi qu’il en soit, la mayonnaise prend, et ces bonus donnent une tout autre dimension au titre. Par exemple, les fusées peuvent être utilisées dans les airs, ce qui donnent un second saut en quelque sorte, très utile lors des épreuves où il faudra atterrir le au centre de la cible. On leur trouve sans cesse de nouvelles utilisations, de ce fait les niveaux gagnent en intérêt au fur et à mesure que vous les repassez. L’IA hélas ne gère pas très bien ces bonus, ainsi on verra pousser des taches d’huile un peu partout sauf aux points cruciaux, ce qui enlève beaucoup de difficulté au jeu en mode solo, et l'on se retrouve dans une jungle sans merci lorsqu'on affronte des humains.

Voila une course dite "bobsleigh" : la jauge du ressort disparait.

On ne change pas une équipe qui gagne

La maniabilité est vraiment bonne, d’une simplicité absolue elle permet de prendre en main les véhicules immédiatement. La subtilité dans la conduite se situe dans le système de propulsion : un ressort se tend de plus en plus pour faire avancer votre voiture. Il faut relâcher l’accélérateur de 2 à 5 secondes pour le laisser reprendre sa forme initiale sous peine de rester sur place et perdre un temps précieux. Bien que ce système soit intéressant dans son concept, il est hélas inutilisé. En effet, dans la partie solo vous ne serez que très rarement en danger de panne sèche. Des bonus permettent de retendre le ressort, tuant du coup dans l'oeuf cette bonne idée. Cela efface donc tout ce côté stratégique dans la course qui aurait surement pallié au manque de vitesse que l'on peut constater dans les circuits standards. Les courses les plus rapides sont celles qui sont tout en descente. Ici, le ressort est tendu presque dès le départ et il faut jouer avec votre vitesse acquise et la manière dont vous prenez les virages, c'est à dire à la parallèle du sol.

Cetains décors sont pour le moins vides.

Une réalisation sommaire

Graphiquement agréable, Mad Tracks pêche par le manque de détail des voitures et par l’effet de vide qui ressort des décors. Les circuits sont tout de même bien modélisés et l’on reconnaît au premier coup d’oeil l’univers dans lequel on se trouve. Les tracés, quant à eux, sont finement travaillés, du moins dans les courses de vitesse, qui hélas manquent à l’appel. Les looping et autres joyeusetés de ce genre ne sont pas légion et l’on s’écarte de plus en plus au fil du jeu d’un Trackmania, mais ce qui n’empêche pas d’avoir des circuits originaux avec des passages délicats. L’angle de vue de ¾ arrière s’adapte tout à fait à toutes les situations et la distance de vue réglable permet d’apprécier ou d’appréhender tous les éléments du décor, ce qui nous distance aussi des MicroMachines. La faible configuration demandée fait que le titre s’exécutera très correctement sur toutes les machines, personne ne sera exclu lors des LAN entre copains, où un seul CD suffi à vous affronter jusqu’à 8 en réseau (4 en écran partagé). Justement, le réseau est le terrain de prédilection de Mad Tracks, il est juste dommageable de ne pas avoir de système d’explorateur pour les parties internet.
Les Plus
  • Un jeu simple où le fun reste l'objectif principal et parfaitement atteint
  • Les circuits sont originaux et certains demandent une vraie maîtrise
  • L'intérêt est sans cesse relancé par les mini-jeux
  • Le prix est mini : moins de 30€
  • Même s'il n'est pas parfait, on y joue avec grand plaisir
Les Moins
  • L'IA peine un peu
  • La difficulté est mal dosée
  • Les décors sont parfois un peu vide