Mouse Trophy : quand Micro App est là, les souris dansent

19 oct. 2004
Rédigé par Gamatomic
Prévu sur

Même si Micro Application continue son émancipation dans le domaine du jeu vidéo, en étoffant de plus en plus souvent son catalogue avec des titres importants, l'éditeur français reste toujours très attaché aux produits plus modestes. Il arrive même quelques fois que ces petits jeux sans prétention soient une bonne surprise. Voyons tout de suite si ça pourra être le cas avec ce Mouse Trophy pour le moins intriguant.

Des antécédents difficiles

Il y a des jeux qui partent mal dans la vie. Prenons Mouse Trophy par exemple. D’abord il est développé par Neko Entertainment, un obscur petit développeur français, basé à Montreuil (dans le 93 donc) et dont les principaux jeux sont l’adaptation de Charlie’s Angels sur consoles et quelques Adibou sur PS1. Leur dernier jeu est Cocoto, un jeu de plateformes pour enfants sorti en juin sur PS2, dont à peu près personne n’a entendu parler. En plus, Mouse Trophy est édité par Micro Application. Mais si, Micro Application. Vous ne voyez vraiment pas ? "Vos cartes de vœux en deux clics", "Apprenez le morphing en 8 minutes", "Votre DVDthèque multimédia facile", "49 jeux de cartes pour passer l’hiver sans trop se faire chier" ? Non ? Les étalages entiers de boîtes bleues, blanches, en plastique et pas chères, cachées derrières les "vrais" softs au rayon Informatique de la FNAC ? Voilà, c’est eux. Sauf que maintenant qu’ils éditent aussi des jeux, comme les extensions pour Anarchy Online, ou Xpand Rally (très bientôt en test), le jeu de bagnoles de Crytek. Alors oui, en se basant uniquement sur son pedigree, on se dit que c’est pas vraiment gagné d’avance pour le petit Mouse Trophy.
 

Un concept rigolo

En y jouant pour de vrai, ça s’arrange un peu, mais pas trop. Mouse Trophy est un petit jeu de puzzle où l’on fait naviguer une équipe de rongeurs (rat, souris, écureuil, lapin, fouine) dans des labyrinthes, d’un point A à un point Ouf. Car il s’agit en fait d’une espèce de lemmings "light", avec des abrutis de rongeurs qui passent leur temps à se balader nonchalamment sans vraiment faire attention où ils posent les pattes. Et spooooing fait le ressort de la tapette mortelle, et splaaaatch fait la massue rigolote, et shouuuuu fait le ventilateur joueur. Pour sauver ces abrutis de rongeurs, on dispose d’une série d’outils limités : des morceaux de fromage pour les attirer, des "boîtes à miaulement" pour les repousser, des piques électriques pour les faire accélérer, et notre bon vieux doigt (en nombre limité s’il vous plaît) pour les retenir. Bref, avec une réalisation qui suit, ça aurait pu être le parfait jeu "amuse-bouche". Malheureusement, ça suit moyen.
 

Une technique moins drôle

En mettant le CD dans le lecteur, et au vu des origines du jeu, on se doute bien que l’on ne va pas avoir affaire à un de ces softs qui laissent techniquement sur le cul. On est pas déçu : graphiquement c’est très moyen, pas très varié et surtout sans aucun charme. Quant à l’aspect sonore, il est juste correct. Mais, plus gênant pour ce type de jeu, l’interface ne suit pas non plus, et s’avère même problématique : les touches sont mal configurées par défaut (la molette change d’item et ne contrôle pas le zoom caméra par exemple) et ne sont pas reconfigurables, la caméra se positionne parfois sur un rongeur acrobate alors qu’un autre est à deux doigts d’une tapette, et tout ça n’est pas fluide, pas agréable à prendre en main. Le jeu est parfois assez frustrant : le nombre d’items étant en nombre limité, il arrive que l’on se retrouve sans boîte à miaulement salvatrice au moment où un rongeur se dirige en ligne droite vers une grosse tapette bien visible (chut). Autant dire que ça énerve.
 

Des efforts à confirmer

En l’état donc, Mouse Trophy semble à éviter, même à petit prix (tip technique : les boîtes Micro Application rouge sont des jeux à petits prix, genre 15 €). Dommage parce que le genre "puzzle fun" est sous-représenté, et que le concept des rongeurs est vraiment sympa. On peut même choisir son équipe parmi un pool de rats, chacun doté de caractéristiques (inutiles, cela va sans dire), qui progressent en expérience au fil des niveaux (inutile aussi, d’ailleurs). Mais bon, le jeu est très vite frustrant (dès le 5ème / 6ème niveau, en fait) et mal réalisé. Dommage, vraiment, car on devine derrière ces abrutis de rongeurs un je-ne-sais-quoi qui pourrait être attachant. Nous verrons bien si d'ici la sortie les plus gros défauts auront pu être corrigés à temps.

Pour vous faire une idée tout seul, téléchargez donc la démo qui se cache juste derrière ce lien.