Chat avec Benoît Sokal sur JV.com

11 mars 2004

Écrit par

A l'occasion de la sortie toute proche de Syberia II sur PC - le 15 avril - le site JV.com a organisé un chat avec Benoît Sokal. Le talentueux bonhomme parle bien entendu de son prochain jeu mais aussi du suivant, Lost Paradise, et donne son opinion sur le milieu vidéoludique en général. Le compte rendu complet de l'évènement est disponible sur le forum officiel des nouvelles aventures de Kate Walker. Nous vous proposons les extraits les plus intéressants ci-dessous.

    Syberia II s’apparente presque à un film. As-tu fait un travail important sur la vidéo pour ce jeu ?
    Bien sûr. J´ai dessiné tous les story-boards et j´ai visionné et corrigé avec les animateurs chaque séquence d´animation. Personnellement, ça ne me dérange pas d´osciller entre le livre, le jeu et le film. C´est ce mélange des genre qui fait le charme et la spécificité du jeu d´aventure.

    La démo de Syberia II propose une interface clavier qui semble très peu maniable : bugs de collision, dans les gros plans d’objets on ne peut déplacer le pointer qu’avec le clavier... Avez-vous ajouté cette option au dernier moment ? Pourquoi ne pas avoir opté pour un mélange des clavier, souris ?
    Pour ma part, je n´en vois pas l´intérêt. Je suis partisan de la souris pour ce type de jeu qui n´a pas la fluidité d´un jeu 3D temps réel. J´imagine que cette option est née du désir des gens du marketing qui, comme chacun sait, n´ont que des bonnes idées.

    Les jeux "point & click" sont-ils condamnés à brève échéance ? Ton prochain jeu utilisera t´il cette technologie ?
    Lost Paradise, oui... Mais le suivant, Aquarica, sera en 3D. L'intrigue de Lost Paradise se situe en Afrique. Mais ce n´est plus une aventure de Kate Walker. C´est le voyage d´une étrange jeune fille qui part à la recherche de son père. C´est une histoire très dramatique.

    Existe t’il une suprématie des Etats-Unis en matière de jeux d’aventure ? Quelle place les Européens peuvent ils espèrer conserver ?
    Je crois que pour cette "niche" particulière qu´est le jeu d´aventure, nous n´avons rien à craindre des Etats-Unis, bien au contraire. C´est de plus un type de jeu relativement peu onéreux par rapport à d´autres genres et les européens ont un background culturel non négligeable.