King Of Fighters 2002 : Le retour de la Horde

04 nov. 2005
Testé par sur
Disponible sur
3

Le retour d'Omega Rugal marque un tournant pour cet opus qui regroupe les team du passé, ainsi les adeptes du plus célèbre épisode, le KOF98, pourront se refaire la main sur cette nouvelle maniabilité que l'on trouvera un peu bourrin au début. Mais très vite le charme agit, et comme tous les KOF, on ne peut s'empêcher de penser toute la journée aux techniques que l'on va déployer plus tard. La bande son bien que composée de remixes d'anciennes musiques est hélas trop discrète, on ne retiendra que le rythme principal lors des combats. Par contre, les sons inimitables portent LA touche du jeu d'arcade, celle qui fait que dès les premiers coups, on frissone. De ce fait, KOF 2002 est vraiment un des tout meilleurs jeux de baston, alliant innovations du gameplay, une maniabilité exemplaire et cette ambiance unique qui ferait presque pleurer de joie. Il saura vous rendre fou lors des combats et vous aurez les mains moites au moment du cancel fatidique. A l'opposé de sa prise en main immédiate et son petit prix, tout mini, le fait qu'il ne soit pas vendu avec la version suivante comme nous avions l'habitude jusque là en forcera plus d'un à attendre sa suite, le très attendu KOF Neowave.

Il fut un temps où les consoles étaient de la taille d'un frigo et avalaient nos pièces de 5 Francs à vitesse grand V, on appelle ça une borne d'arcade. Effacées chez nous depuis longtemps par les consoles de salon, ces bornes restent néanmoins en activité de l'autre côté de la planète, offrant même une culture vidéoludique à part entière. Dessus nous assistions aux balbutiements de bon nombre de genres comme nous les connaissons actuellement mais restèrent au firmament du jeu de combat les King Of Fighters. Ces titres millésimés nous arrivent deux par deux sur PS2, mais cette fois KOF 2002 déroge à la règle et n'est pas accompagné de la version 2003. Version très complète ou arnaque commerciale ? Pour le savoir, il va falloir le payer en cloques, sur le pouce gauche.

Belles comme des roses, il y même les épines

La belle époque

Force est de constater que le temps où les bons jeux de baston grand public, que ce soit en 2D ou 3D, est révolu. Alors sur le devant de la scène reviennent les valeurs sûres, et ce tous les ans. Telles les monnaies de collection les versions deviennent collector et les millésimes apportent leur lot de changement. KOF 2002 nous arrive dépouillé de tout, sauf de l'essentiel : la rixe. Fini les modes de jeu prétextant un scénario tenant sur le bout d'une feuille à rouler, ici on va se battre, et à plusieurs de préférence. Le choix du mode 3 Vs 3 est de loin l'affrontement que préfèrent les hommes, les vrais, qui choisiront leurs combattants avec beaucoup de réflexion. Nous retrouverons les team KOF de 96 à 2002 pour notre plus grand plaisir, en ayant à l'esprit d'avoir le dernier combattant chargé au maximum, pour mettre toutes les chances de son côté, du moins c'est ce que beaucoup pratiquent. Ceux qui préféreront rusher à force de petits coups placés en traître se ficheront de savoir que les barres d'énergie placées en bas de l'écran leur permettront d'atteindre le karma suprême : le niveau 5, dévastateur. Ce niveau ne peut être atteint par vos deux premiers combattants, le premier s'arrêtant au niveau 3 et le deuxième au niveau 4, mais encore une fois c'est plus la confiance que vous porterez dans vos choix et la pratique des ennemis rencontrés qui prédominera et instinctivement vous lâcherez la bonne combinaison au bon moment, du moins, c'est ce que l'on souhaite tous, y compris votre adversaire.

Décor champêtre

Du neuf dans du vieux

L'apparition de nouvelles furies est toujours appréciée. Au nombre de deux par personne environ, elles sont essentielles au jeu. Dans cette version, il y aura de nouveaux coups à prendre en compte, ceux-ci se déclenchent lorsque vous serez en grande difficulté mais néanmoins en mode MAX. Celui-ci se déclenche une fois qu'au moins une des barres de puissance est pleine, vous aurez alors le droit durant un court laps de temps de lancer des attaques, esquives et contres spéciaux uniquement disponibles dans ce mode, sans entamer votre réserve de puissance. Tout ceci a pour but de casser le rythme pour mieux le relancer, ainsi inutile de vouloir enchaîner un 10 hits combo, quelques rounds perdus suffiront à vous faire comprendre la douleur d'une riposte de cet acabit. Avec au compteur plus de 40 personnages, qui demandent patience et efforts pour maîtriser pleinement ne serait-ce que 10 d'entre eux, KOF 2002 décidemment plus puriste que jamais, efface les mauvaises habitudes du passé comme les combinaisons de coups nécessitant une charge. Les combats s'en trouvent accélérés et les personnages modifiés de la sorte retrouvent une deuxième jeunesse, les plus charismatiques d'entre eux se voient même dotés de nouveaux coups spéciaux, augmentant leur puissance, donc il est beaucoup moins probable de trouver les combinaisons fort/faible, ou de sentir un combat gagné d'avance. Une fois que l'on comprend le système, les rounds peuvent se résumer de la manière suivante : je commence par quelques coups pour gonfler le power, puis une fois gonflé place aux coups spéciaux, super specials, furies, et au moment propice si besoin est les « emergency escape », vous permettant de quitter les positions les moins confortables. Il est par contre dommage de voir que certains personnages soient si soignés autant dans leurs déplacements que dans l'agencement de leurs coups, et que d'autres aient été gardés intact depuis la dernière version, cela fait vraiment contraste avec le rythme effréné des combats.

Et un contre un !

Retro-Geo

Impeccable dans le système de jeu, KOF 2002 est graphiquement très limite. Rebutant à coup sûr le joueur en quête d'une image moderne, il n'y a quasiment aucune évolution dans les décors, laissant la tentative de 3D de la version originelle au placard. On sait pourtant que les King Of Fighters sont dédiés aux fans du genre, et qu'il n'est nullement question de gros travail de ce côté-là. Mais les décors pixellisés sont un martyr pour les yeux de celui qui voudra profiter de la quintessence du jeu de baston 2D, se rapprochant plus d'un Capcom Vs SNK et même si ça fait hurler les puristes, force est de constater que leur bébé, incontestablement le plus complet dans le domaine, ne ressemble en rien à ce qui se fait depuis quelques années. Les stages sont très peu nombreux et sont en dessous de ce que l'on pouvait voir dans les derniers volets. L'équipe Coréenne chargée du portage est restée dans l'optique des joueurs du soleil levant, à savoir le combat, le combat et encore le combat. Marquant au passage un point de chauvinisme en n'améliorant que l'animation de leur chouchou, le dangereux Kim Kaph Wan (petite libellule bourrée). Le portage montre ses limites et la manette PS2, depuis longtemps décriée par les amateurs du genre, n'est pas pour autant à la limite de l'exploitation des nouvelles possibilités données par cette mouture, une fois la cloque du pouce percée comprenons nous bien. L'achat d'un périphérique adapté est à conseiller pour profiter pleinement de l'intensité des combats, mais ce n'est pas une news en soi : les jeux Neo-Geo ont toujours été mieux avec une manette du même nom, c'est ainsi, on ne refait pas le monde.
Les Plus
  • L'ambiance d'antan est là
  • Les nouveaux coups apportent une sorte de renouveau au style sans changer fondamentalement le jeu
  • Le retour des piliers des King Of Fighters
Les Moins
  • Les décors sont baveux
  • Ils auraient pu travailler l'animation de plus de personnages