Xenoblade Chronicles X

18 déc. 2015
Testé par sur
Disponible sur
4

Unique

Voici une ode au gigantisme et à la liberté. Rares sont les jeux à nous avoir offert un monde si exceptionnel. Xenoblade Chronicles X vous permet de parcourir Mira comme bon vous semble, d'utiliser les rochers pour profiter de la verticalité et explorer des contrées inconnues... En attendant de vous mouvoir dans vos robots. Mis en relation avec l'impression laissée par un danger omniprésent, ces éléments participent à une expérience unique. Et n'oublions pas la trame scénaristique, certes en toile de fond mais qui reste portée par des thématiques et des idées fortes. Assurément l'un des jeux de l'année, et l'un des plus grands titres de la Wii U. Dans tous les sens du terme !

Sur le papier, Xenoblade Chronicles X a tout d'un grand RPG qui ravira les plus superstitieux : la suite d'un des plus grands jeux de rôle de ces dernières années, une sortie sur une console un brin maudite, un technique qui impressionne... Mais qu'en est-il au final ?

L'histoire

Alors que la Terre est prise entre les feux extraterrestres, celle-ci se retrouve anéantie. Certains humains ont toutefois pu s'échapper de la planète grâce à des vaisseaux (quand ceux-ci n'ont pas été détruits durant leur fuite). La Grande Blanche est l'un d'entre eux et, après deux ans à errer dans l'espace, la bâtisse s'écrase sur une planète nommée Mira. Tandis que votre capsule est l'une des dernières à avoir été retrouvée intacte aux abords du site, Elma, une femme soldat, vient à votre rescousse. Sur le chemin vers le vaisseau mère dévasté, vous apprenez que vous allez devoir apprivoiser cette nouvelle planète et les créatures qui la peuplent. Alors que vous espérez retrouver des parties de la Grande Blanche durant vos premières missions, vous tomber nez-à-nez avec les extraterrestres du Ganglion, ceux qui ont justement amené la destruction de la Terre...

Bien qu'en retrait en comparaison de celui de Xenoblade Chronicles, le scénario de Xenoblade Chronicles X reste intéressant, en particulier si vous vous plongez dans l'analyse. Du rapport aux frontières à la confrontation entre organique et mécanique, certains thèmes chers à Tetsuya Takahashi (le créateur) sont présents. D'ailleurs, ce n'est certainement pas un hasard si la ville terrienne de Mira arbore le drapeau américain et est baptisée New Los Angeles... Globalement, le jeu s'écarte tout de même de la dynamique de son ancêtre de 2010, souvent plus près du rythme d'une série (il cumulait les rebondissements sensationnels) que de la narration habituelle des jeux de rôle. Pour sa part, Xenoblade Chronicles X fait souvent la part belle au gameplay et à la découverte.

Le scénario propose quand même quelques moments de bravoure.

Le principe

Car Mira est gigantesque. Les sensations liées aux premières heures sont d'ailleurs plutôt grisantes, laissant le joueur maître de l'exploration quitte à lui placer des bâtons dans les roues (nous y reviendrons plus tard). Globalement, Xenoblade Chronicles X reprend le principe de son prédécesseur, avec un système d'actions assignables (les Arts) et utilisables pendant les combats, et des créatures prédatrices visibles dans les environnements. Ainsi, il faut parfois prendre soin de les éviter, et il est rarement bon qu'une créature possédant quarante niveaux de plus que votre personnage vous aperçoive ou vous entende. Heureusement, les checkpoints sont nombreux et le jeu permet une nouvelle fois de conserver son expérience malgré la défaite. À noter, au passage, qu'il est aussi possible de sauvegarder à n'importe quel moment. Un cadeau qui n'est pas de trop et qui vous évitera souvent de longs voyages.

Pour ce qui est des nouveautés, le jeu base son exploration sur un système intitulé FrontierNav. Sur le GamePad de la console, la carte de Mira est divisée en hexagones. À vous de les explorer et de placer des sondes aux endroits appropriés. Ces dernières vous rapportent des ressources mais vous permettent aussi de vous déplacer instantanément sur la carte. Un point important compte tenu de la taille de la planète à parcourir. En explorant méticuleusement les différentes régions, vous pouvez alors vous rendre avec simplicité à tel ou tel endroit en vue de réaliser les quêtes annexes (parfois très longues ou éloignées). Les ressources récoltées grâce aux sondes vous permettent pour leur part d'acheter ou de développer de l'équipement.

En effet, Xenoblade Chronicles X multiplie les systèmes d'amélioration en tous genres. Il permet notamment de soutenir des industrie pour développer de l'équipement dans les magasins, mais aussi de sertir ces derniers à l'aide de matériaux récupérer sur le terrain. Évidemment, vous n'échappez pas non plus au système de classes et d'améliorations d'Arts. Ces actions que vous pouvez déclencher en plein combat peuvent, comme par le passé, être améliorées afin d'augmenter leur efficacité ou de réduire leur temps de chargement. Toutefois, il est possible de changer de classe pour changer les Arts et autres compétences passives assignables à votre personnage, le tout à votre convenance. Il vous faut alors gagner dix rangs pour maîtriser la classe en question et les actions qui lui correspondent.

Enfin, passé la trentaine d'heures de jeu, Xenoblade Chronicles X vous propose également d'acquérir des Skells, des méchas vous permettant de parcourir Mira avec plus de facilité. Plus important : l'arrivée de ces robots à cet instant du jeu donne à l'expérience un second souffle et procure des sensations inédites. En effet, jamais un jeu n'a aussi bien retranscrit l'importance d'armures métalliques, vous accordant une toute-puissance en quelque sorte synonyme de liberté. Rien que pour cela, Xenoblade Chronicles X est véritablement unique dans le paysage vidéoludique.

En rusant un peu (notamment grâce au relief et aux rochers), vous pouvez vraiment aller partout.

Les couacs

Toutes ces joyeusetés ne sont pas de trop pour progresser. En effet, Xenoblade Chronicles X n'est pas parfait et incorpore des choix difficilement compréhensibles - de prime abord du moins. Si certaines quêtes ont une difficulté farfelue, certains points plus anecdotiques en rendront certains complètement chèvres. C'est le cas, par exemple, de la gestion de votre équipe. Pour former celle-ci, vous pouvez aussi bien recruter des agents partout dans le monde que faire appel aux protagonistes liés au scénario. Certaines missions vous obligent d'ailleurs à utiliser tel ou tel personnage. Le souci, c'est qu'il vous faudra toujours trouver ces derniers dans New Los Angeles. Et si vous apprendrez au fur et à mesure où les trouver, les phases de recherche au début de l'aventure vous donneront envie de balancer votre gamepad par la fenêtre, bien aidé par la musique de la ville, un thème rock certes sympathique mais passant sans cesse en boucle. Enfin, sachez que certaines quêtes feraient péter une durite à n'importe qui. Par exemple : cette mission qui vous demande de récupérer trois objets apparaissant aléatoirement sur la carte, sur une portion de quelques dizaines de mètres carrés alors que la carte fait... 400 km² ! Évidemment, la zone en question n'est pas indiquée, donc bon courage.

En plus d'avoir des designs réussis, les Skells procurent des sensations assez géniales.

Le multi

Autant vous dire que vous aurez vite fait d'aller zieuter une soluce sur internet de temps en temps, à moins de tomber sur un message Miiverse salvateur. car à défaut d'un multijoueur réellement efficace, Xenoblade Chronicles X propose un aspect communautaire sympathique, avec des messages Miiverse apparaissant parfois à l'écran ou encore la possibilité d'observer les avatars d'autres joueurs. Sachez tout de même que le jeu vous propose, à chaque lancement, le type de partie que vous souhaitez (seul ou à plusieurs).

La carte vous permet de voir les ennemis mais aussi les trésors.

L'emballage

Autant être clair : Xenoblade Chronicles X est un monstre technique. Pour peu que vous puissiez installer les patchs de 15 GO (disponibles pour la version disque à la sortie du jeu), le jeu tournera comme un charme, presque dépourvu de temps de chargement à moins d'utiliser le déplacement rapide. Et si l'aspect graphique n'est pas en reste (le jeu n'aurait probablement pas pu voir le jour sur 360 ou PS3 sans concessions), l'esthétisme est également au rendez-vous. Certes, certains critiqueront le design des personnages, mais le fait qu'aucun ne se distingue des autres habitant de New L.A. renforce un peu l'immersion. Globalement, le gigantisme de Xenoblade Chronicles X participe forcément au ressenti du joueur, et rare sont les jeux nous ayant proposer un univers aussi extraordinaire et dense. Il faut voir certaines bêtes de plusieurs dizaines de mètres de haut se mouvoir au loin, ou venir boire au bord du lac près duquel vous vous trouvez. Unique.

Qu'importe si certaines textures mettent du temps à apparaître : le jeu est un régal pour les yeux.

Pour qui ?

Méfiance. Xenoblade Chronicles X ne conviendra pas forcément à ceux qui ont adoré le précédent volet. Cet épisode Wii U est beaucoup plus radical, bien plus orienté vers le monde persistant que vers l'histoire. Si cette dernière est bel et bien présente (en voyant la campagne de communication, il était légitime de se demander si le jeu serait vraiment scénarisé), Xenoblade Chronicles X fait avant tout la part belle à l'exploration et à la liberté. Toutefois, le jeu n'oublie pas de mettre des entraves au joueur, que ce soit à travers ses quêtes vous donnant parfois envie de vous cogner la tête contre une table ou sa gestion de la difficulté. En effet, Xenoblade Chronicles X n'est pas un jeu dans lequel il est simple de faire monter le niveau de son personnage, et il sera parfois plus simple d'user d'artifices (changement de classe, gestion optimale de l'équipement, etc.) pour équilibrer les chances.
Les Plus
  • Impressionnant sur le plan technique
  • Mira
  • L'impression d'être un homme sur une planète hostile
  • La discrétion, parfaitemennt calibrée
  • L'arrivée des Skells, parfaitement amenée en matière de ressenti
  • Un système de jeu particulièrement profond
  • Des musiques plutôt réussies
  • Un contenu gargantuesque
  • Un scénario tout de même présent
Les Moins
  • Certaines quêtes ou certains choix, à se tirer une balle (même si cela renforce la difficulté et l'aspect survie)
  • Un jeu exigeant et qui ne plaira donc pas à tout le monde
  • Des musiques qui ont tendance à tourner en boucle