Need For Speed

16 déc. 2015
Testé par sur
Disponible sur
3

Tout pour la course ! Enfin, presque...

Need For Speed est un jeu plutôt étrange. Uniquement dédié aux sensations, cet épisode est brut et fait honneur au nom de la franchise. Loin des préoccupations de notre temps (diversité à tout prix, etc.), le jeu mise tout sur la vitesse, au point de proposer un background délicieusement idiot. Toutefois, il est toujours regrettable que le titre ne se mette pas au niveau de la génération de consoles actuelles, avec un nombre d'images par seconde plus décent. Pour être honnête, ça noircit beaucoup le tableau. Vivement la version PC donc.

Ce n'est probablement pas un hasard si Need For Speed possède un titre on ne peut plus sobre : avec le succès du très bon film récemment sorti, il était temps de relancer la série une nouvelle fois, et ce à travers un énième reboot. Mais on commence à avoir l'habitude, diront les mauvaises langues...

L'emballage

Need For Speed profite d'un visuel plutôt léché, ce grâce à quelques artifices efficaces. Du filtre appliqué à l'image à l'omniprésence de routes mouillées, le jeu a un cachet visuel attrayant. D'ailleurs, les ambiances ne sont amenées que par la lumière, ce qui donne à Need For Speed des airs de Drive. Le fait de pouvoir parcourir la quasi intégralité du jeu avec un même véhicule (rassurez-vous d'autres sont présents) donne aussi à l'expérience un côté solitaire pas forcément déplaisant. Il est toutefois dommage que l'accent n'ait pas été mis sur les musiques. En effet, en dehors de quelques pistes percutantes elles sont finalement relativement passe-partout. De même, des caméras supplémentaires (et notamment une à l'intérieur des bolides) auraient été les bienvenues.

Need For Speed propose également des bribes de scénario. De prime abord, cela peut sembler poser problème. Très quelconque, la trame pèche - à première vue - autant par son écriture à la cool que par sa mise en scène. Cependant, le fait d'avoir affaire à des débiles qui ne pensent qu'à conduire a quelque chose d'intéressant (et c'était déjà un peu le cas dans le film). Il est peut-être simplement dommage que le jeu demeure un peu trop bavard au regard de ce qu'il propose sur le plan scénaristique.

Les personnages ne vivent que pour la course, au point d'être débiles.

Le principe

Dans le fond, Need For Speed fait grandement penser à son prédécesseur sorti fin 2013, Rivals. Hélas, il conserve également son plus grand défaut, toujours aussi incompréhensible compte tenu du nom de la série : le jeu se limite une fois de plus à du 30 images/seconde. Autrement dit, Need For Speed a autant "besoin de vitesse" que d'images, et c'est d'autant plus dommage que nous sommes en 2015, soit deux ans après la sortie du volet précédent, et alors que les Forza à 60 images/seconde commencent à se faire nombreux sur Xbox One.

En dehors de cela, le jeu conserve aussi une structure à l'identique, avec une connexion internet obligatoire et des épreuves réparties sur une carte. À vous de choisir entre des courses, des étapes de drift, des contres-la-montre ou encore des poursuites avec la police (hélas plus que jamais anecdotique). Pour atteindre les points disposés sur la carte, libre à vous de vous déplacer instantanément ou de parcourir la ville jusqu'au point de rendez-vous, ce qui vous permettra au passage de glaner de l'expérience en accomplissant quelques défis (frôlements de véhicules, trajets à contre-sens, etc.).

Côté sensations, Need For Speed est plaisant grâce à un gameplay arcade presque entièrement basé sur le drift et les dérapages, un peu à l'instar de Ridge Racer. Le jeu est donc très brut, ce qui va en adéquation avec la progression et la redondance relative des objectifs. Si Need For Speed est hypnotique, c'est bel et bien uniquement par son gameplay. De ce point de vue, le jeu porte plutôt bien son nom. Encore une fois, il est vraiment dommage que le framerate ne soit pas plus élevé.

Vous pouvez modifier le comportement de votre véhicule. Alors, plutôt drift ou grip.

Le multi

Pour ce qui est du multijoueur, Need For Speed reprend aussi la recette de son prédécesseur. La connexion obligatoire permet aux joueurs de se croiser au sein du monde ouvert. Libre à vous alors de les défier de telle ou telle façon, en vous positionnant par exemple derrière eux à la manière de certains jeux concurrents. Toutefois, l'aspect multijoueur est plus intéressant dans le principe que dans le fond : la plupart des joueurs se contentent souvent de jouer en solo plutôt que d'intégrer véritablement un "crew".

Pouvoir faire presque toutes les courses avec le même véhicule est plutôt sympathique.

Pour qui ?

Tout d'abord, ceux qui ont apprécié Need For Speed : Rivals il y a deux ans devraient voir Need For Speed comme une sorte de stagnation. Voudront-ils prolonger l'expérience au prix fort, un peu à la manière d'un gros DLC ? Les objectifs sont souvent identiques et la différence entre les deux titres - en dehors du plan visuel - n'est pas toujours évidente. Toutefois, il semblerait que le titre tourne vraiment en 30 images/seconde cette fois-ci, quand le titre de 2013 semblait parfois chuter en dessous. Globalement, le titre semble donc moins saccadé.

Pour les fans de jeux de course, à eux de voir si l'investissement vaut le coup. Si sur Xbox One ces derniers auront vite fait de se tourner vers Forza Motorsport 6 ou Forza Horizon 2, les joueurs PlayStation 4 ont moins de choses à se mettre sous les mimines (si ce n'est le précédent épisode et Driveclub).

Gagner des niveaux ou des épreuves vous permet de débloquer des pièces au garage.

L'anecdote

L'orientation de Need For Speed pouvait se deviner à travers une vidéo. Car en plus du film en date, le jeu profitait d'une bande-annonce de lancement particulièrement aguicheuse et qui reprenait plutôt bien les enjeux de la série. La vitesse, la liberté... le tout sur la musique de Coolio et avec une ode à la course de rue. La promesse était belle, et elle est relativement tenue par le jeu.
Les Plus
  • Des artifices visuels efficaces
  • Un vrai cachet
  • Des intentions artistiques évidentes
  • Des sensations
  • L'aspect communautaire
Les Moins
  • Certains reprocheronnt le manque de diversité sur le plan visuel
  • D'autres s'en prendront à la redondance des missions
  • Le taux d'images/seconde
  • Un jeu qui marque un peu le pas par rapport à Rivals, surtout en matière de conntenu
  • La police, anecdotique