Journey

28 juil. 2015
Testé par sur
Disponible sur
4

C'est pas du low cost

Avec Journey, oubliez ce que vous connaissiez du jeu vidéo. Et mettez de côté vos réflexes de joueur chevronné. Il s'agit plus ici d'une expérience presque onirique que d'un vrai challenge ludique. La direction artistique est d'un tel niveau - encensée par un certain Fumito Ueda (ICO & Shadow of the Colossus) -, que le reste vous semblera secondaire, voire tout à fait inutile. Si le voyage est court, l’émotion est omniprésente et vous laissera un souvenir unique.

Depuis son apparition en 2012, la sobriété et l'onirisme de Journey ont fait des émules. Nombreux sont les jeux - souvent indés - qui ont tenté de s'engouffrer dans la brèche de l'épuré. De retour sur PS4, dans une résolution améliorée, le petit bijou de thatgamecompany a-t-il conservé son aura et toute sa superbe ?

L'histoire

Les meilleurs showrunners vous le diront : moins il en sait sur l'histoire, plus le spectateur est intrigué et donc rapidement impliqué. Journey utilise ce principe à la lettre en vous plongeant face à une immense étendue désertique. Un étrange personnage vêtu d'une cape tombe du ciel et vous voila à le diriger à travers les dunes, en direction d'une lointaine montagne d'où jailli un faisceau lumineux. Chemin faisant, il va croiser quelques créatures étonnantes, le plus souvent amies, qui vont lui indiquer sa route même si elle n'est pas bien compliquée. En plus des dunes de sable, notre petit héros va explorer des ruines antiques, traces d'une civilisation a priori disparue dont il semble être l'un des descendants.

Ici, l'histoire est tout à fait secondaire et prétexte à un parcours initiatique, ni trop périlleux, ni trop monotone, susceptible de suscité chez vous une émotion, quelle soit visuelle (les environnements épurés et les jeux de lumières sont magiques), sonore (la musique est envoûtante) mais aussi spirituelle. En effet, le destin de cet étrange personnage à la fragilité apparente vous questionne instantanément. Qui est-il ? Où va-t-il ? Parviendra-t-il à atteindre cette montagne ? Les plus spirituels d'entre vous y verront peut-être un parallèle à la foi, quelle qu’elle soit (pour les japonais, par exemple, gravir une montagne permet de se rapprocher des dieux). Et ce n'est pas chose si courante dans le monde du jeu vidéo.

Ces drôles de "poissons volants en tissu" vous guideront dans les dunes.

Le principe

Dans Journey, vous contrôlez donc un petit personnage en vue à la troisième personne. Le moteur du jeu gère la surface sur laquelle il progresse : il s'enfonce dans le sable - et la neige (oui, oui) -, avance plus lentement dans les montées, et peu glisser dans les descentes. Côté saut, il doit se faire aider par la faune et flore locale, très particulières, en communiquant avec elles grâce à un système de chant basique mais amusant. Journey alterne ainsi entre phases d'exploration et de plates-formes, toujours prétextes à vous extasier devant des paysages pourtant épurés. L'environnement sonore, de grande qualité, contribue à cet émerveillement.

Pour accentuer cette empreinte visuelle, thatgamecompany a opté pour absence totale d'interface. C'est d'ailleurs la marque de fabrique du studio. Ainsi, pas de carte, ni de boussole, et la barre de vie de votre héros est astucieusement représentée par son écharpe. Plus elle est longue, plus il est capable d'utiliser l'énergie absorbée chez les "animaux" et "fleurs" du coin pour sauter, plus il est également résistant. Cela dit, la résistance n'a pas réellement lieu d'être dans Journey puisque les ennemis sont quasi inexistants. Et lorsque vous en croiserez un, votre unique salut consistera à vous soustraire à son regard, représenté par un projecteur lumineux.

Profitez des ruines pour vous abriter des bourrasques de neige.

Le multi

Le multijoueur de Journey est à son image : original et inattendu. En effet, vous ne pouvez pas choisir avec qui vous allez jouer en duo, ni même quand vous souhaitez jouer avec un autre joueur. Les développeurs ont ainsi intégré un système de mise en relation de deux joueurs proches dans leur exploration, qui se déclenche lors d'évènements particuliers. L'arrivée d'un deuxième personnage encapuchonné est donc tout à fait imprévisible. Vous pourrez ensuite partager votre aventure avec lui, en dialoguant par une unique et simple note de musique. À vous de varier son intensité et sa fréquence pour tenter de vous faire comprendre par l'autre. Si le système est déroutant, il est aussi magnifiquement impliquant.

Notez qu'à l'issue de votre périple, après le générique de fin, la liste des joueurs que vous avez croisé apparait à l'écran, chacun étant associé à un symbole particulier. En cours de jeu, ce symbole s'affiche au dessus d'un personnage lorsqu'il joue cette fameuse note de musique. Si vous êtes observateur, vous pouvez ainsi retrouver l'identité d'un compagnon d'aventure après coup.

Vous tomberez régulièrement sur des gravures anciennes 2.0 (oui, c'est possible).

Pour qui ?

Vous l’aurez compris, Journey s'adresse essentiellement aux joueurs contemplatifs, ceux qui ne placent pas toutes leurs attentes dans le challenge et la compétition. Ça tombe plutôt bien puisque la difficulté du titre de thatgamecompany est très relative. Vous progressez aisément dans cet univers étrange et envoûtant, laissant libre cours à vos théories sur l'origine de cette civilisation éteinte. Une fois l'effet de surprise passé, l'intérêt du jeu ne s'estompe pas forcément car le fait de pouvoir explorer plus en détails chaque recoin peut séduire, surtout s'il s'agit de le faire accompagner, même par un(e) inconnu(e).

Natasha20654, si tu lis ce test, je t'attendrais ce soir au pied de la montagne, avec une cagoule.

L'anecdote

Le multi de Journey peut entrainer de jolies surprises. Ainsi, j'ai partagé toute la fin de mon aventure avec un autre joueur. Sans être particulièrement difficile, la fin du périple est un peu éprouvante et gravir les derniers mètres de cette fameuse montagne n'est pas de tout repos. Nous avons donc communiquer le plus souvent possible pour s'indiquer la bonne route, se prévenir d'un danger imminent, etc. Arrivés au sommet balayé par la neige, alors que nos routes allaient se séparer (la conclusion du jeu est prévue pour un seul personnage), j'ai eu la surprise de voir le deuxième joueur tracer un cœur dans la poudreuse... Pour la petite histoire, j'ai su ensuite qu'il s'agissait d'une joueuse portant le pseudo "Natasha20654".
Les Plus
  • Une direction artistique exceptionnelle
  • La bande son envoûtante
  • Le design du héros et son expressivité
  • Le système de communication par le chant
  • L'expérience en duo qui peut engendrer des rencontres magiques car dûes au hasard
Les Moins
  • Des points négatifs ? À moins de ne pas aimer le sable, à la limite...