3D Streets of Rage 2

24 juil. 2015
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur SEGA
  • Sortie initiale 23 juillet 2015
  • Genre Combat

La 3D, c'est plus fort que toi

Que vous soyez jeune, moins jeune, féru de beat'em all ou non, 3D Streets of Rage 2 est indispensable. SEGA nous livre la meilleure mouture du jeu tout en rendant celui-ci accessible aux novices. L'un des grands jeux d'action de l'histoire du jeu vidéo, qui se retrouve ici bonifié par une ribambelle d'options et une plastique implacable. Mention spéciale au mode Classique permettant de donner à votre 3DS des aires de télé cathodique. Honnêtement, si vous n'achetez pas cette version, vous risqueriez bien de vous faire casser la gueule par une femme à talon rouge. Vous êtes prévenu.

Après un premier volet ayant bénéficié d'une adaptation pour la vague initiale de SEGA 3D Classics, c'est au tour de Streets of Rage 2 d'avoir le droit à son portage de luxe. Cette version va t-elle mettre tout le monde d'accord ?

L'emballage

Comme toujours avec la gamme 3D Classics (et plus généralement avec toute adaptation digne de ce nom), l'intérêt vient en partie de la qualité du portage sur le plan technique. De ce point de vue, 3D Streets of Rage 2 fait clairement office de référence. Oubliez les versions Xbox Live ou PlayStation Network, c'est bien sur 3DS que le jeu de SEGA prend une autre dimension. Sans surprise, 3D Streets of Rage 2 profite ainsi d'une 3D relief exemplaire. Bien aidé par la perspective des niveaux et les quelques effets bien sentis (la pluie notamment), le jeu s'apparente à une succession de scénettes qui s'étendent en profondeur. Évidemment, il est également possible de régler le format de l'image afin de passer en 4:3 et de profiter du mode "Classique". Dans celui-ci, l'écran de jeu prend une apparence bombée, transformant votre 3DS en véritable petit téléviseur cathodique. Il ne vous restera alors plus qu'à choisir la mouture du jeu (internationale ou japonaise) ainsi que la configuration sonore adéquate pour avoir l'impression de jouer sur Mega Drive ou Mega Drive 2. Certes, toutes ces options étaient présentes dans le portage 3DS du premier Streets of Rage, mais il est agréable de voir que le cahier des charges est tout aussi consistant et rempli pour ce deuxième volet, considéré par beaucoup comme le meilleur de la série.

Certains noms diffèrent entre les versions internationale et japonaise.

Le principe

Streets of Rage 2 reprend logiquement les bases de son prédécesseur. Alors que Mr X refait surface et kidnappe Adam, l'un des héros du premier volet, vous choisissez votre personnage parmi quatre de ses coéquipiers ou connaissances : le musclé Axel, la sexy Blaze, le balaise Max et "Skate", le petit frère de votre ami disparu. Une fois votre personnage sélectionné, vous voilà prêt à affronter le crime organisé dans des rues malfamées. Pour ce faire, vous disposez d'un panel de coups enrichi depuis le premier Streets of Rage 2. De même, les personnages à disposition ont des caractéristiques vraiment distinctes, ce qui rend la rejouabilité probablement plus intéressante que pour son prédécesseur. Si Axel est un bon gaillard, Blaze est plus rapide et bénéficie d'une bonne portée. Pour sa part, Skate est le seul à pouvoir se déplacer rapidement à l'aide de ses rollers tandis que Max... Comment expliquer ? C'est un ami d'Axel et un ancien catcheur ! Vous avez compris ?

Streets of Rage 2 n'a tout bonnement pas pris une ride en matière de gameplay. Les réflexes reviennent rapidement et c'est toujours avec un malin plaisir que vous lancez des armes blanches sur les ennemis, ou effectuez des coups de pied sautés pour mettre à terre les motards punks rappelant ceux de Mad Max. De même, les boss sont toujours aussi délicieusement difficiles et insupportables. Heureusement, les moins aguerris peuvent toujours profiter des options exclusives à cette version, en activant par exemple le mode Casual vous permettant de terrasser n'importe quel adversaire en le mettant à terre. Pour les joueurs plus courageux, l'activation du mode Rage Relay donne la possibilité d'alterner automatiquement les personnages à chaque mort en fonction d'un ordre préétabli. Gare aux changements de styles inopportuns.

Les coups de pied sautés sont toujours aussi pratiques, notamment contre certains boss.

Le multi

3D Streets of Rage 2 propose un mode multijoueur. Une bonne nouvelle car bien des portages sur consoles portables n'hésitent pas à dénaturer les jeux en supprimant cette section. Dans le cas présent, vous voici face à un mode local plutôt classique permettant à deux joueurs de s'affronter en duel ou de parcourir l'aventure en coopération. Comme à la bonne époque, en somme. Certains regretteront qu'il n'y ait pas de mode en ligne, mais difficile de voir dans cette absence quelque chose de rédhibitoire, surtout au regard de l'effort accompli globalement.

Max est un gros balourd. Les coups spéciaux et la variété des combos le rendent toutefois amusant.

Pour qui ?

N'y allons pas par quatre ruelles : 3D Streets of Rage 2 est tout bonnement indispensable à toute personne possédant une 3DS, plus encore si vous n'avez jamais essayé un titre de la gamme 3DS Classics. Le jeu est parfaitement représentatif du travail effectué sur ces adaptations et fait assurément office de référence. Mais il s'agit avant tout d'un morceau d'histoire, l'un des meilleurs beat'em all de l'époque 16 bits, et c'est en ce sens que tout le monde devrait posséder cette relique. Qui plus est, le jeu profite une fois de plus d'une difficulté modulable dans l'ère du temps, avec la présence d'un mode Casual destiné aux débutants. Elle est pas belle la vie ?

Ce genre de passages représentait un véritable défi technique pour le studio M2.

L'anecdote

Dans une entrevue passionnante accordée à un site japonais mais rapportée par le blog SEGA, Yasuke Okunari (producteur chez SEGA) et Naoki Horii (président du studio M2) nous en disent plus sur le travail considérable que constitue ce genre d'adaptations. Ainsi, on apprend qu'il est particulièrement difficile d'émuler un jeu Mega Drive en 3D, en particulier ce Streets of Rage 2. L'une des raisons évoquées, dans le cas du beat'em all, est en rapport avec sa perspective et certains choix de l'époque. On apprend, par exemple, que l'un des défis techniques de ce portage consistait à rendre la 3D relief du premier stage décente, en particulier lorsque le joueur descend les ruelles et décors en diagonales (un vrai challenge selon leurs dires). De même, on sait que l'équipe en charge du projet aurait aimé faire tourner le jeu à 60 images/seconde mais que cela a finalement été impossible (il tourne à 30 i/s). C'est sans doute pour ce genre de raisons que ce portage, initialement prévu pour début juillet, s'est vu être reporté à la fin du mois.
Les Plus
  • Un des meilleurs jeux d'action de l'histoire
  • Un gameplay qui n'a pas pris une ride
  • La 3D, une fois de plus excellente
  • Le mode écran classique, anecdotique pour certains mais toujours aussi génial
  • Les mêmes options que pour l'adaptation du premier volet
  • La sauvegarde et le mode pour les débutants
  • Le multi local
Les Moins
  • On cherche !