Pro Cycling Manager 2015

18 juil. 2015
Testé par sur
Disponible sur
4

Une vraie machine à pédales

Malgré quelques petits ajustements, Cyanide ne révolutionne pas une formule qui a fait ses preuves : Pro Cycling Manager est et reste la simulation ultime de cyclisme. Même si la seule réelle nouveauté réside dans l'arrivée du mode "Pro Cyclist", grâce à une gestion très poussée et une interface limpide, les courses restent toujours aussi prenantes et passionnantes parvenant même à vous faire lever les bras au ciel lorsque votre coureur franchi la ligne en première place. Pro Cycling Manager 2015 est le genre de jeu qui vous prend aux tripes et qui, une fois commencé, risque de ne plus vous lâcher. "Allez, une dernière course et puis j’arrête !"

Sans concurrent depuis de nombreuses années, Pro Cycling Manager reste la référence incontournable en matière de cyclisme sur PC. Profitant du départ du Tour de France, Cyanide semble garder la chaussette légère grâce à sa formule plus que bien huilée.

Le principe

Cette saison 2015 ne semble pas être celle de la révolution pour Pro Cycling Manager 2015. La recette, aussi efficace soit elle, reste la même : propulsé directeur sportif d’une équipe cycliste professionnelle, vous devez gérer vos coureurs dans les moindre détails. Que ce soit leurs entraînements, leurs contrats ou encore leurs équipements, vous allez devoir redoubler d’effort pour garder un œil sur les différents paramètres qui vous permettront de préparer au mieux vos coureurs. Cela, dans le but d'atteindre les objectifs fixés par les sponsors. Même si quelques informations importantes semblent manquer sur certains écrans, l’interface est très intuitive et la navigation à travers les différents tableaux ou graphiques se déroulent toujours sans encombre jusqu'à la phase de course. Malgré quelques ajustements ici et là, cette dernière n’a pas énormément évoluée mais est toujours aussi intéressante à jouer grâce à un comportement très réaliste de l’intelligence artificielle. La seule nouveauté remarquable est la possibilité de choisir la trajectoire préférentielle de votre sprinter en le déplaçant manuellement lors de l'emballage final. Mais l’évolution la plus importante de cette année est, peut-être bien, l’apparition d’un nouveau mode de jeu.

Avant de pouvoir participer au Tour de France, il va falloir gagner des épreuves moins importantes.

Le mode "Pro Cyclist"

Beaucoup l’attendait secrètement et le voilà enfin : le mode "Pro Cyclist" débarque dans Pro Cycling Manager 2015. À vous les joies de créer votre petit protégé et de le mener vers la victoire à travers les plus grandes classiques et les plus grands tours. Après avoir défini son âge (entre 19 et 22 ans) et choisi une spécialité (puncheur, course à étapes, etc.), il va falloir lui trouver une place dans une des trois équipes amateurs proposées. Si dans un premier temps, le mode semble très intéressant avec une gestion de l’entraînement assez simple grâce à une interface, encore une fois, très efficace, il révèle assez rapidement ses limites. La progression trop rapide de votre star en devenir tue assez rapidement l’intérêt du mode et l’absence totale d’interaction, que ce soit avec vos équipiers ou votre directeur sportif, enlève totalement l’aspect sport collectif du cyclisme. Impossible, par exemple, si vous choisissez de vous orienter vers le sprint, de demander à vos coéquipiers de créer un train pour vous lancer avant d'entamer votre effort final. Loin d’être parfait, le mode "Pro Cyclist" doit donc encore mûrir quelque peu mais il semble, en tout cas, bien parti pour devenir incontournable d’ici quelques années. De plus, il pourrait bien être la parfaite porte d'entrée pour les nouveaux joueurs effrayés à l'idée de gérer une équipe complète.

Attrapez-les tous !

Le multi

Fièrement appelé "Armada", le mode multijoueurs de Pro Cycling Manager 2015 vous donne la possibilité de créer l'équipe de vos rêves en collectionnant des paquets de cartes représentants vos coureurs. Pour acheter de nouveaux paquets, deux devises sont disponibles. La première, appelée "Coins", s'accumulent en participant à des épreuves classées ou non. Contrairement aux "Cyans", la seconde devise qui, elle, s'achète directement dans la boutique contre de l'argent réel. Calqué sur le mode "Ultimate Team" de FIFA 15, "Amarda" ne lui arrive cependant pas à la cheville. Votre but, ici, est simplement d'espérer récolter, avec beaucoup de chance, les meilleurs coureurs en ouvrant vos paquets sans vous soucier de l'harmonie de l'effectif.

Malgré leur apparence relativement complexe, les différents tableaux restent très lisibles.

Pour qui ?

Les habitués de la série ne risquent pas d’être dépaysé avec Pro Cycling Manager 2015 tant les nouveautés ne sont pas flagrantes. Seule le mode "Pro Cyclist" pourrait vous donner envie de passer à la caisse. Comme toujours, les passionnés de deux roues sans moteur prendront du plaisir à troquer leur selle Fizik contre une chaise de bureau Ikea, pour le plus grand plaisir de leur arrière-train, afin de gérer leur équipe cycliste de A à Z. Les autres trouveront également un jeu de gestion ultra complet et pointu dans la veine d’un Football Manager.

Le jeu reste assez joli pour une simulation.

L'anecdote

Actuellement premier du classement général du Tour de France 2015, Christopher Froome éveille les soupçons après avoir littéralement écrasé toute la concurrence à La Pierre-Saint-Martin. Certains spécialistes en arrivent même, avec beaucoup de second degrés, à demander un test ADN plutôt qu’un contrôle antidopage classique tant les performances de celui que l’on surnomme le "kényan blanc" semblent inhumaines. Cyanide tente d'apporter un élément de réponse avec Pro Cycling Manager 2015 : pour les développeurs, le britannique est bien humain ! Quant au dopage...
Les Plus
  • Le comportement très réaliste de l’IA
  • L’interface limpilde
  • Le système de progression des coureurs
  • Les courses passionnantes
  • Le mode “Pro Cyclist” très prometteur
  • La formule toujours aussi efficace
Les Moins
  • Le manque de stabilité du jeu
  • De nombreuses licences toujours absentes
  • Trop peu de nouveautés ?