Xenoblade Chronicles 3D

17 avr. 2015
Testé par sur
Disponible sur
4

Un grand jeu, mais...

Autant être clair : Xenoblade Chronicles 3D reste Xenoblade. Si vous n'avez jamais joué au jeu, cette mouture 3DS peut être l'occasion de se (re)plonger dans l'un des RPG les plus mémorables de ces dernières années. Scénario prenant, progression millimétrée, bande-originale cinq étoiles : le compte est bon - d'où la note finale. Toutefois, il va de soi que cette version a dû faire quelques concessions. Si le doublage anglais est supportable, les textures rebuteront certains joueurs Wii. Mais c'est surtout le manque d'audace de ce portage en matière d'ergonomie qui pêche, le jeu ne donnant pas l'impression d'avoir été dignement adapté à la New 3DS (à laquelle il est pourtant exclusif). À vous de choisir votre camp.

Xenoblade Chronicles 3D est avant tout un projet auquel on ne s'attendait pas. Qui, au lancement de la 3DS, pouvait penser que cette console ferait un jour tourner l'un des jeux les plus impressionnants de la Wii. Il aura certes fallu attendre une énième déclinaison de la console et faire quelques concessions... mais quand même !

L'histoire

Que dire sur l'histoire de Xenoblade Chronicles 3D ? Évidemment, le jeu reprend à la lettre la trame de la mouture d'origine - voir notre test - et il convient surtout de rappeler l'essentiel. Ainsi, en dehors de l'esprit japonais du titre (le rapport à la guerre, l'arme Monado symbole de la force du héros, etc.), Xenoblade Chronicles est avant tout un jeu où les péripéties sont Reines. Certes, quelques joueurs trouveront les cinématiques trop nombreuses, mais c'est le prix à payer pour avoir des rebondissements toutes les heures ou presque. Rétrospectivement, il est même intéressant de voir qu'avant l'explosion des jeux Telltale Games, Xenoblade Chronicles 3D était capable de vous tenir en haleine comme une bonne série.

Bien sûr, ce qui nous intéresse principalement dans ce portage concerne surtout le contenu et l'aspect technique. Si cette version 3DS nous propose uniquement le doublage anglais, rappelons que nous avions été surpris par la qualité de ce dernier à l'époque, et il serait donc déraisonnable de condamner le jeu sur ce simple constat. Pareillement, il serait malhonnête de dire que nous espérions avoir un rendu graphique identique à la mouture Wii en son temps. La question était surtout de savoir si l'expérience se rapprochait de celle prodiguée par le jeu de salon. De ce côté, et malgré des textures un cran en dessous, le titre s'en sort plutôt bien. Et même si le jeu manque de fluidité par moment, difficile de voir cela comme un frein absolu à l'aventure et à la progression.

Si le rendu est décevant en comparaison de la mouture Wii, la sensation de démesure est appréciable.

Le principe

Pour trouver un vrai bémol, il faut plutôt se tourner sur le gameplay, pas forcément adapté à la portable de Nintendo. Bien que le jeu conserve son sel, notamment grâce à son système d'attaques spéciales, l'ergonomie du titre demeure perfectible. Il est étonnant, par exemple, de voir l'écran tactile être si peu mis à contribution. C'est d'autant plus vrai que les actions sélectionnables auraient facilement pu être réparties sur l'écran, ce qui aurait par exemple évité de jongler entre le joystick (pour déplacer le personnage) et la croix directionnelle (pour effectuer les actions spécifiques). Même la carte observable ainsi que le statut des combattants s'avèrent bien peu esthétiques.

Dommage que cette adaptation mette de côté l'écran tactile.

Pour qui ?

Toutefois, soyons honnêtes : ce ne sont pas non plus ces petits accros qui vont remettre en cause l'expérience. Si vous n'avez jamais eu l'occasion de jouer à Xenoblade Chronicles et si vous ne disposez pas de Wii U, difficile pour vous de passer à côté de ce RPG riche en émotions. Si nous citons la Wii U et non la Wii (sur laquelle est sorti le jeu d'origine), c'est parce que Xenoblade Chronicles est l'un des rares titres à bénéficier d'un upscaling visible sur la console de salon. Le dilemme concernera donc les joueurs possédant à la fois la portable et la Wii U. Que faire ? Conserver la mouture Wii du jeu et y jouer avec un upscaling décent sur grand écran - avec une ergonomie qui plus est meilleure - ou acheter la version 3DS à laquelle vous pourrez jouer n'importe où, ce qui peut favoriser l'exploration et le fait de prendre son temps pour parcourir le titre de fond en comble.

Les modèles à collectionner restent anecdotiques.

L'anecdote

Xenoblade Chronicles 3D dispose quand même de quelques rares ajouts principalement liés à la connectivité. En effet, le jeu incorpore un système permettant de collectionner des modèles 3D ainsi que des musiques du jeu. Ces dernières ont surtout l'avantage d'être écoutables en veille, la console pouvant alors servir de baladeur. Pour récolter ces différents bonus, il est possible de récupérer ces derniers en jouant, mais aussi à l'aide de jetons récolter via StreetPass où avec les pièces obtenues en marchant. Enfin, l'amiibo de Shulk peut lui aussi servir et offre trois jetons par jour. L'occasion de pousser un petit coup de gueule, celui-ci étant l'un des plus rares, quasi-introuvable à sa sortie et actuellement proposé à un prix oscillant entre 40 et 60 euros sur les sites de reventes. Oui, bien plus cher que le jeu lui-même.
Les Plus
  • Xenoblade reste Xenoblade
  • On espérait pas pouvoir y jouer partout
  • Les musiques à récupérer
  • Globalement, ça tient la route techniquement
Les Moins
  • Les textures
  • Un portage fainéant au niveau de l'ergonomie