Randal's Monday

13 nov. 2014
Testé par sur
Disponible sur
4

Un savoureux hommage à la culture geek

Randal's Monday est donc une très grande réussite pour l'équipe de Nexus Game Studios. Ils ont réussi à rendre le genre accessible aussi bien du point de vue des milliers de références qui le composent que du point de vue de la difficulté savamment dosée. Alors amoureux de la culture geek, jetez-vous à corps perdu sur le premier jeu de ce tout jeune studio qui promet de développer encore de belles choses à l'avenir.

Randal's Monday est le premier jeu d'un jeune studio du nom de Nexus Game Studios créé spécifiquement pour le développement de ce point'n'click. Hommage délirant à la culture geek, ce nouveau jeu a tous les atouts pour renouer avec un temps que les moins de vingt ans auraient dû connaître.

L'histoire

Randal's Monday, c'est un peu un remake d'Un jour sans fin avec Bill Murray. Vous incarnez Randal, un glandeur-kleptomane et surtout un ami pas très sympathique. En effet, après la fête de fiançailles de Matt, votre meilleur ami, vous vous réveillez en possession du portefeuille du futur marié et d'une sacrée gueule de bois. Les évènements s'enchaînants, vous en apprenez un peu plus sur le caractère de notre héros et vous êtes contraint de vendre l'alliance de votre ami. Mais voilà, peu après, vous apprenez le suicide de ce dernier et vous êtes contraint de revivre ce lundi en réparant vos erreurs.

Voici Randal et ses amis, de véritables poivrots.

Le principe

Randal's Monday est un point'n'click tout ce qu'il y a de plus classique dans son mécanisme. Vous devez résoudre des énigmes en utilisant les objets que vous trouvez un peu partout. Les combiner permet d'en créer de nouveaux et de vous sortir de situations plus tordues les unes que les autres, accompagnées de personnages hilarants. Votre protagoniste bénéficie d'une répartie du tonnerre et d'un sens de la provocation hors-norme ce qui lui permet de rendre dingue son proprio. Si les dialogues sont bien sentis et bien interprétés par les comédiens de doublages, ils peuvent s'avérer un peu trop longs parfois et ils risquent de vous faire un peu décrocher en particulier si vous n'adhérez par à l'humour du titre.

Saurez-vous reconnaitre tous les objets dans cette pièce ?

Pour qui ?

Randal's Monday ne s'adresse pas à n'importe qui. Bourré de références à la culture geek des années 70 à nos jours, il convient d'avoir une certaine culture pour comprendre tous les clins d’œil disséminés dans les différents décors, mais aussi dans les conversations entre les personnages. Évidemment, chaque personnage jouit d'un caractère bien trempé et il est bien difficile de tous les contenter tant leurs demandes sont parfois loufoques. Tout cela contribue à faire de Randal's Monday un jeu qui s'adresse tout d'abord aux fans de toutes cette culture ultra riche et qui aiment les énigmes de plus en plus poussées. Il vous faudra de la patience pour en venir à bout !

Matt redouble d'ingéniosité en matière de suicide.

L'anecdote

Ce qui est génial avec Randal's Monday c'est que tous ceux qui ont touché de près ou de loin à la culture geek peuvent s'y retrouver. Certaines références, simplement plantées là dans le décor, m'ont fait frissonner de plaisir. Combinées aux dialogues souvent hilarants (j'ai plusieurs fois éclaté de rire), celles-ci font de Randal's Monday un vrai délice.
Les Plus
  • Les dialogues hilarants...
  • La multitude de références
  • Le doublage excellent
  • Une patte graphique très sympathique
  • Le colocataire de Randal
Les Moins
  • ...mais parfois un peu trop longs
  • Des énigmes parfois trop difficiles