Might & Magic : Duel of Champions

04 oct. 2014
Testé par sur
Disponible sur
1
  • Éditeur Ubisoft
  • Développeur Ubisoft
  • Sortie initiale 24 juillet 2014
  • Genre Réflexion

Le fric, c'est pas si chic

Bien que bourrin, Duel of Champions n'est pas fondamentalement inintéressant dans le fond. Toutefois, le jeu paye certains choix douteux, notamment en ce qui concerne son système économique, laissant penser qu'il prend les joueurs consoles pour des idiots (d'autant que les joueurs PC ne répondent visiblement plus à l'appel). De plus, les similitudes avec Magic L'Assemblée sont telles qu'on ne peut que douter face à la sortie d'un jeu si semblable. Avant de vous lancer dans Duel of Champions, on ne saura que trop vous conseiller de vous jeter sur les versions 2013 et 2014 du jeu de Wizard of the Coast.

Avec Might & Magic : Duel of Champions, on peut dire qu'Ubisoft ne manque pas d'air. Probablement attiré par le succès des différentes adaptations de Magic L'Assemblée, l'éditeur sort son propre jeu de cartes. Déjà sorti en free-to-play (terme comme toujours bien relatif) sur PC, Duel of Champions arrive sur consoles pour une petite dizaine d'euros. Mais à force d'être gourmand, on finit par devenir... malade.

Le principe

Premier constat : Duel of Champions est une sorte de plagiat à peine masqué du jeu de Wizard of the Coast. Certes, des personnes diront que par essence, sans poursuite judiciaire, rien n'est prouvé, mais les similitudes entre les deux jeux de cartes sont trop nombreuses pour être passées sous silence (et pour que tout cela nous paraisse parfaitement honnête). Chaque joueur dispose d'un certain nombre de points de vie, et chaque carte nécessite un certains nombre de ressources pour être mise en jeu. Ces cartes, justement, ne sont que des versions relativement simplifiées de celles de Magic. Créature, sorts, enchantements... tout est semblable au célèbre jeu de cartes. Et pour ne rien arrangé, l'univers de fantaisie est le même à ceci près que - aussi sympathique soient-elles - les cartes de Duel of Champions ne bénéficient pas de talents artistiques égalant ceux des dessinateurs de Wizard.

Pour ce qui est des différences entre les deux jeux de cartes, celles-ci se concentrent en quelques points précis. Tout d'abord, le jeu d'Ubisoft permet de placer vos créatures à des endroits précis : soit en ligne de front, soit à l'arrière lorsque la créature est capable de tirer à distance. De plus, les déplacements sont possibles et une créature ne peut blesser le joueur adverse que si aucune bête ne lui fait face. A noter que chaque carte dispose d'une caractéristique d'attaque et d'une autre servant à la riposte (lorsqu'elle se défend). Enfin, l'autre changement en comparaison de Magic, c'est que plutôt que de tout miser sur le mana nécessaire à l'invocation de créatures, Duel of Champions vous permet de choisir, à chaque tour, quelle ressource vous souhaitez ajouter à votre réserve.

Globalement, le jeu donne tout de même l'impression que certaines mécaniques ont été ajoutées dans l'unique but de ne pas trop pomper la concurrence. Mais le plus gros souci du titre n'est pas tant dans sa propension à copier que dans la simplification outrancière des duels. Car finalement, on n'égale pas un jeu de cartes vieux de 20 ans du jour au lendemain, et le jeu manque assez logiquement de profondeur par rapport à son concurrent. En revanche, le côté simpliste a pour incidence de rendre les parties plus dynamiques et rapides. C'est toujours ça de gagné, même si les amoureux de la stratégie auront vite-fait d'oublier cet argument.

Comme dans Magic, vous pouvez heureusement zoomer sur les cartes pour lire les capacités.

Pour qui ?

L'autre énorme souci de Duel of Champions est qu'il propose, dès la fin de son tutoriel, d'acheter 29 euros de cartes à collectionner. De ce fait, on tombe une fois de plus dans le travers de ce genre de titres. D'un jeu à 9,99 euros, vous pouvez passer à un jeu au prix équivalent à celui d'un blockbuster. Certes, Magic a plus ou moins recourt à ce type de pratique mais un point important est à prendre en compte : la fibre nostalgique. L'intérêt principal de Magic réside dans le fait que d'anciens joueurs peuvent se faire un "shoot" qui, pour une dizaines d'euros, leur permet de jouer avec quelques decks parfaitement équilibrés - et qui demeurent moins chers que les cartes disponibles en boutique. Difficile de trouver un quelconque atout de ce genre à Duel of Champions. A vrai dire, le jeu se destine peut-être aux joueurs attirés par l'univers de Might & Magic, et qui auraient déjà retourné Magic L'Assemblée. Et encore... Duel of Champions a tout d'un jeu qui sera prochainement proposé dans l'offre Games With Gold. Dans un sens, ça serait toujours 9,99 euros d'économiser.

Contrairement à ce que vous pouvez penser, le fait de déplacer les cartes ruine le côté stratégique.

Le multi

Même s'il et possible de glaner des cartes au fil des victoires, Duel of Champions a donc un goût de pay-to-win. De ce fait, on a toutes les raisons d'être inquiet quant à l'évolution du multi. Très classique dans le fond, le jeu risque de pâtir de son aspect stratégique limité et de son système économique. De même, en comparaison de la mouture 2014 du concurrent, le manque de modes annexes est flagrant.

Vous pouvez tout de même acheter des cartes (de façon assez aléatoire) avec l'argent fictif.

L'anecdote

Quand on teste un jeu, il arrive que l'on se retrouve à parcourir internet à la recherches d'informations précises (notamment le prix exacte des jeux téléchargeables). C'est ainsi que je suis tombé sur des forums de joueurs PC particulièrement virulent à l'encontre de Duel of Champions. Quand on sait que de nombreux joueurs ont quitté le jeu en raison de son système économique, on peut s'interroger sur la faculté qu'ont certains éditeurs à se tirer une balle dans le pied.
Les Plus
  • Des bases forcément solides...
  • Des parties rapides
Les Moins
  • ... puisque honteusement pompées
  • Le système économique qui pousse à l'achat
  • Trop simpliste, tout cela manque de stratégie
  • Des decks qui finalement se ressemblent
  • On sent le futur jeu gratuit dans le Games with Gold