Etrian Odyssey Untold

19 mai 2014
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Atlus
  • Développeur Atlus
  • Sortie initiale 2 mai 2014
  • Genre Rôle

Pour les vrais

Etrian Odyssey Untold est la quintessence de la série. Cela ne fait aucun doute. Toutefois, dommage qu'il n'y ait pas plus de nouveautés à se mettre sous la dent. Le concept du jeu étant toujours aussi brut de décoffrage (car basé sur l'expérience et la redondance), Etrian Odyssey Untold convaincra facilement le marché de niche qu'il cible, principalement constitué de gros joueurs ou de retrogamers. Il est néanmoins dommage que le titre n'ait pas bénéficié de traduction française, bien que cela soit compréhensible sur le plan commercial.

A peine huit mois après la sortie d'Etrian Odyssey IV, Koch Media a la bonne idée de livrer aux hardcore gamers français sa suite : un sorte de remake du premier volet, ici intitulé Etrian Odyssey Untold : The Millenium Girl. L'occasion, pour les joueurs, d'être à jour avec cette série toujours aussi singulière.

L'histoire

La principale nouveauté d'Etrian Odyssey Untold est qu'il propose deux modes de jeux : "classic" et "story". Si ces appellations sont en anglais, c'est parce que le jeu n'est pas traduit dans la langue de Molière. Les personnes un tant soit peu perspicaces comprendront que la grosse nouveauté vient de l'existence d'un mode histoire. Dans ce dernier, le joueur incarne un highlander devant parcourir (avec ses compagnons) les labyrinthes d'Yggdrasil pour percer le mystère d'un jeune fille énigmatique. Autant être clair : Etrian Odyssey Untold reste un diamant brute qui effrayera la plupart des joueurs en recherche d'une véritable histoire. Notons toutefois la présence de quelques cinématiques animées, certes rares mais assez bien fichues. Plus intéressante, la 3D jouit d'une belle profondeur tandis que la direction artistique s'avère toujours aussi sympathique.

Vous parcourez toujours la fôret d'yggdrasil, mais dans une 3D sympathique cette fois.

Le principe

Etrian Odyssey Untold reprend avec exactitude les bases de la série. Nous voila donc face à un RPG oldschool rappelant les jeux de rôle PC des années 90 et les tactical-RPG japonais. Pour les premiers, retenons la vue à la première personne (y compris dans les donjons) ainsi que la difficulté relativement corsée de l'ensemble. Pour les seconds, nous évoquerons la progression en ville qui se résume à parcourir des menus à l'instar de Final Fantasy Tactics (par exemple). Pour ceux qui ne le savent pas, Etrian Odyssey Untold est presque exclusivement basé sur l'exploration de donjon, au point que le jeu inclut une carte à compléter à l'aide du stylet, histoire de ne pas se perdre bêtement et de repérer les endroits stratégiques. Des monstres costauds sont toujours présents et votre sens de l'orientation restera votre meilleur atout. Dans son cheminement extrémiste, Etrian Odyssey Untold rappelle comme ses prédécesseurs les années 90. En revanche, les nouveautés sont limitées. Heureusement que les compétence apprises sont bien plus nombreuses que par le passé. Cela ravira les acharnés.

Les combats se jouent toujours à la première peronne.

Pour qui ?

Pas de doute : Etrian Odyssey Untold est destiné aux hardcore gamers ou aux fans de la série les plus ardus. S'il était légitime d'espérer que l'existence d'un mode story attire les joueurs moins chevronnés, la pauvreté de la trame scénaristique aura vite fait de les repousser. A contrario, la présence de trois niveaux de difficulté pourrait tout de même convaincre les joueurs occasionnels appréciant les RPG.

L'abre de compétences est généreux.

L'anecdote

Pour une fois, saluons l'initiative d'un distributeur. Ce n'est pas le genre de la maison, mais il s'agit ici d'une sorte de devoir. Car à force de voir les plannings des sorties, force est de constater que Koch Media aime prendre des risques (probablement pour le plus grand plaisir de Nephandi - qui aime les jeux japonais bizarres). En espérant, pour eux et pour les joueurs français, que tout cela porte ses fruits.
Les Plus
  • Pour les adeptes de RPG
  • Une 3D relief sympathique
  • Les "durs" apprécieront
  • L'épisode ultime ?
Les Moins
  • Un mode Story anecdotique
  • Le manque de nouveautés pour ceux qui ont retourné le premier volet sur DS