Dragon Ball Z : Battle of Z

04 mars 2014
Testé par sur
Disponible sur
3

Une dernière chance orientée multi

Ce qui est sûr, c'est que Battle of Z est assurément le meilleur jeu Dragon Ball Z sur 360. Ce qui est dommage, c'est qu'il arrive après la guerre. Dommage, d'ailleurs, que le titre ne soit pas sorti sur Xbox One et PlayStation 4, où il aurait pu symboliser une nouvelle ère (en plus de profiter de graphismes plus décents). Battle of Z reste un épisode assez divertissant bien que perfectible (IA du CPU en tête), et surtout original dans son approche. Les bases sont présentes mais du travail reste à fournir. A noter qu'il est compliqué de voir la fin du jeu sans jouer en multijoueur (et donc sans abonnement au Live).

Drôle de parcours que celui des adaptations de Dragon Ball Z. Après des jeux PlayStation 2 ayant été salués par les fans, Bandai Namco a peiné à poursuivre sur sa lancée, au point que le épisodes 360 et PS3 sont passés complètement inaperçus. Profitant de la sortie d'un film d'animation dans les salles japonaises en 2013, l'éditeur japonais tente une dernière fois de convaincre les joueurs 360.

L'histoire

Dragon Ball Z : Battle of Z couvre l'intégralité de la saga Dragon Ball Z, de l'arrivée des guerriers de l'espace sur Terre à l'affrontement contre le Dieu de la destruction, méchant du dernier film en date. Pour un nouvel épisode, Battle of Z voit donc les choses en grand : si des combattants manquent à l'appel, les principaux personnages sont de la partie et il y a de quoi s'amuser. Plus problématique, l'absence d'une narration digne de la série décevra les fans. En plus de ne proposer aucune mise en scène, les dialogues ne reflètent que vaguement la trame du manga. D'ailleurs, le concept même du titre (orienté vers les combats par équipe) empêche tout fidélité : compte tenu de la difficulté relative, impossible de trouver du plaisir en affrontant seul un adversaire.

Le jeu n'est pas spécialement beau.

Le principe

Pour faire simple, Battle of Z reprend le principe de Tenkaichi en l'appliquant à des combats par équipe (allant jusqu'au 4 vs 4). Sans trop de surprise, l'ensemble est assez bordélique : bien que les adversaires peuvent être verrouillés, l'action manque tout de même de lisibilité (merci l'angle de caméra). Heureusement, pour venir à bout de vos adversaires, vous pouvez aussi personnaliser vos combattant en leur assignant des cartes (force, attaque de Ki, vitesse, etc.). C'est dans ce système servant de carotte que Battle of Z tire son intérêt. Pas toujours palpitants, les affrontements s'enchaînent pourtant sans mal, aidés par l'amour qu'entretien le joueur pour son personnage. Enfin "sans mal"... façon de parler, car un problème vient rapidement pointer le bout de son pixel : l'intelligence artificielle de l'ordinateur, tout bonnement incapable de venir réanimer un partenaire. Le nombre de KO étant limité, il est quasi impossible de remporter certains combats en solo. Il aurait été de bon ton d'intégrer des stratégies plus claires à assigner, ou tout simplement d'allonger le temps pour réanimer un combattant (cinq secondes pour parcourir une étendue gigantesque, parfois alors que vous êtes en plein affrontement...). Vous l'aurez compris, Battle of Z livre également son lot de frustration et de rage.

Les attaques synchonisées sont l'une des bonnes idées. La violence des coups est bien retranscrite.

Le multi

Basé sur des combats à plusieurs, Battle of Z propose avant tout un mode coopération (les combats par équipe sont également présents mais plus anecdotiques). Exclusivement en ligne (choix logique compte tenu du manque de lisibilité), le mode permet d'affronter l'ordinateur à plusieurs. L'ambition du système de jeu est appréciable et, reconnaissons-le, elle retranscrit plutôt bien le côté frénétique du dessin animé. En effet, avec des joueurs en lieu et place de l'IA, les attaques synchronisées et autres poursuites sont plus nombreuses. De même, le titre permet d'envoyer son Ki à d'autres joueurs, notamment pour effectuer une attaque ultime comme le Genkidama. Des idées plutôt audacieuses, assez bien intégrées et qui trouvent tout leur sens dans ce mode multi. Reste à savoir si les serveurs seront peuplés assez longtemps pour que tout le monde puisse en profiter.

Le multi est au coeur du jeu, et vous pouvez équiper votre guerrier de compétences remarquables.

Pour qui ?

Le paradoxe de Battle of Z, c'est d'être destiné aux fans qui ne sont pas trop regardant sur le contenu. Ainsi, la mise en scène extrêmement plate ainsi que la trame scénaristique grandement simplifiée en comparaison du manga font que certains adeptes n'y trouveront pas leur compte. Pareillement, l'absence de transformation en cours de combat peut dérouter. En revanche, le panel de personnages reste satisfaisant et Battle of Z reste un bon moyen de se replonger ponctuellement dans l'univers de Dragon Ball Z... à condition d'être du genre à rester zen en toutes circonstances. Si vous n'avez pas d'abonnement Xbox Live, il est par contre vivement conseiller de passer votre tour.

La jauge Genki se remplit en faisant des attaques en coop', et permet notamment les coups ultimes.

L'anecdote

Battle of Z comporte quelques bonnes idées qui auraient pu être approfondies ou mises en valeur. Déjà dynamiques, les enchainements à plusieurs auraient pu l'être encore plus, notamment avec une mise en scène plus poussée. De même, Battle of Z propose aussi des affrontements contre des boss. Si l'idée est bonne, il est dommage que les développeurs n'aient pas intégré des défis scénarisés inspirés de la série (Terrasser Cell avec le Kaméhaméha de Gohan par exemple), avec des bonus à la clé. Des points perfectibles qui, mis bout à bout, empêchent le jeu de convaincre pleinement. Espérons qu'une suite voit le jour.
Les Plus
  • Une approche plus originale que d'habitude
  • Un contenu relativement satisfaisant
  • Le système de personnalisation
  • Le muti, très bon
  • Ceux qui aiment le challenge apprécieront
Les Moins
  • La mise en scène plate
  • Peu fidèle au déroulement du manga
  • Quelques idées auraient dû être approfondies
  • Une IA ridicule et frustrante