Need for Speed Rivals

18 déc. 2013
Testé par sur
Disponible sur
3

Pour quelques images de plus

Need for Speed Rivals est un bon jeu mais qui pâtit de quelques partis pris douteux. Entre l'impression de jouer à un jeu au ralenti (heureusement, vous vous y habituerez plus ou moins) et les quelques déboires liées à l'aspect communautaire, le jeu peinera à convaincre en tant que premier choix, surtout face à un Forza 5 tournant à 60 images/seconde. Reste alors un titre plutôt ambitieux et sympathique, qui pourrait convenir aux joueurs insatiables des jeux de course. Un bon épisode pour entamer une nouvelle ère, mais qu'il conviendra de confirmer dans une éventuelle suite.

Comme chaque année ou presque, Electronic Arts nous livre une nouvelle monture de Need for Speed. Une cadence si infernale qu'il devient difficile de trouver ses repères dans la série. Intitulé Rivals, l'épisode d'aujourd'hui cherche à faire peau neuve sur next-gen. Mission accomplie ?

Le principe

Need for Speed Rivals est pétri de bonnes intentions. Vous laissant incarné un pilote ou un policier, le jeu propose deux modes distincts. Ainsi, vous vous retrouvez au sein d'un environnement ouvert pour jouer aux flics et aux délinquants... de la route. Cette ville, c'est celle dans laquelle vous trouverez l'ensemble de vos missions et défis. En accomplissant des listes d'objectifs prédéfinis, vous remportez des crédits et de l'expérience vous permettant d'acheter des bolides, des amélioration et des dispositifs (des bonus tels que des herses, des turbos ou des ondes de choc destinées à nuire à vos concurrents). Pour participer aux épreuves (course, contre-la-montre, face-à-face, interpellation de suspect, etc.), il suffit de se rendre sur des spots prédéfinis ou de défier les adversaires présents sur les route. Évidemment, en fonction de votre camp, les objectifs divergent et les flics ont surtout pour but de ruiner les caisses des pilotes. Sur le papier, le principe de Need for Speed Rivals tient la route. Sauf qu'un gros problème pointe vite le bout de sa carrosserie : le jeu ne tourne qu'à 30 images/seconde et donne fréquemment l'impression de tourner au ralenti (un comble pour un Need for Speed!). Certes le jeu est plutôt joli, grâce a des effets de particules soignés et des détails nombreux, mais il n'est pas non plus ahurissant, la faute notamment à un clipping omniprésent. En clair, rien ne justifie la lenteur chronique du titre.

A toute allure, le jeu est assez joli. Quel dommage que le nombre d'images par seconde soit si bas.

Le multi

Un autre gros souci réside dans le parti pris multijoueur du titre. Si les intentions étaient louables sur le papier, elles le sont moins dans les faits. Need for Speed Rivals fait de son monde un environnement de jeu pour son multijoueur. Ainsi, les routes deviennent peuplées de joueurs fictifs mais aussi réels, dans le but d'ajouter du piment aux parties. Le couac, c'est que quand vous vous retrouvez déconnecté de la session (y compris pour un changement d'hôte), vous perdez les points de l'épreuve en cours. Attention, le jeu demeure étonnamment ambitieux dans son aspect communautaire, mais disons qu'à force de vouloir bien faire, Need for Speed Rivals se crée de nouveaux problèmes. Une fois prévenu, rien ne vous empêche de vous amusez, seul comme à plusieurs.

Les couses sont particulièrement animées, surtout que le gameplay arcade privilégie les dérapages.

Pour qui ?

Need for Speed Rivals est fait pour les amoureux des jeux de courses. Le titre subissant la concurrence de Forza Motorsport 5 sur Xbox One, il s'adresse véritablement aux fans de voitures ayant déjà retourné le jeu de Turn 10. Certains diront qu'il y a une différence entre un jeu arcade et une simulation, mais un jeu de course reste un jeu de course, surtout à 70 euros. Need for Speed Rivals peut donc être une alternative intéressante, surtout qu'aucun jeu du genre n'est prévu dans un futur proche.

Rivals permet de modifier votre voiture (couleurs, bandes, etc.) et de l'équiper de dispositifs.

L'anecdote

La grosse force de Need for Speed Rivals est sans conteste la liberté qu'il donne au joueur. Le titre peut, en quelque sorte, être comparé à GTA. Libre à vous de mettre la bazar dans la ville, puis de retourner instantanément dans votre planque pour récolter votre argent alors que le niveau d'alerte est maximal. De même, aucun échec n'est véritablement pénalisant et seule la destruction de votre véhicule vous ramène obligatoirement dans votre atelier.
Les Plus
  • La possibilité d'alterner entre deux camps
  • Mignon
  • Des ambitions communautaires prononcées
  • Un gameplay plutôt fun
  • Un monde varié au contenu conséquent
Les Moins
  • Le nombre d'images par seconde, impardonnable sur cette génération
  • L'aspect communautaire (en ligne) a ses désavantages
  • Le concept pilote/flic devient classique avec le temps