Pokémon Version Noire 2 : le même en mieux

20 nov. 2012
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur Nintendo
  • Développeur Nintendo
  • Sortie initiale 12 octobre 2012
  • Genre Rôle

La forme de la série n'a pas réellement évolué par rapport à l'année dernière, tant mieux car elle était déjà optimale. Rassurez-vous : les combats sont les mêmes, l'ergonomie et les graphismes sont quasi-identiques, les menus sont certes un peu plus clairs, bien qu'ils étaient déjà très lisibles. L'ergonomie est au top, que ce soit à la croix ou au stylet. C'est au niveau du contenu que cette Version Noire 2 se démarque véritablement. Il y a plus de techniques, plus de Pokémons, de véritables jeux in-game consistants qui en rajoutent et ne sont pas là pour gonfler "soporifiquement" la durée de vie. Le jeu en ligne est sans fin, il vous donne la possibilité d'affronter jusqu'à une centaine de joueurs dans des tournois gigantesques. La liste est longue et tant mieux : c'est ce qui en fait un titre à posséder absolument pour tout fan de la série.

Les pokémaniaques n'en pouvaient plus d'attendre ce qui est - pour la première fois de la série - une véritable suite et non un volet synthétisant les précédents. Paru depuis juin dernier au Japon, Pokémon Version Noire 2 n'en finissait plus de vous aguicher, promettant un scénario soigné et une quantité phénoménale de combattants. Votre attente touche à sa fin et elle n'a pas été vaine car Game Freak a frappé fort en sortant des sentiers battus.

Ce n'est pas dans les environnements que les évolutions se trouvent.

De l'innovation

Le seul point de comparaison que vous puissiez avoir avec l'épisode précédent est que vous démarrez l'aventure en compagnie des trois mêmes Pokémon : Gruikui, Moustillon et Vipélierre. En effet, votre pokédex compte maintenant 300 combattants à capturer, soit deux fois plus qu'en 2011. Les débuts semblent inspirés de Pokémon Version Noire car vous débutez dans la nouvelle ville de Pavonnay, mais vous constatez vite de réelles évolutions. Les environnement sont chamboulés car c'est dans des villes et des bâtiments inédits que vous recherchez le Pokémon volé de la sœur de votre ennemi juré. Bien sûr la Team Plasma est de la partie, et en tant qu'histoire parallèle vous la traquez. Dit comme cela, ce titre peut sembler être mis sur des rails pour, comme chaque année ou presque, atteindre son but de vous faire compléter votre collection. Mais non car en fait tous ces éléments sont rattachés par une histoire intéressante, elle-même ponctuée d'évènements scénaristiques qui vous emportent. Il y a donc beaucoup de contenu, une histoire et des nouveautés : vous ne lâchez plus votre DS.

Le système de combat est toujours le même : parfait, n'y touchez pas, merci.

Cinéma... Cinémaaa

Il est possible de tourner vos propres films mettant en scène votre personnage. Vous choisissez le scénario au fur et à mesure de la production, certaines fins vous seront gratifiées par des cadeaux. Ceci intéresse les plus jeunes, alors que les plus "mûrs" cherchent encore l'utilité du PokéWood si ce n'est amasser une montagne d'objets en tous genres dont vous connaissez l'utilité. Visitez Port Yoneuve, où vous pouvez combattre dans les arènes. De nombreux points de combats sont à gagner ainsi que la possibilité d'affronter les dresseurs phares de la série tel Ondine. Ensuite, lorsque vous avez fini d'explorer les égouts maintenant disponibles de Volucité, explorez à tout prix la Galerie Concorde. Véritable espace communautaire d'où vous recrutez des commerçants vendant leurs services, vous jouez l'intermédiaire et ainsi prospérez. Ceci prend toute son ampleur lors du jeu en ligne, car les visiteurs viennent dépenser leur argent chez vous mais peuvent aussi ouvrir leur magasin. C'est un véritable gain de contenu, les parties de "Concorde" pourraient suffire à en faire un titre téléchargeable.
Les Plus
  • Le Pokéwood
  • Un jeu en ligne parfait
  • L'énorme Pokédex
Les Moins
  • Dur de s'y retrouver si vous n'avez pas fini le précédent
  • Même starters que l'année dernière