Second service pour Grand Chelem Tennis 2

21 févr. 2012
Testé par sur
Disponible sur
2

Grand Chelem Tennis 2 est un jeu plein de paradoxes. Beaucoup trop ambitieux, le titre déçoit. Si sa technique "correcte mais sans plus" et que son mode Carrière fourni mais manquant de savoir-faire sont facilement pardonnable, il est difficile de passer outre la permissivité abusive du gameplay. Certaines intentions étaient bonnes mais le titre d'Electronic Arts échoue sur le point décisif. Difficile, en effet, d'apprécier un jeu où les amorties et autres volées n'apportent rien sur le plan ludique, les une étant inutiles tandis que les autres offrent des points bien trop facilement. Nous voila donc en attente d'une éventuelle suite pour observer comment tout cela évoluera.

Grand Chelem Tennis 2 n'a pas grand chose à voir avec son prédécesseur sorti sur Wii il y a trois ans. Attiré par le déclin de Virtua Tennis, mais peut-être aussi par un marché qui peine encore à trouver son public en terme de ventes, Electronic Arts semble bien décidé à se faire une place au côté du génialissime Top Spin 4. Un dessein ambitieux mais qui ne se fera certainement pas du jour au lendemain.

Si les texture sont plutôt fines, la modélisation des joueurs laisse à désirer.

Federer, mon héros pas ressemblant

Beau de loin mais loin d'être beau, voilà un adage qui correspond parfaitement à Grand Chelem Tennis 2. Si le jeu est plutôt joli, la modélisation des 22 stars présentes laisse franchement à désirer. Le premier volet étant sorti sur Wii, celui-ci arborait un look cartoon qui collait bien avec le public visé. Les traits marqués des visages de Grand Chelem Tennis 2 cachent peut-être un désir de caricature, mais le fait est que le jeu semble avoir le cul entre deux chaises. A mi-chemin entre le réalisme et le laisser-aller, le titre ne satisfera pas les habitués des références EA Sports qui rêvaient de reconnaître avec exactitude leurs idoles. Surtout qu'il y a du beau monde dans les vestiaires : Federer, Nadal, Djokovic, Tsonga, les soeurs Williams, Shaparapova, Henin, Davenport, Becker, Edberg, Sampras, etc. Pas mal de stars donc, mais pas mal de légendes ou de joueurs "récemment" retraités. Au final, le panel de joueurs est tout de même un cran en dessous de la concurrence mais les aficionados devraient y trouver leur compte sans trop de problèmes. En revanche, ce qui ne devrait satisfaire personne, c'est la partie sonore. Entre les musiques anesthésiantes des menus et les commentaires de Guy Forget, dignes des années 90, difficile de parler d'une ambiance réussie, d'autant que les bruitages se contentent aussi du strict minimum. Quelle idée, soit dit en passant, de faire tant chuchoter le public lors des points !

Si vous jouez avec les sticks, les services s'en sortent plutôt bien.

Faute !

Pour ce qui est du gameplay, Grand Chelem Tennis 2 s'inspire fortement de Top Spin. En effet, le jeu repose avant tout sur votre faculté à relâcher les touches au bon moment. Comme pour le titre de 2K Games, des indications en rapport avec le timing de vos coups vous aident à adapter votre jeu correctement. Un coup de pouce dont nous nous serions bien passé compte tenu de la permissivité assez aberrante du gameplay. A l'instar d'un Virtua Tennis, vous n'avez presque jamais l'occasion de voir la balle sortir du terrain, le timing de vos coups n'influant que très peu sur ce qui se passe à l'écran. Toujours en ce qui concerne la franchise de SEGA, Grand Chelem Tennis 2 semble s'être inspiré de sa vitesse super sonique, si bien que les joueurs peuvent parcourir le cour en deux temps trois mouvements. Un parti pris radical et qui rend le jeu particulièrement simpliste : exit l'utilité des amorties et bonjour les points monotones. Plus grave encore, l'absence d'animations dignes de ce nom et la trop grande similitude entre les joueurs font que vous avez simplement l'impression de changer de skin en sélectionnant vos stars favorites. Enfin, notez que si le jeu est jouable à l'aide des touches classiques, il permet aussi de jouer avec seulement les deux sticks analogiques. Cette configuration rappelle celles d'autres titres d'Electronic Arts mais se révèle être peu pratique dans le cas présent.

Vous n'aurez aucun mal à venir à bout des stars du circuit.

Le Roi de l'ATP ?

Côté contenu, Grand Chelem Tennis 2 y va de son mode Carrière. Une fois votre joueur ou joueuse créé(e), à vous la conquête des grands chelems. S'étalant sur 10 ans, votre carrière sera longue mais dépourvue de réel challenge tant ce mode de jeu s'avère mal équilibré. En dépit du faible niveau de votre joueur débutant, les victoires s'enchaînent de façon déconcertante, au point que vous ne perdrez probablement jamais un jeu. Sachant que, lorsqu'il débute, votre avatar à une statistique de 36 tandis que les ténors du circuit tournent autour de 80, cette facilité a de quoi laisser dubitatif. De ce fait, inutile de vous dire que les points d'expérience et d'aptitude glanés au fil des matchs et entraînements semblent moins utiles que supposé, tout comme l'équipement amassé. En parlant des entraînements, ces dernières sont guère passionnants et sont loin d'égaler l'aspect ludique de leurs homologues de Virtua Tennis. Non, pour sauver le mode Carrière de Grand Chelem Tennis 2, il vaut mieux se concentrer sur sa durée et la configuration des tournois. Car de ce point de vue, le calendrier des épreuves s'avère assez atypique, chaque grand chelem étant précédé de deux épreuves au choix. Par conséquent, les saisons sont d'apparence plus courtes mais les tournois plus longs. Comptez sept matchs pour remporter un grand chelem, soit le même nombre de matchs ou presque que dans la réalité.

Les joueuses sont aussi à l'honneur avec des réprésentantes de choix.

Une bonne idée

Enfin, pour être tout à fait complet, il convient d'évoquer le mode Classiques Grands Chelems. Celui-ci vous permet de revivre ou revisiter des matchs d'anthologie des années 2000, 90 ou 80. A vous par exemple de faire gagner Tsonga face à Djokovic en finale de l'Open d'Australie en 2008. C'est le petit Jo qui va être content. Autre possibilité : vivre des matchs de rêve entre des légendes d'hier et d'aujourd'hui (Borg/Nadal pour n'en citer qu'un). Si les scénarios sont parfois sympathiques, certains matchs laissent tout de même sceptique tant le joueur n'est jamais mis en difficulté. Du coup, quelle différence entre faire un match simple opposant deux légendes et participer à ce mode de jeu ? C'est la question qu'il est légitime de se poser. Jeu de sport oblige, Grand Chelem Tennis 2 propose également un mode de jeu en ligne. Plutôt stable, ce dernier permet aussi bien de jouer de simples matchs que de participer à des tournois. Un programme sympathique même si le multijoueur ne fait que confirmer les soucis liés au gameplay, comme par exemple la monotonie des points et des situations de jeu.
Les Plus
  • Assez beau...
  • Un premier essai qui montre quand même de la bonne volonté
  • Un côté arcade appréciable pour les fainéants qui ne veulent pas s'impliquer le temps d'un après-midi dans Top Spin 4
Les Moins
  • ... de loin (modélisation des joueurs à peine correcte)
  • Un gameplay sans finesse
  • Les amorties de la honte
  • Un mode carrière qui manque cruellement de challenge et d'équilibre
  • On t'aime bien Guy, mais non merci !
  • Des entraînements rébarbatifs