Silent Hill magnifie ses mémoires sur Wii

15 mars 2010
Testé par sur
Disponible sur
4

Voilà un jeu sur un père prêt à tout pour sauver son enfant. Son déroulement s'adapte aux comportements du joueur, abandonné à un titre qui mise davantage sur la narration que sur la jouabilité. Un très beau jeu, émouvant, au propos mature. Anglais, il ne déclenche pas l'enthousiasme béat des médias français. Et Nintendo, qui ne sait peut-être même pas qu'il existe, ne le présente pas comme la révolution du jeu vidéo vers la noblesse du cinéma, comme le Game is just a start. David Cage n'a-t-il pas dit que Silent Hill aurait fait un très bon Fahrenheit-like ? Bien sûr, il avait tort. Acheter Shattered Memories, c'est sauver le jeu vidéo, celui qui ose avancer et se remettre en question. Sauvez Cheryl Mason. Sauvez le monde. L'Histoire tranchera.

Inspirée par le succès de Resident Evil, la série Silent Hill a su trouver son public grâce à des scénarios plus ambitieux. Les récentes tentatives de renouvellement (The Room, Homecoming) n'ont pas toujours convaincu. Déjà à l'oeuvre sur Silent Hill Origins, le studio anglais Climax propose une relecture de l'épisode originel. Les fans crieront peut-être à l'imposture mais le pari, audacieux, est relevé avec panache.

L'obscurité cache de nombreux indices.

Enième retour à Silent Hill

Tandis qu'il roule de nuit sur une route enneigée, Harry Mason perd le contrôle de son véhicule et se plante dans le décor. A son réveil, il constate avec effroi que sa fille Cheryl a disparu. Armé d'une lampe torche, Harry s'enfonce dans l'obscurité de Silent Hill pour la retrouver... Déplacements lents ou rapides via le Nunchuk et orientation de la torche grâce à la télécommande ; les commandes sont simples et naturelles. Vous pouvez ainsi vous concentrer sur l'essentiel : l'observation des lieux traversés à la recherche d'indices. Dans ses phases d'exploration, Shattered Memories évoque la progression des jeux de type pointer-cliquer. Des éléments appellent des commentaires, des portes demandent une clef pour être ouvertes et des objets s'obtiennent suite à une énigme (souvent basée sur la reconnaissance de mouvements). Rapidement, votre téléphone portable se rappelle à votre bon souvenir. Vous pouvez alors utiliser son GPS (carte), son appareil photo (qui voit des choses surnaturelles) et bien sûr sa fonction d'appel. Silent Hill affiche de nombreux numéros. Si certains n'ont qu'un but narratif, d'autres entrent astucieusement dans la résolution des énigmes.

Vos rencontres risquent de vous intriguer.

Iceberg conceptuel

Avant même l'écran-titre, le jeu vous lance un avertissement. Vous risquez de ne pas être le seul à jouer, le programme prétend en effet s'adapter à votre comportement et à votre psychologie. La partie la plus visible de cet iceberg conceptuel se trouve dans les séances de psychanalyse qui interviennent régulièrement dans l'aventure. Un spécialiste semble retracer avec vous les événements relatés dans le jeu proprement dit. Vous serez ainsi soumis à des questions et des tests de personnalité qui influeront sur certains détails. De plus, votre façon de jouer est également prise en compte afin de vous proposer un cauchemar sur-mesure. Personnages secondaires, dialogues, décors et ennemis se déclinent à travers de subtiles variations qui incitent à pratiquer le jeu plusieurs fois. Celui-ci est, dans cet ordre d'idée, relativement court et par conséquent adapté à plusieurs parties. Par ailleurs, quelques alternatives s'offrent à vous à certains stades de l'histoire. Différents chemins sont possibles avec des lieux et énigmes différents. Enfin, la très belle conclusion et ses révélations participent aussi au principe d'essais multiples.

Les créatures feront tout pour vous arrêter.

Enfer glacé

Moins gore, moins sordide que certains de ses prédécesseurs, Shattered Memories reste un épisode de Silent Hill avec sa dimension infernale et ses créatures difformes. Un Enfer qui, comme son dernier cercle décrit par Dante, est fait de glace. Cette fois, Harry ne trouvera aucune arme pour se défendre, à l'exception de rares fusées de détresse qui repousseront les ennemis un instant. Vous devez donc fuir, repousser les créatures qui s'accrochent à vous, utiliser des meubles pour les retarder voire vous cacher (solution peu concluante à l'usage). Très stressantes au début, ces séquences ne sont guère pénalisantes en cas d'échec. Pas de recharge à la dernière sauvegarde ici, vous reprenez peu avant la scène manquée. Le potentiel horrifique du jeu s'en trouve diminué. Une fois son fonctionnement compris, peu de chance qu'il vous fasse sursauter. L'ambiance reste cependant très soignée, il faut juste savoir à quoi s'attendre. Le rythme global est en tout cas pertinent, entre peur du noir et tension de la fuite. Le vrai défaut du jeu se trouve plutôt dans sa version française : fautes de frappe dans les sous-titres, textes restés en anglais ou partiellement traduits... L'esprit série B ?
Les Plus
  • Réinvention intelligente d'une série à l'agonie.
  • Un projet brillamment pensé et optimisé pour la Wii.
  • Une histoire bouleversante et magnifique.
Les Moins
  • Version française vraiment limite.