Darksiders met tout le monde d'accord

30 mars 2010
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur THQ
  • Développeur Vigile Games
  • Sortie initiale 6 janvier 2010
  • Genres Action, Aventure

Hyper violent, hyper jouissif, Darksiders est la bonne surprise du moment. Il suffit de prendre le contrôle de WAR pour frissonner de plaisir, tant la démarche, la personnalité et la puissance de ce nouveau héros font merveille. Doté de mécanismes solides, de donjons bien fichus et d'ennemis gigantesques, Darksiders est une pointure qui touche à la perfection ; mais sans l'atteindre toutefois, la faute à des petites raideurs dans le gameplay, lors des sauts, de certaines attaques et de quelques puzzles notamment. Rien de bien grave cependant : la force brute de ce bijou de violence apocalyptique rend Darksiders incontournable, tout simplement. Si vous aimez les jeux brutaux, vous ne pouvez pas passer à côté de ce hit !

Quel effet ça fait de tout détruire ? C'est la question très judicieuse que pose Darksiders en vous donnant la possibilité d'incarner WAR, un des quatre Cavaliers de l'Apocalypse. Evidemment, avec un nom pareil, il n'est pas vraiment question de faire la vaisselle ; mais plutôt de tout ravager, façon Attila puissance mille. Le combat commence sur Terre et se finit plutôt mal, dans la trahison et la mise à l'épreuve... De quoi alimenter la colère de WAR, avec une violence si incroyable qu'elle va vous scotcher au pad pour une grosse vingtaine d'heures, minimum.

Enchaînez combos et attaques spéciales !

La GUERRE, c'est moi !

WAR est sans doute le personnage le plus bourrin que le jeu vidéo ait jamais connu, en tout cas depuis la naissance de Kratos. En bon gros Cavalier de l'Apocalypse, WAR n'a pas tellement l'habitude qu'on lui marche sur les pieds : pour parler crûment, il envoie balader tout le monde. Nous qui sommes toujours tenus de mesurer nos propos, humbles humains, incarner un dieu qui crache sur tout le monde, massacre et rase tout sur son passage est pour le moins décapant. Il faut dire que l'univers de Darksiders s'y prête remarquablement bien avec des environnements apocalyptiques remplis de démons mineurs à massacrer joyeusement, et de grosse bestioles ailées à tabasser sévère. Pour un beat them all, Darksiders s'en sort remarquablement bien avec des combos puissants et spectaculaires, des pouvoirs spéciaux à déclencher au bon moment et des actions contextuelles qui permettent d'achever un ennemi dans un déluge de violence et de sang. La filiation avec God of War est parfaitement assumée, mais Darksiders ne s'arrête pas là.

Les donjons s'inspirent des mécanismes de Zelda.

Ca me plaît, je le prends

La grande force de Darksiders, c'est sa capacité à avaler les éléments de gameplay de jeux complètement différents. Les donjons par exemple reprennent sans vergogne les mécanismes des Zelda : et vas-y que je te pique l'idée du coffre qui contient la carte complète du donjon, et vas-y que je te mets un pouvoir spécial à acquérir pour buter le boss local, et que je te rajoute des mécanismes à activer et des portes fermées jusqu'à ce que tu aies tué tous les ennemis de la pièce... Après, Darksiders profite d'une ambiance qui lui est propre et d'un graphisme atypique, qui lorgne un peu du côté de World of Warcraft - on a vu pire comme référence. Ajoutez un petit arrière goût de Devil May Cry pour les combats et de Soul Reaver 2 pour l'intrigue et vous obtenez un cocktail détonnant.

Découvrez de nouvelles armes... et même une monture !

Ramasse tes dents !

Des jeux qui copient leurs aînés sans arriver à faire aussi bien, on en a vu plein. Mais Darksiders fait exception : ses emprunts sont intégrés à un univers et à un protagonistes solides, ce qui rend l'expérience de jeu passionnante. Il suffit de voir comment WAR avance dans le jeu, avec sa grosse démarche de molosse ultra dangereux, pour ressentir un frisson de plaisir : la sensation de toute puissance est géniale, surtout que WAR écrabouille sans ciller des hordes de monstres. Quelques ennemis gigantesques se font aplatir dans la foulée, à la Devil May Cry, mais sans l'élégance légèrement efféminée du jeu de Capcom : WAR est une grosse brute qui cogne comme un taré et c'est juste jouissif. A part quelques problèmes de gameplay, un peu de raideur quand WAR s'accroche à des corniches ou exécute certaines actions (les sauts notamment), c'est un sans faute. Remarquable, tout simplement.
Les Plus
  • WAR, un héros violent et tourmenté
  • Des emprunts bien intégrés : le gameplay est génial
  • Grosse durée de vie, ça fait plaisir
  • L'histoire est captivante
Les Moins
  • Quelques couacs dans la maniabilité