Dead Space Extraction surgit de la pénombre sur Wii

21 nov. 2009
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur Electronic Arts
  • Développeur Redwood Shores Studio
  • Sortie initiale 2 octobre 2009
  • Genres Action, Aventure

Cet épisode Wii n'a rien à envier à son grand frère. Le survival-horror se marie autant avec l'action que le rail-shooting. Profitant d'une mise en scène magistrale, de graphismes soignés et d'un gameplay simple agrémenté d'idées ingénieuses, Dead Space Extraction est le jeu à posséder sur Wii pour tous les fans d'horreur et de frisson.

Fort de son succès autant critique que commercial, Dead Space aura su déchainer les passions et surtout celles d'Electronic Arts, qui, comme à l'accoutumée, ne compte pas s'arrêter à un seul épisode. Et pour que tout le monde soit servi, c'est sur Wii que débarque Dead Space Extraction dans un style plutôt atypique puisque l'action - aventure est mis de coté pour laissé place à un rail-shooter dans la grande ligné des House of The Dead ou plus récemment des Resident Evil Chronicles. L'horreur est il une question de point de vue ? Réponse dans ce test.

Voici le mystérieux monolythe qui cause tout ce désastre.

L'espace confiné

L'histoire de Dead Space Extraction prend place avant le premier épisode. Cette prequel débute sur la planète Aegis VII où un mystérieux artefact a été découvert. Votre mission est de l'extraire de la planète. Malheureusement l'extraction cause la perte de la colonie et l'apparition des terribles Nécromorphes. Vous suivez l'histoire à travers plusieurs personnalités, de l'ingénieur au détective privée, en passant par un docteur et une soldat d'élite. Tous présentent différents point de vue sur la situation même si leur but principal est la survie. Ce qui frappe en premier lieu dans ce jeu de tir sur rail (rail-shooter) qui paraît classique c'est sa mise en scène époustouflante. Plus qu'une banale progression où l'on avance de manière directive, ici vous en prenez plein la vue. Les mouvements de caméra suivent chaque mouvement du personnage dans des situations plus effrayantes les unes que les autres. Des courses poursuites aux passages de pur angoisse durant les longs silences accompagnent les couloirs lugubres. L'ambiance est travaillée jusque dans les moindres de détails, avec des visions qui arrivent sans prévenir, ou des bruits suspects qui font monter la pression.

Les phases en zone sans gravité vous donne le tourni.

La peur maitrisée

L'aspect graphique y joue un rôle prépondérant bien entendu. La modélisation des protagonistes est de toute beauté. Les expressions de stupéfaction de nos camarades nous donnent la chair de poule tellement la peur est visible sur leur visage. Profitant d'un doublage de qualité chaque personnage possède une véritable identité et une véritable histoire. Bien que les environnements ne soient pas si variés, le paradoxe entre les couloirs exiguës et l'immensité stellaire déstabilise à tous les coups. Notons également le travail d'orfèvre qui a été effectué sur les effets de lumière. Visceral Games a réussi le pari fou de restituer toute la richesse de l'épisode next -gen dans ce spin-off. Et ce malgré le coté très dirigiste que imposé par le choix du rail-shooting. La sensation d'exploration et de peur reste intacte. La recette de Dead Space mélangée à celle des traditionnels jeu de tir sur rail fait des merveilles. A l'instar des mastodontes du genre, vous pointez l'écran à l'aide de la Wiimote ( ou accessoirement du Wii Zap) et vous tirez. Mais là où la jouabilité de Dead Space Extraction fait toute la différence c'est qu'il ne faut pas canarder sur les ennemis pour les éliminer. Il faut tirer précisément sur chaque partie de leur corps pour les démembrer. Vous croyez terrasser l'ennemi en lui tirant dans les jambes . Et c'est là que vous le voiyez ramper jusqu'à vous. La panique est totale!

Les séances de soudage mettent votre dextérité à rude épreuve.

Un mécanisme bien huilé

Les développeurs n'ont pas oublié d'exploiter les capacités de la Wiimote dans les moindres détails. En inclinant la Wiimote vous pouvez activer le tir alternatif de chaque arme. Chaque arme possède deux manières différentes de tirer. Avec un arsenal varié, (du lance-clou, au lance-flamme en passant par le lance-grenades.) les boucheries sont légions. Le Nunchuck n'a pas été mis de coté aussi. En le secouant vous pouvez effectuez des attaques au corps à corps lorsque qu'un ennemi vous bondit dessus ou pour détruire un obstacle. L'univers de Dead Space Extraction étant riche le gameplay en profite aussi. Les ingénieurs possède quelques capacités extra-sensorielles qui vous permettent de ralentir vos ennemis avec la Stase. Quant à elle la télépathie sert à récupérer les différents items (munitions, armes, vies...) parsemés dans les niveaux. Mais encore intercepter des projectiles pour les retourner à l'envoyeur. Espace obligé, vous êtes bien entendu invité à visiter celui-ci dans les mythiques passages en zones sans gravité. Bien entendu, un peu moins épique que dans l'épisode traditionnel, elles ont tout de même le mérite d'être de nouveau au rendez-vous. Elles consistent ici à pointer un endroit pour se diriger vers celui. Autre manière de varier un peu des phases de tir : les phases de bricolage où vous devez clouer des portes de fortune. Ou bien les phases de soudure qui se traduisent par un mini–jeu où vous devez suivre un chemin avec le curseur en évitant les obstacles. C'est très difficile lorsque des ennemis vous attaquent en même temps. Seul point noir : la durée de vie. Il ne faut pas plus de 6h pour boucler le mode solo. Fort heureusement il est possible de jouer en coopération, ou encore de rejouer les niveaux en mode défi, le tout avec des missions annexes à remplir. Saluons surtout le geste de l'éditeur qui offre en bonus les 6 épisodes qui avait été diffusés sur le Web l'année dernière.
Les Plus
  • L'ambiance et la réalisation remarquable
  • La modélisation des visages de grande qualité
  • La jouabilité soigné et ingénieuse
Les Moins
  • La durée de vie assez courte