Sengoku Anthology, ou comment faire du neuf avec du vieux

04 mai 2009
Testé par sur
Disponible sur
2

Finalement, Sengoku Anthology regroupe trois jeux aux qualités très inégales. Ainsi, seul le troisième volet est réellement digne d’intérêt, les deux premiers étant davantage présents pour la culture vidéoludique que pour autre chose. Malgré ses indéniables atouts, Sengoku 3 justifie-t-il à lui seul l’achat de cette compilation sur PC ? Au prix annoncé de 29,99 €, l’addition peu paraître un peu salée, surtout que la concurrence est rude du côté des émulateurs et des jeux gratuits, à l’image de Streets of Rage Revival.

A l’image par exemple des développeurs de SEGA, ceux de SNK Playmore tentent eux aussi de surfer sur la vague "nostalgie", en proposant pour leur part des adaptations sur PC et PS2 de plusieurs succès de la mythique Neo-Geo. En attendant Metal Slug Collection, c’est Sengoku Anthology qui va essayer de vous convaincre que les jeux de baston du type beat-them-all ne sont pas obsolètes et ont droit à une petite place dans votre ludothèque. Trois épisodes pour le prix d’un, c’est plutôt alléchant sur le papier, mais qu’en est-il sur l’écran ?

Pour battre les boss de Sengoku 1, il faut au préalable trouver leur point faible.

Deux vieilleries

Le premier épisode est sorti en 1991 sur Neo-Geo, et le second deux ans plus tard. Aujourd’hui, ces deux jeux demeurent quasi-anecdotiques tant ils ont vieilli, à l’image, par exemple, du tout premier Streets of Rage. Le gameplay est très primaire, tout comme les graphismes et les bruitages. Seuls deux héros sont disponibles : un ninja et un cow-boy. Un bouton sert pour les coups (deux pour le second volet, qui distingue coup d’épée vertical et coup d’épée horizontal), un bouton pour les sauts, et un dernier pour les transformations. En effet, votre personnage, en ramassant des orbes colorés laissés par les ennemis vaincus, peut se transformer un court instant en un chien, un samouraï ou un autre ninja. Ces transformations ont pour ambition d’essayer de varier les phases d’action, mais de manière, hélas, assez peu convaincante. Votre héros peut également obtenir différents pouvoirs, lui offrant par exemple la capacité de lancer des boules d’énergie sur les ennemis. Le scénario est quasi inexistant – il s’agit d’éliminer un puissant seigneur maléfique dont une légende prédit le retour – mais c’est habituel dans ce genre de jeux. La seule particularité est que l’action se place à deux époques différentes de l’histoire : l’époque féodale, et l’époque contemporaine. Vous alternez donc les phases de combats dans des environnements très variés, allant de la plaine désolée à la ville ravagée par la seconde guerre mondiale.

Dans Sengoku 3, vous débloquez deux personnages supplémentaires en terminant les trois premiers actes.

Et un petit bijou

Le troisième volet est sans conteste le meilleur de la série. Sorti sur Neo-Geo 10 ans après le premier épisode, il apporte nombre d’améliorations et pousse le genre du beat-them-all à son paroxysme. Le support du scénario est une fois encore une sombre prophétie qui annonce le retour de hordes démoniaques prêtes à déferler sur la Terre. Vous avez à votre disposition quatre différents et charismatiques héros : le samuraï borgne Kagetsura, la femme ninja Kurenai, le moine Kongoh, et le chevalier blond Falcon. Chaque personnage dispose d’un style propre, ce qui offre sans conteste une certaine rejouabilité. Au niveau des contrôles, quatre boutons sont utilisables. Un premier est destiné aux coups d’épée, un second aux coups de poing ou de pied, et aussi au ramassage d'objets. Un troisième bouton sert à faire sauter votre personnage, et le dernier à lancer les projectiles à votre disposition (shuriken et autres). A chaque fois que vous éliminez un ennemi, vous remplissez une jauge qui, une fois totalement pleine, vous permet de lancer des attaques spéciales. De plus, vous pouvez combiner des directions avec des boutons de coups pour déclencher d’autres types d’attaque, comme une charge sur un groupe d’ennemis, par exemple. Au final, cet épisode offre des graphismes très corrects et surtout un gameplay fun et nerveux, en particulier à deux joueurs.
Les Plus
  • Un troisième volet de bonne qualité
  • Les trois jeux sont jouables à deux joueurs
Les Moins
  • Deux premiers épisodes anecdotiques
  • Pas d'amélioration graphique