A la croisée des genres avec Battle Fantasia

09 mars 2009
Testé par sur
Disponible sur
3

Battle Fantasia a des atouts non négligeables pour séduire les amateurs de VS Fighting. Son univers RPG bien à lui, sa réalisation, très correcte, ainsi qu'un système de combat plutôt plaisant en font un bon petit jeu de combat. Il lui manque toutefois un casting plus conséquent et un mode en ligne plus fréquenté pour vous maintenir en haleine de longues heures durant. Une bonne alternative à Street Fighter IV donc, à défaut d'être un véritable pilier du genre.

Arc Systems Works, un nom qui n'est sûrement pas inconnu des joueurs acharnés de VS Fighting. Ces développeurs sont en effet derrière la licence Guilty Gear, une licence excellente qui demande cependant un investissement assez important de la part du joueur. Sorti en arcade au Japon l'an passé, Battle Fantasia propose une maniabilité beaucoup plus abordable pour le commun des mortels. Simplifier la maniabilité afin de toucher un public plus large, voilà qui rappelle un peu la politique de Capcom quant à leur dernier bébé. Le résultat final est-il aussi concluant que pour Street Fighter IV ? La réponse sans plus tarder.

Le nom de votre Spéciale s'affiche à l'écran quand vous la sortez.

Un univers unique

Battle Fantasia propose un panel de personnages vraiment original. La plupart d'entre eux donnent l'impression d'être sortis tout droit d'un RPG. Différentes classes sont ainsi représentées : guerrier, garde, magicien... Les affrontements se font d'ailleurs à l'aide d'armes diverses (épées pour Marco et Death Bringer, pistolet pour Face) ; certains protagonistes comme Ashley combattent néanmoins à mains nues. L'enrobage heroic/fantasy ne s'arrête pas seulement aux personnages. L'interface elle même est retravaillée dans cette optique RPGesque. Ainsi, les rounds sont remplacés par des chapitres, les barres de vie par des points de santé ("HP" ou "Health Points" pour être précis). Lorsqu'un personnage effectue une Attaque Spéciale, le nom de celle-ci s'affiche à l'écran, comme cela arrive parfois pour un sort dans un RPG lambda. Enfin, j'oubliais presque de mentionner le rendu 2,5D du jeu. A mi-chemin entre la 2D (la maniabilité est dans le pur esprit 2D) et la 3D (la modélisation des persos, le décor), le jeu est plutôt joli pour les mirettes. Tous ces éléments confèrent donc au titre édité par 505 Games une réelle identité visuelle.

La carte du monde évoque plus le RPG que le jeu de combat.

Yoga flemme...

L'aspect graphique mis à part, difficile de dire que Battle Fantasia fait dans le neuf. Les personnages font d'ailleurs énormément penser à ceux de la série culte de Capcom. Les deux frères Marco et Urs sont les Ken et Ryu du jeu. Leurs coups spéciaux sont évidemment basés sur des quarts de tours poing et pied. Le gros Donvalve est quant à lui le Zangief local. C'est, au passage, le seul personnage à base de 360. Si vous aimez les persos à chopes il y a de quoi être déçus donc. Enfin, Odile est un peu une Sakura aux doux airs de Dhalsim du point de vue des commandes. La maniabilité globale demeure très accessible donc ; et très simplifiée. Deux boutons pour les coups faibles, idem pour les forts. A cela se rajoute cependant le contre (avec le bouton RB) qui permet de parer l'attaque adverse, évidemment. Ce même bouton avec une pression dans la direction de l'adversaire au bon moment, et vous l'envoyez valdinguer dans le mur opposé. C'est d'ailleurs à partir de ce genre de manipulation que certains types de combos s'ouvrent. Car mine de rien Battle Fantasia en a plus dans le ventre que je ne croyais quant à la possibilité d'enchaîner des coups. Et cela grâce notamment au "Heat Up" (disponible une fois qu'une barre de Spéciale au moins est remplie), qui correspond en fait aux coups EX d'un Street Fighter, c'est à dire des coups spéciaux améliorés.

Death Bringer, le boss de fin, dévoile son côté centaure lors de certaines attaques.

Un contenu maigrichon.

Vous faites malheureusement vite le tour des personnages puisque seulement 12 sont disponibles. A l'heure où un jeu de VS Fighting en compte au bas mot 20 à 25, autant dire que cela fait relativement peu. Les modes de jeu font quant à eux dans le très classique. Modes Story, Arcade, Time Attack, Survival sont donc présents. Un mode Challenge aurait été le bienvenue afin d'approfondir chaque personnage comme il se doit. Il est par ailleurs possible de combattre sur le Live... quand il y a du monde. Honnêtement, j'aurais bien voulu affronter d'autres joueurs en ligne mais aucun ne s'est jamais présenté lors de mes nombreuses créations de salons. Impossible de trouver quelqu'un donc, la faute à n'en pas douter à un certain Street Fighter IV. Quelle idée en même temps de sortir ce Battle Fantasia quasiment en même temps que le mastodonte de Capcom ? A croire que 505 Games cherche l'échec commercial en Europe avec un tel planning.
Les Plus
  • Un réel cachet visuel
  • Les voix japonaises
  • La maniabilité simple mais bien pensée
  • Le système de contres et les combos qui en découlent
Les Moins
  • Le casting beaucoup trop réduit
  • Le classicisme des modes de jeux
  • Le mode en ligne désert