A Vampyre Story, le croc & click loufoque

17 déc. 2008
Testé par sur
2

S'il est un genre qui ne connaît pas la crise, c'est bien celui du point & click. Depuis les premiers pas de Guybrush Threepwood dans The secret of Monkey Island, puis de Georges Stobbart dans Les chevaliers de Baphomet, les émules se sont succédés à un rythme qui n'a jamais failli. C'est maintenant au tour de Crimson Cow de reprendre le flambeau de LucasFilm Games en vous présentant Mona, l'héroïne de A Vampyre Story, le premier épisode d'une trilogie qui va devoir montrer les crocs pour s'imposer...

Les développeurs se sont inspiré de Burton pour le graphisme et de Disney pour la composition du duo.

La Belle et la (petite) Bête

L'histoire prend place en Draxsylvanie en l'an de grâce 1895. La jeune et jolie Mona de Lafitte est retenue prisonnière dans le château du sinistre Baron Shrowdy von Kiefer. Celui-ci n'est pas un homme ordinaire : c'est un puissant vampire. Tombé sous le charme de Mona dès leur première rencontre, il a décidé de la kidnapper et de la transformer elle-aussi en vampire afin de la garder auprès de lui pour toujours. Mais Mona n'a qu'un rêve : échapper au Baron et regagner Paris pour y reprendre ses cours de chant. Elle souhaite en effet devenir une célèbre chanteuse d'opéra. Une nuit, Shrowdy est piégé par des chasseurs de vampires qui le tuent sans pitié. Ne le voyant pas revenir, Mona décide d'essayer de retrouver sa liberté et de quitter le château. Pourtant, tout n'est pas aussi simple qu'elle l'espérait. Heureusement, elle peut compter sur l'aide de Froderick, une petite chauve souris malicieuse et extravagante, qui va tout faire pour que Mona puisse s'enfuir et réaliser son rêve. Mais c'est surtout les pouvoirs de vampire qu'elle possède qui vont lui permettre d'échapper aux pièges qui parsèment le chemin menant à Paris.

Vous pouvez faire apparaître les zones cliquables en pressant la touche Tab.

Une jouabilité dans la pure tradition

A Vampyre Story est un point & click très classique. Le clic droit permet principalement de déplacer Mona. En restant appuyé sur ce même bouton au dessus d'un objet, vous faites apparaître une petite interface qui offre globalement quatre choix : examiner, ramasser, parler, et se transformer en chauve souris. Cette transformation permet essentiellement d'atteindre des endroits inaccessibles sous forme humaine. Enfin, le clic gauche sert à ouvrir l'inventaire ou à se déplacer instantanément d'un lieu à un autre. Les graphismes sont soignés même si la résolution est bloquée au 1024 par 768. La musique est quant à elle plutôt agréable. Malheureusement, les voix sont entièrement en anglais et seulement sous-titrées en français. C'est dommage que Focus ne se soit pas donné les moyens d'intégrer un doublage français, surtout que le générique final révèle que les allemands ont eux la chance de bénéficier d'une localisation dans leur langue. Comme souvent dans ce genre de jeu, l'humour est omniprésent, même s'il n'est pas toujours de bon goût. Toujours dans le même registre comique, de nombreux clins d'œil sont disséminés au fil de l'aventure. Ces allusions sont d'ailleurs très variées : Les chevaliers de Baphomet, La Guerre des Etoiles, Beverly Hills, Day of the Tentacle, etc.

Les "images mentales" sont en bleu dans l'inventaire pour ne pas les confondre avec les objets classiques.

Ça use les souliers

Les énigmes sont variées et de difficulté moyenne, voire élevée pour certaines. Il est nécessaire d'avoir une mémoire solide, puisque lorsque vous poursuivez la partie après une pause, vous ne savez plus forcément où vous en étiez dans le déroulement de l'histoire. Dommage qu'un historique des objectifs à accomplir ne soit pas disponible, comme c'est par exemple le cas dans les dernières aventures de Nancy Drew. Par ailleurs, les nombreux aller-retour que doit faire Mona pour progresser sont très rébarbatifs. Pire, ils sont exacerbés par le système d'"image mentale" d'objet. Ce système est censé apporter une certaine cohérence en empêchant votre charmante vampire d'accumuler dans son inventaire les objets jugés trop lourds ou encombrants. Par exemple, vous cliquez sur une pelle qui va vous être utile par la suite, et au lieu de ramasser l'objet, vous placez une "image mentale" de cet objet dans votre inventaire. Le problème, c'est qu'au moment où vous devez utiliser la pelle, une courte séquence montre Mona ou Froderick aller chercher l'objet, le ramener, puis finalement l'utiliser. Cela multiplie inutilement et artificiellement le temps où vous attendez sans jouer puisqu'il est impossible de zapper ces séquences.
Les Plus
  • Un duo charismatique
  • Un humour très présent
  • Aucune énigme farfelue
Les Moins
  • Une absence de doublage français
  • Des aller-retour rébarbatifs
Résultat

Au final, A Vampyre Story est un jeu plutôt moyen. D'un côté, les bases du genre sont correctement maîtrisées. De l'autre, l'absence de localisation française et l'overdose d'aller-retour handicapent le gameplay. Bien sûr, si vous êtes un inconditionnel, vous allez être ravi d'avoir un nouveau challenge à relever. Mais si ce n'est pas le cas, ce premier chapitre des aventures de Mona et Froderick n'est pas le titre idéal pour découvrir les délices du point & click...