Sonic Chronicles, un RPG à grande vitesse

21 oct. 2008
Testé par sur
Disponible sur
2
  • Éditeur SEGA
  • Développeur Bioware
  • Sortie initiale 26 septembre 2008
  • Genre Rôle

Pour ses premiers pas dans le monde du RPG, Sonic s’en sort avec les honneurs. Il ne propose rien de révolutionnaire mais il reste un bon jeu de rôle sur NDS dans la trempe de Mario & Luigi : Partners in Time ou Magical Starsign. Les fans de la première heure du hérisson hypersonique ne trouveront peut être pas leur compte mais pour les RPGistes voulant se mettre un petit jeu sous la dent, Sonic Chronicles reste un bon investissement.

Habituellement connu pour ses performances athlétiques et surtout pour sa rapidité ahurissante, c’est aujourd’hui sous la forme d’un RPG qu’arrive le hérisson le plus rapide du monde, le bien nommé Sonic. C’est un retour pour le moins inattendu pour le hérisson bleu ayant pour l’habitude de jouer dans la cour des jeux de plates-formes ou dernièrement dans celle des simulations sportives - avec Mario & Sonic aux Jeux Olympiques et SEGA Superstars Tennis. Autre surprise de taille, le studio de développement. C’est à Bioware, entre autres créateur de Jade Empire, Mass Effect et la série des Knight Of The Old Republic, qu’a été confiée la lourde tâche de faire entrer Sonic et ses compagnons dans le monde du jeu de rôle.

La trame scénaristique reste linéaire malgré des dialogues ouverts.

Une histoire piquante, comme un hérisson

L’histoire débute alors que vous venez de sortir glorieux d’une énième bataille contre le Dr.Eggman. Suite à tout ce remue ménage rocambolesque, joliment mise en scène par de belles séquences en bandes dessinées. La paix règne enfin sur la Terre et Sonic décide de mettre un terme à sa vie de défendeur des opprimés. Mais comme chacun sait, le destin fait toujours en sorte que le héros n’ait d’autres choix que de venir en aide aux plus faibles. L’enlèvement de son vieux rival Knuckles par une association encore mystérieuse, nommée Les Maraudeurs, oblige Sonic à sortir de sa routine. Voilà de quoi vous mettre dans le bain dès le début. Vous débutez votre aventure au côté du légendaire hérisson bleu, que vous contrôlez au stylet tout au long du jeu. Mais comme un héros ne construit jamais sa gloire seul, vous allez rencontrer tout un tas de personnages issus de l’univers de Sonic. Vous avez la possibilité de contrôler chaque personnage afin d’utiliser leurs capacités spéciales pour progresser dans les niveaux. Vous pouvez par exemple courir sur les rampes avec Sonic, escalader les murs avec Knuckles ou encore voler avec Tails. Malgré cette idée de coopération, les phases d’explorations deviennent très vite soporifiques. Les niveaux sont sans vie et seulement peuplés de quelques PNJ. Ils ne servent qu’à vous proposer des quêtes annexes afin de gagner des objets. Ici, les ennemis sont visibles directement sur le terrain. Le combat est inévitable dès que ceux-ci se mettent en travers de votre route.

Les interactions avec l'écran tactile offre de belles attaques.

Faire du neuf avec du vieux...

La jouabilité assez basique de Sonic Chronicles n'est pas dépaysante. Vous avez droit à des combats au tour par tour classique avec les commandes "Attaque", "Coups Puissants", "Défense", "Objets" et "Fuir". Mais de bonnes idées donnent une certaine fraicheur au titre. Il y a d’abord les interactions que vous devez effectuer pendant les coups puissants ou pour vous protéger des attaques adverses. Elles s’exécutent tel un jeu de rythme (un système très similaire au jeu Elite Beat Agents). Une séquence est affichée à l’écran et vous devez les effectuer sans fautes. Il y a trois façons d’utiliser l’écran tactile. La première consiste à toucher des cercles dans le bon rythme. La seconde manière est de glisser avec le stylet afin de suivre un cercle tout au long d’une ligne prédéfini. Et la dernière consiste à toucher un cercle un nombre de fois défini, dans un temps limité. Toutes ces séquences se mélangent afin d’exécuter des coups des plus dévastateurs. Mais vous n’avez pas souvent la chance d’utiliser ces coups puissants car RPG oblige, une jauge de PP (Points de Pouvoir) régi votre frénétique envie de combat. Une jauge malheureusement très réduite et qui vous permet juste d’utiliser une ou deux fois ces attaques avant d’en récupérer ensuite.

Les Chaos vous permettent d'augmenter certaines caractéristiques de vos personnages.

...ça donne de bonnes choses...

L’idée d’utiliser la commande "Défense" pour gagner des PP est ingénieuse. Mais cette idée est plus pénible qu'autre chose car elle casse le rythme des combats. Le système de fuite, quant à lui, est très intéressant. Comme tout bon RPG qui se respecte, vous pouvez fuir mais les ennemis aussi. Durant ces phases de fuite vos personnages courent et vous devez les toucher au bon moment afin d’éviter un obstacle potentiel, jusqu'à la ligne d’arrivé. Si vous êtes assez rapide, vous pouvez fuir ou rattraper vos ennemis dans le cas contraire. Bien sur vos personnages évoluent, apprennent de nouvelles techniques et vous pouvez les équiper de vêtements diverses et variés. Vous avez également la possibilité de leur attribuer à chacun un Chaos (petit bonhomme tout mignon très connu de l’univers de Sonic). Ils se trouvent dans des œufs disséminés un peu partout dans le monde. Vous pouvez aussi les échanger entre amis. Ils permettent entre autres de donner des bonus de santé, d’attaque et d'autres avantages à vos personnages.

Les Rings vous servent de monnaie d'échange dans les magasins.

...mais de mauvaises aussi

Les niveaux proposent des environnements assez jolis et détaillés. Les personnages colorés en cel-shading sont de bonne facture. Les cinématiques en 3D ou celles en bandes dessinées narrent joliment l’histoire mais elles sont trop courtes et la traduction n’est pas vraiment optimisée. Au lieu d’avoir traduit les bulles, la localisation se cantonne à des sous-titres ce qui donne un air brouillon. C’est le cas aussi pour la bande-son et les bruitages. Ils deviennent rapidement énervant au fil du jeu et vous aurez vite fait de couper le son. Des bruitages de ressort ou encore des musiques repris de l’ère du 16 bits, les musiciens n’ont pas sorti leurs plus belles mélodies. Et puis, au rayon des défauts, notons la présence d'un système de conversations multiples qui sert simplement à obtenir quelques informations en plus mais qui ne modifie en rien la fin de l’histoire. Cela donne un air de gonflage de durée de vie, durée de vie qui se révèle assez faible pour un RPG. En effet, comptez environ une vingtaine heures pour venir au bout de l’aventure.
Les Plus
  • De nombreux personnages
  • Des graphismes jolis et variés
  • Les interactions pendant les coups puissants
Les Moins
  • Un RPG sans grande révolution
  • La jauge de PP frustrante
  • Des bruitages et musiques agaçantes
  • Un scénario classique