Du plaisir à l'état Pure

22 oct. 2008
Testé par sur
Disponible sur
4

Pure est une véritable relance pour les jeux de courses tout terrain, qui persistent à s'enfermer dans des mécanismes déjà largement éprouvés. Un titre diablement fun et jouissif, qui va directement à l'essentiel en offrant, en dépit d'une durée de vie trop courte, un contenu riche et des sensations grisantes. Avec Pure, Disney met la barre très haut et montre clairement ce qu'un jeu de course digne de ce nom se doit de proposer, à savoir du spectacle, de l'adrénaline et une bonne dose de rigolade. A mettre entre toutes les mains !

Comme l'ont fait les Motocross Madness à leur époque, Pure tente de chambouler l'approche des jeux de courses tout terrain en misant sur les sensations et le spectaculaire. Loin de séries telles que MX vs ATV, beaucoup plus classiques dans leur principe, le titre de Disney Interactive, développé par Black Rock Studios, propose un véritable tour de montagnes russes. Subtil mélange de course et de glisse, saupoudré de vitesse et de sauts démesurés, Pure s'annonce d'ores et déjà comme une référence. Une vague de fraîcheur pour faire face à la déferlante de jeux de courses tout terrain actuelle, souvent sans réelle saveur. Si vous avez toujours rêvé de voler, c'est le moment ou jamais !

Pour les néophytes, le nom de figures est toujours affiché pendant le saut.

Dix heures de route avant la prochaine révision

D'entrée de jeu, et avant même de voir la couleur des menus, un petit didacticiel de mise en situation s'impose. Ce dernier vous apprend les bases du maniement de votre quad, mais aussi les figures élémentaires et les principes de jeu. Ce didacticiel constitue une très bonne entrée en matière, et permet d'attaquer le mode solo avec un minimum de repères. Le World Tour - la partie principale du titre - se décompose comme un championnat classique : une série de courses, de sprints et de courses de Freestyle, jouables dans n'importe quel ordre. Selon votre position à l'arrivée, vous cumulez des points, qui donnent accès au championnat suivant, mais aussi au niveau de compétence suivant. Le niveau de compétence, c'est tout simplement la catégorie de votre quad. Il est représenté par une lettre, de D à A, selon la puissances et les aptitudes de votre machine. Une fois les différents circuits débloqués en World Tour, ils deviennent également accessibles en courses individuelles, comme dans la plupart des jeux de courses. Jusque là, rien de très original. Dommage qu'il soit possible de faire le tour des différentes épreuves en à peine dix heures de jeu. Toutefois, la rejouabilité est telle que le plaisir de jeu est prolongé jusqu'à plus soif. Le multijoueur, contribuant un peu à la longévité du titre, reprend le contenu du solo, tout en apportant une discipline supplémentaire. Il s'agit du free ride, qui permet de se promener sur la piste de son choix, sans réel impératif, si ce n'est de s'amuser. Par contre, impossible de jouer à deux joueurs par écran splitté, le multijoueur se limitant au mode en ligne.

Certaines figures sont... renversantes !

La tête dans les nuages...

Rien à redire sur la maniabilité, elle est parfaite. Clairement ancrée dans l'arcade, la prise en main est quasi instantanée, que vous soyez un habitué de ce type de jeu ou un novice. Le quad répond bien et se conduit tout en glisse. Les erreurs de pilotage sont largement tolérées. Il faut vraiment faire une grosse bourde pour sortir de piste ou chuter. En cas d'accident, le pilote est automatiquement remis en selle, dans un délai plus ou moins long (allez savoir pourquoi). La plupart des chutes arrivent surtout par manque de jugement lors des sauts. Vous croyez avoir le temps de passer une figure de plus, mais vous surestimez le temps de vol, pour finir lamentablement planté dans la boue. Les sauts sont d'ailleurs l'essence même de Pure. Les bosses et autres tremplins ne manquent pas de vous envoyer à des hauteurs vertigineuses. De plus, il est possible de sauter encore plus haut en "préchargeant". Il faut pour cela maintenir le stick analogique gauche vers le bas pendant l'ascension, puis le pousser en arrivant au sommet pour donner une impulsion supplémentaire au quad. Une fois en l'air, un large éventail de figures s'offre à vous. En Freestyle, elle servent à cumuler des points pour la victoire, et en course, elles remplissent la barre de boost. Plus vous avez de boost, et plus vous pouvez tenter de figures difficiles. Une fois la barre de boost remplie, des figures spéciales sont disponibles. Ces dernières sont propres à chacun des six pilotes, ou plutôt cascadeurs, de Pure. Les sensations sont vraiment présentes, et la multitude de figures et de mouvements possibles suffisent à prendre un plaisir immense et à palier au manque de durée de vie.

Poussière, boue, chocs... Les quads sont soumis à rude épreuve.

...et les mains dans le cambouis

L'autre originalité de Pure, c'est sans conteste son garage, qui permet de créer des quads sur mesure, autant d'un point de vue esthétique que fonctionnel. La construction s'étale du choix du cadre à la couleur du guidon, et le vaste choix de pièces offre de très nombreuses possibilités. De plus, aucun besoin de crédits, tous les composants sont accessibles gratuitement et en quantité infinie. Néanmoins, le nombre d'emplacements, lui, est limité. Vous commencez avec deux emplacements seulement (2 quads donc). Il faut par la suite débloquer les autres emplacements dans le World Tour, ainsi qu'une bonne partie des pièces. A cause du nombre restreint d'emplacements, il est nécessaire de gérer son garage avec attention, pour coller au mieux à ses besoins mécaniques. Il est par exemple préférable de concevoir un quad de course, et un de Freestyle, pour chacune des catégories, puisqu'il n'est pas possible de courir en catégorie D avec un véhicule de catégorie supérieure. Au moment de la création d'une machine, il est obligatoire de se fixer une discipline pour objectif, étant donné que les pièces ont chacune des spécificités qui dirigent le quad vers le Freestyle ou vers la course. Concevoir un engin polyvalent se résume souvent à finir dans le bas du classement. Il est aussi possible de pousser le vice, en choisissant les motorisations en fonction du type de surface (terre, boue ou sable). Cependant, il faut garder à l'esprit que des modifications de ce type ont assez peu d'impact sur les performances, mais davantage sur la maniabilité et le poids.

Les décors sont splendides.

Du travail d’orfèvre

Pure ne souffre finalement que de très peu de défauts. Il arbore des graphismes relativement fins et plaisants, des effets de lumière parfaitement bien réalisés et une diversité de décors remarquable. La prise en main est intuitive, sans pour autant être simpliste. Les sensations qui se dégagent des sauts et du pilotage sont excellentes. Le côté rock prononcé de la bande son et l'intelligence artificielle agressive et compétitive contribuent également au dynamisme et à l'ambiance très électrique du titre. La liberté de mouvement ne tient par contre pas totalement ses promesses et se cantonne souvent à deux ou trois chemins différents, les sorties de pistes étant formellement interdites, sous peine de se faire téléporter sur le circuit. Ceci est d'autant plus décevant dans le mode freeride implémenté en multijoueur. En effet, se promener avec ses amis aurait été drôlement plus fun s'il avait été possible de sortir des sentiers battus et de partir vers l'inconnu, ne serait-ce que sur quelques centaines de mètres.
Les Plus
  • Les sensations de pilotage
  • Le garage
  • Une réalisation de qualité
  • Des sauts démentiels
Les Moins
  • Le manque de liberté
  • Le durée de vie
  • Une seule vue disponible