Colonisez l’espace avec Sins of a Solar Empire

11 août 2008
Testé par sur
Disponible sur
4

En conclusion, Sins of a Solar Empire est la nouvelle référence des jeux 4X : eXploration, eXpansion, eXploitation et eXtermination. Le gameplay est intense, soutenu par une interface efficace et un équilibre parfait entre les phases tactiques, pour planifier les attaques, et les phases de combats épiques. Les fans de jeux de stratégie et de parties interminables ne peuvent qu’être enthousiastes devant le travail réalisé par le jeune studio canadien. De plus, si les développeurs ajoutent comme promis une aventure solo dans une prochaine extension, le principal défaut du jeu sera même gommé.

Bienvenue dans Sins of a Solar Empire, un jeu de stratégie spatiale, premier projet du studio canadien Ironclad Games. Vous êtes le leader d’une petite planète et vous devez conduire votre peuple à la victoire par tous les moyens possibles. Collectez les ressources nécessaires, construisez une flotte sans égale et assimilez les cultures rivales. Le challenge est des plus simples : bâtir un puissant empire en vous étendant de galaxie en galaxie, ou périr sous le feu de vos adversaires.

Les plus petites cartes ne comportent qu'un seul système solaire.

L'espace partagé en trois

Sins of a Solar Empire s’annonce comme un pot-pourri entre les meilleurs jeux de stratégie au tour par tour et ceux en temps réel. La cinématique d’introduction vous dresse rapidement le tableau. Trois factions sont en présence. La coalition marchande d'urgence est constituée de commerçants humains reconvertis en militaires afin de protéger leur monde. Les Vasaris, sortes de monstrueux humanoïdes, sont une ancienne civilisation extraterrestre. Enfin, les Advents sont une branche de l’humanité exilée il y a un millénaire et sont passés maîtres dans les technologies spirituelles, psychiques et cybernétiques. Pourtant, ce background n’a plus aucune importance par la suite du fait de l’absence de campagne solo. Cette absence est d’ailleurs très regrettable, puisqu’un mode "histoire" permet souvent de donner un certain charisme aux différentes races et aussi de la consistance à leurs affrontements. Il faut donc se contenter de parties contre l’intelligence artificielle en mode "escarmouche" ou de parties en multijoueurs. La durée d’une partie pouvant être vraiment longue, il est possible de sauvegarder.

Rendez service à ce joueur pour en faire un allié.

La construction d'un empire spatial

Une partie type se compose comme suit. Après avoir choisi votre camp, vous débutez sur une planète mère avec le strict minimum pour commencer à construire les bâtiments et les vaisseaux de base. Vous exploitez des ressources de trois ordres : les crédits, le métal et le cristal. Avec ces ressources, vous pouvez construire d’autres bâtiments, d’autres vaisseaux, ou faire de la recherche technologique. Vient ensuite la phase d’expansion. En utilisant des routes phasiques, qui permettent de franchir des distances colossales en un clin d’œil, vous explorez les planètes qui vous entourent et essayez d’en prendre possession. De colonisation en colonisation, vous finissez par rencontrer des ennemis potentiels. Par le biais de la diplomatie, il est possible d'établir des alliances (pactes de non agression, accords commerciaux...) en rendant des services aux rivaux ou en leur offrant des ressources. Cette possibilité est désactivée si les équipes ont été prédéfinies au début de la partie. Lorsque l’adversaire est hostile, l’affrontement entre votre flotte et la sienne est par contre inévitable.

De nombreux conseils vous sont prodigués pendant les écrans de chargement.

Se défendre contre toute menace

Votre flotte est constituée de différents types de frégates et de croiseurs, et de vaisseaux amiraux. Ces derniers sont des super-unités qui gagnent des points d’expérience, progressent de niveau et acquièrent de nouvelles compétences, actives ou passives. Ils occupent donc une place privilégiée au sein de votre force militaire. Néanmoins, il faut être très vigilant à la sauvegarde de votre empire, puisque les autres joueurs ne sont pas vos seuls ennemis. En effet, l’espace est aussi le terrain de chasse des pirates. Ces derniers procèdent à des raids réguliers au cours de la partie. Vous placez de manière anonyme des contrats sur la tête de n’importe quel adversaire. A la fin du décompte, le joueur qui a atteint la plus grosse prime devient la cible des pirates jusqu’à épuisement du crédit. Très pratique lorsque vous voulez attaquer un rival sans sacrifier l’intégrité de votre flotte, ou lorsque vous voulez une diversion avant de partir à l’assaut d’une planète. En fait, Sins of a Solar Empire met davantage l’accent sur la stratégie globale, fortement valorisée, que sur la micro-gestion.

Votre usine de frégates vue en zoom serré.

Devenir un tacticien hors pair

Sur la partie gauche de votre écran, un système d’icônes résume clairement la situation de votre empire. L’interface est vraiment claire et surtout efficace compte tenu de la multitude d’informations à ingurgiter : états des ressources, des unités, des bâtiments, de la recherche, de la diplomatie. La molette de la souris permet de zoomer de manière progressive. Il est ainsi aisé de passer d’une vue globale de l’univers à une vue plus précise, lors d’une bataille, par exemple. Enfin, vous devez absorber une grande quantité de possibilités tactiques et stratégiques, et plus de 200 technologies différentes divisées en deux catégories (militaire et civile) et trois sous-catégories. Heureusement que Sins of a Solar Empire est livré avec un grand poster recto-verso qui résume parfaitement les différents arbres de recherche de chaque race. Il est d’ailleurs préférable de commencer à affronter une IA réglée en "facile", car ce n’est qu’après une bonne dizaine d’heures que vous arrivez à maîtriser la majorité des subtilités du gameplay. Après cette petite phase d’apprentissage, toutes les perspectives du jeu s’ouvrent alors à vous.
Les Plus
  • Un gameplay profond
  • Une interface irréprochable
  • Un éditeur de cartes complet
  • La durée de vie énorme
  • Ne nécessite pas obligatoirement un PC dernier cri
Les Moins
  • Pas de campagne solo
  • Petit temps d'adaptation nécessaire