Pro Evolution Soccer aux portes de la stratégie sur Wii

22 avr. 2008
Testé par sur
Disponible sur
2
  • Éditeur Konami
  • Développeur Konami
  • Sortie initiale 27 mars 2008
  • Genre Sport

En s’éloignant des jeux de football classique, Konami a tenté un pari osé. Le jeu n’est pas mauvais en lui-même et rien que, par curiosité, mérite l’investissement mais de nombreux défauts récurrents gâchent l’ensemble. Une IA loin d’être efficace rendant les matchs assez mous, une gestion défensive trop exigeante et un manque cruel de contenu. Le moteur graphique n’a pas subi le moindre changement par rapport à la version PS2 et les commentaires sont toujours aussi monotones pour ne pas dire mauvais. Mais malgré tous ces défauts, ce Pro Evolution Soccer 2008 possède toujours le côté addictif inexplicable de la série. Ce côté qui pousse sans cesse à vouloir faire un dernier match avant d’éteindre la console.

Un Pro Evolution Soccer sur une console de salon Nintendo, c’est comme un petit événement dans le monde du jeu vidéo. Konami avait déjà tenté quelques essais, pas très concluants, sur Nintendo DS avec une réalisation plus que bâclée. Pro Evolution Soccer 2008 débarque donc sur Wii plusieurs mois après la sortie sur les autres supports. Loin d'un simple portage, cette version bénéficie d'une jouabilité entièrement revue. Tout est jouable à l’aide du duo Wiimote/Nunchuck pour vous proposer une sorte de mix entre du football et... de la stratégie en temps réel. Il fallait osé ! Un nouveau souffle pour une série critiquée pour son manque d’originalité au fil des ans ?

Les tutoriaux sont vraiment complets et bien réalisés.

Fin tacticien

Dès les premières vidéos publiées, Pro Evolution Soccer 2008 éveillait la curiosité avec toutes ses flèches à l’écran. Le principe était simple : rendre le jeu entièrement jouable à la Wiimote et au Nunchuck. Les premiers pas demandent donc un véritable temps d’adaptation qui se passe en douceur grâce à un tutoriel obligatoire expliquant les principaux mouvements. Ainsi, il suffit de pointer l’écran pour que le joueur, balle au pied, se dirige à l'endroit voulu sans broncher. Pour les passes, le principe est le même : une pression sur bouton B et la balle atterrit à l’endroit du curseur. Pour shooter, vous devez secouer le Nunchuck et le tir est plus ou moins précis en fonction des aptitudes du tireur. Compliqué de prime abord, le jeu se révèle en fait être très intuitif : les commandes sont très vite assimilées. Mais il faut penser à tout. Vos joueurs ne prennent pratiquement pas d’initiative, il est donc impératif de les diriger entièrement vous-même. Que ce soit en défense ou en attaque, vous devez gérer les courses de votre équipe, le placement, le pressing, etc. Même remonter votre ligne défensive au bon moment en secouant la Wiimote peut se révéler indispensable pour anéantir une occasion de but adverse. Cinq tutoriels complets de cinq exercices sont disponibles pour vous permettre de maîtriser la bête à 100%, que ce soit pour tirer les coups francs, réaliser des une-deux, des passes en profondeur, etc.

Une jolie passe en profondeur que les défenseurs regarderont passer sans broncher.

Le football est malade

A peine les mouvements de bases acquis, vous voici déjà dans votre premier match. Un simple coup d’œil pour remarquer que le moteur graphique n’a pas évolué depuis la version PS2 mais là n’est évidement pas le principal. Un peu déroutant dans les premières secondes, ce n’est pas facile de gérer onze joueurs en même temps, le mécanisme de Pro Evolution Soccer 2008 rentre facilement dans le crâne et la fin de ce premier match vous laisse une agréable impression de liberté. Malheureusement, cette joie n’est que de courte durée. Après quelques heures, le jeu montre de grosses lacunes. Les matchs finissent rapidement par se ressembler à cause d’une intelligence artificielle trop gentille. La plupart du temps, vos adversaires vous regardent monter le ballon sans vous attaquer et il n’est donc même pas nécessaire d’enchaîner les passes pour arriver en position de tir. Vos actions de but finissent toujours par se ressembler. Le constat est le même en attaque : l’équipe adverse prend souvent des décisions insensées. Peut-être pour cacher cette gestion défensive imprécise et frustrante. De plus, la sensation de liberté s’effrite peu à peu. Notamment dans le fait que vous ne choisissez par l’intensité et l’endroit de la frappe, le joueur choisit lui-même en fonction de ses caractéristiques personnelles. Attendez-vous à quelques beaux ratés alors que la cage est complètement vide.

Les menus sont dans la continuité du jeu : trop simple.

Vol de contenu

Sur Wii, Pro Evolution Soccer 2008 a choisi un côté très épuré tant dans son aspect graphique que dans son contenu. Les modes de jeu classique sont évidement présent : Match, Ligue, Coupe, Entraînement, etc. Ainsi qu’un totalement exclusif à cette version : "La Route des Champions". A la tête de votre propre équipe de joueurs totalement inconnus, vous devez enchaîner les championnats de quatre équipes pour devenir le champion mondial. A la fin de chaque match, vous avez la possibilité de recruter un ou plusieurs joueurs de l’équipe adverses à l’aide d’un tirage au sort. Chaque joueur est représenté par une carte face cachée que vous devez sélectionner. Pour vous aider dans votre sélection, un petit commentaire est affiché sur ces cartes. Rien de réaliste mais avec de la chance, votre effectif s’étoffera vite de bons joueurs. Mais à part enchaîner les matchs et faire évoluer votre équipe, ce mode ne révèle finalement rien de bien intéressant. Car tout le côté gestion présent dans la "Route des Masters" sur les autres versions a pris la poudre d’escampette. Les joueurs récupèrent, de cette façon, toute leur énergie après chaque match, il n’y a aucun salaire à gérer, aucun départ en sélection national, rien de rien. Même les statistiques de chaque joueur ont disparu pour ne laisser place qu’à des notes d’attaques, de défense, de technique, etc. Le seul point positif de ce mode est dans la possibilité d’échanger des joueurs avec vos amis grâce au CWF de Nintendo.
Les Plus
  • Enfin un PES sur une console de salon Nintendo
  • La jouabilité revue entièrement pour la Wii
  • Des tutoriaux très complets
Les Moins
  • Une IA trop passive
  • Un manque cruel de contenu
  • La disparition de la gestion et des statistiques
  • Aucun effort graphique par rapport à la version PS2