Empire Earth III l'apothéose ?

07 janv. 2008
Testé par sur
Disponible sur
4

Vous pouvez vous lancer dans l'aventure les yeux fermés, et ce même si vous ne connaissez pas les deux premiers volets. Celui-là, combinant encore les bonnes idées des concurrents, vous promet de longues heures d'acharnement. Un mode solo riche basé sur 3 campagnes différentes, un mode escarmouche complet et un multijoueur d'une rare intensité sont inclus avec le jeu. Pour ne rien gâcher, le tout est enveloppé dans de beaux graphismes accompagnés d'effets visuels sympathiques. Alors, si vous souhaitez un RTS des familles qui vous laisse une chance de briller sur le Net, vous l'avez trouvé !

Voila déjà 6 ans que le monde du RTS compte dans ses rangs la série Empire Earth. Le premier volet apportait son lot de nouveautés en vous proposant de combattre à travers plusieurs époques historiques. Le second - et ses extensions - offrait un "plus" global au titre sans pour autant le gratifier de réelles innovations. Et voici que maintenant Empire Earth III amène de quoi vous occuper pour longtemps encore. Voyez comment.

Partez à la conquête du monde : ce n'est pas rien.

Un RISK, ça vous dit ?

La force d’Empire Earth a toujours été de savoir combiner les nouveautés référent au genre. La recette est toujours d’actualité car bon nombre de possibilité de ce volet sont déjà vues par ailleurs. Par exemple, le mode solo intitulé "Domination Mondiale", consiste à conquérir la terre en s’appropriant toutes ses provinces dans un mode au tour par tour. Lorsqu’un conflit se présente vous pouvez, choix étrange au demeurant, laisser l’ordinateur le régler ou vous plonger dans la bataille. Dès lors, vous voila parti pour une campagne ou une courte bataille accompagnée de sous-quêtes. Mais ce mode est bien plus complet que cela.

Vous reconnaissez facilement vos unités dans la mêlée.

Trois nations pour les gouverner tous

Le titre propose d’emblée de jeu 3 civilisations à exploiter et à mener à travers les âges. Chacune d’elles propose en plus de nombreuses répartis humoristiques un gameplay particulier. L’Occident permet de développer des unités très efficaces. Le Moyen-Orient favorise le rush. Les joueurs qui utilisent l’Extrême-Orient vous noient sous le nombre d’unités envoyées au combat. Ainsi en "Domination mondiale", vous utilisez chaque province en suivant le type de ressource à développer. Empire, technologie et commerce. Une petite particularité du mode tour à tour réside dans le fait que certaines provinces sont utilisées uniquement pour la production de vos armées. Voici donc une belle partie de RISK qui vous attend.

Certains locaux gardent des trésors : exterminez-les.

Champ brûlé

Les cartes sont découpées en zones. Celles-ci sont tenues par les diverses civilisations ou tribus que vous rencontrez. Toutes ne sont pas hostiles, cela implique que vous ne pouvez exploiter leurs richesses. Alors, si vous avez besoin de plus de production, une simple commande permet de leur déclarer la guerre. Mais ne vous fiez pas à la taille de ces tribus qui souvent peuvent vous mettre en difficulté. Vous pouvez aussi par le même biais vous en faire des amis en leur offrant des cadeaux ou tout simplement en les laissant tranquille. Vous y gagnez alors en tranquillité mais une impression d'impuissance se fait ressentir lorsque vous traversez des parcelles sur lesquelles vous ne pouvez rien faire. Est-ce le prix de la sagesse ?

Les combats prennent vite un drôle d'aspect.

Que votre bras soit fort !

C’est donc à travers les époques antiquité, moyen-âge, coloniale, moderne et futuriste que vous évoluez. Les points de technologie permettent la transition entre chaque âge. Bien que les combats soient différents, l’équilibrage est encore une fois parfait. Ce qui donne concrètement des combats aussi trépidants à la fronde qu’au char lourd. Le moteur graphique n’est pas en reste, bien qu’il ne soit pas le meilleur point réalisé de ce troisième épisode. Le zoom permet de découvrir des unités détaillées mais grossièrement découpées. Seulement il aurait été agréable d’avoir un plus large champ de vision. Les conditions météo en ajoutent à l’intensité des combats. Combats qui prennent toute leur ampleur dans un mode multijoueur déchaîné. Ou tout simplement en escarmouche qui autorise lui aussi d’épiques heures.
Les Plus
  • Un excellent équilibrage des civilisations
  • Un mode "Domination Mondiale" très bon, aussi bien dans l'idée que dans la réalisation
  • De nombreuses touches d'humour
  • Un arbre des technologies facilement assimilable
  • L'intuitivité du développement
  • Un multijoueur violent
Les Moins
  • Des temps d'accès un peu longs
  • Trop d'aide tue l'aide
  • Une réalisation perfectible