Chacun son tour avec Fantasy Wars

06 janv. 2008
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur 1C
  • Développeur Ino-Co
  • Sortie initiale 28 septembre 2007
  • Genre Stratégie temps-réel

Quel dommage que Fantasy Wars ne dispose pas d'un mode multijoueur adapté. Il en faut vraiment de peu pour qu'il passe du stade de "bonne surprise" à "bon jeu". La finesse de son gameplay vous incite à traverser de nouveau un univers pourtant tellement connu. La richesse de ses combats vous poussent à oublier les quelques défauts d'interface qu'il présente. Mieux encore, vous passez outre ses campagnes répétitives grâce au système d'évolution qui permet de multiples possibilités d'armées. Au final, il vaut mieux rester sur une bonne impression et ne conseiller Fantasy Wars que pour passer un bon mais trop court moment.

Fantasy Wars débarque sur nos écrans sans crier gare. Pourtant, il aurait dû. Vous auriez ainsi fait attention à ce jeu qui maitrise le principe du combat au tour par tour. De plus, il est bien assis sur les solides fondations du bestiaire tiré de l'Heroic Fantasy. Alors, à vos cartes, prêt, restez !

Occupez les villages pour mieux soigner vos hommes et découvrir des artéfacts.

De l'intelligence sous des airs de brute

L'histoire de Fantasy Wars n'évite pas tous les clichés du genre. Du moins, elle n'innove pas pour un sou, et en rappelle même une certaine. En effet, tout débute lorsqu'un grand seigneur battit le maître démon grâce à son épée forgée par l'alliance des hommes, des elfes et nains. Le dernier anneau fut confié aux hommes... Rassurez-vous, l'aventure ne dérive pas ainsi. Sans quoi les créateurs auraient eu droit à un procès salé. Une chose est sûre cependant : attendez-vous à retrouver le bestiaire habituel. Gobelins, orcs, mages ou chevaliers sont de la partie. Peu importe ce manque d'originalité car tout la quintessence de Fantasy Wars se trouve dans la finesse de son gameplay. Le mode de jeu au tour par tour vous oblige à penser vos coups à l'avance, mais aussi à prévoir ceux de vos adversaires. Alors, vous vous lancez dans une guerre sans merci contre ce qui aurait pu être l'armée de Sauron. Seulement, cette guerre ressemble rudement à une partie d'échec nerveusement épuisante.

Vous les reconnaissez ?

De belles références

Fantasy Wars est d'une beauté simple. Le moteur laisse découvrir cependant des personnages taillés à la serpe lorsqu'ils sont vus de très près. A côté de ça, vous admirez un monde et des unités calquées sur celles de WarCraft III. Il n'y a pas de doute sur cette influence. Alors, vous utilisez et combattez les unités citées plus haut sous forme de grosses figurines placées sur le plateau de jeu. Lorsque vous zoomez suffisamment, ces figurines se transforment en troupes de taille humaine. Le terrain est découpé en une multitude d'hexagones : ils représentent les emplacements où vous pouvez vous déplacer. La limite de déplacement de vos personnages est en fonction des points dont ils disposent. Votre magie, votre ravitaillement et votre capacité à enrôler des troupes sont sujet à de tels systèmes de points et d'or finement pensés. Il n'y a pas de gros déséquilibre à noter entre les factions. De ce fait, le jeu s'enorgueillit d'une difficulté adaptée. Notez que le moteur permet de déplacer librement la caméra et d'effectuer des rotations autour de vos personnages afin d'admirer de près les scènes de combat.

Quand la magie s'en mêle, les dégâts ne sont pas loin.

Sachez compter ou votre perte est proche

Les unités, qui se comptent par dizaines, offrent de multiples possibilités de promotions. Etant donné qu'il est possible de restaurer des points d'énergie ou de reconstituer le capital de force en cours de partie, vous ménagez vos troupes. Fidèles, ils vous suivent alors de niveau en niveau et augmentent leur expérience. Vous pouvez dès lors leur permettre de mieux se déplacer ou d'améliorer leurs caractéristiques d'attaque ou de défense. Tout cela est de l'ordre du déjà-vu mais Fantasy Wars rend ces phases de gestion intéressantes. Vous vous investissez donc d'autant plus dans le jeu. Sur le plateau aussi tout fonctionne correctement, ou presque. Quelques faiblesses de l'interface s'ajoutent à des campagnes pour le peu répétitives. L'arrivée de nouvelles troupes est fréquente et la difficulté des combats va croissante. Irrésistiblement vous continuez alors l'aventure sur les 3 tableaux : humains, orcs et elfes. La grosse déception du titre vient du mode multijoueur, jusqu'à 4 joueurs, qui ne dispose pas d'assez de cartes pour en imposer et exploiter la richesse du gameplay.
Les Plus
  • Un univers bien retranscrit sentant bon le Warcraft III
  • Pourtant sans violence, les combats peuvent être d'une forte intensité
  • Des unités équilibrés et les faire évoluer est un plaisir
  • Un titre accessible pour les néophytes du genre
Les Moins
  • Un mode multijoueur anecdotique
  • Des musiques et bruitages répétitifs