Superbike 2007 fait chauffer la gomme

11 juil. 2007
Testé par sur
Disponible sur
3

Les motos des diverses écuries (Ducati, Honda, Aprilia,Kawasaki, MV, Suzuki,Yamaha) se reconnaissent de par leur modélisation mais aussi leur bruit. Lorsque vous conduisez la reine Ducati son gros bruit de bourdon assassin emplit votre salon. Vous ne pensez plus qu'à la dompter jusqu'à la dernière limite, qui se trouve généralement juste à côté de la chicane. C'est vérifiable pour tous les engins. Cependant, le tableau est quelque peu terni par certaines considérations purement vidéoludiques. En effet, la beauté de la moto et du pilote, lorsque vous ne jouez pas en vue "bulle", contraste avec le vide des paysages. A côté de la piste, c'est le grand néant : à peine quelques arbres vous regardent rouler. La sensation de vitesse n'est pas tout le temps présente, ce qui est certainement dû à ce manque de décor. Pour conclure, sachez que Superbike World Championship 07 s'adresse aux puristes du deux roues sur circuit. Les joueurs qui veulent un titre facilement accessible peuvent passer leur chemin. Par contre, si vous êtes un motard de la race de ceux qui dorment en botte, voila un achat sûr.

Le gens de chez Milestone, depuis les lointains débuts du studio, créent de belles simulations : c'est un fait établi. En plus, ils se démarquent souvent de la concurrence en y adaptant des idées communes aux autres genres comme, par exemple, faire évoluer le pilote et non le véhicule, d'où une certaine collaboration avec Squaresoft. C'est maintenant en utilisant la licence du championnat mondial de Superbike que le studio vous propose ce titre très axé simulation. Encore du travail soigné ? A n'en pas douter. Mais quel est le point qui va sortir ce titre du lot ? C'est une question à laquelle les motards se doivent de connaitre la réponse.

Les replays permettent dans un premier temps de constater votre manque de finesse.

Tout à l'arrache

Le superbike est une version mondiale un peu plus musclée de notre Moto GP Européen. En grossissant un peu le trait, il serait facile de faire la même comparaison dont souffre la Formule 1 avec l'Indycar. Il y a plus de puissance dans les machines et plus de virilité dans la course, ce qui n'empêche pas une haute technicité dans le pilotage. Il n'en faut pas plus pour que Milestone et [b]Black Bean[b] sautent sur cette licence qui, il est vrai, n'a jamais fait courir le jeu vidéo. Leur but : essayer de retranscrire au mieux les impressions de course, tout en utilisant bien évidemment les noms des pilotes et les engins utilisés dans les courses. Voila une part de réalisme déjà - maintes - fois vues par ailleurs. Ici, l'orientation du jeu doit se démontrer sur le bitume, dans les virages, dans la violence des reprises et les transferts de masse. Passez la première, et prévenez que vous ne rentrez pas manger.

Même avec beaucoup d'aides à la conduite, vous devez jouer en finesse.

Bien régler le monstre

Bien évidemment, Superbike World Championship 07 propose divers degrés de réalisme, sans pour autant tomber dans l'arcade si ceux-ci sont baissés au minimum. Cela va du nombre de tours à effectuer jusqu'à certaines règles du championnat pour le côté course. Mais du côté du coureur, la panoplie est complète : aide au démarrage, au freinage, réalisme de l'inertie, conditions de fatigue du pilote et bien d'autres éléments qui vous rapprocheront de la réalité. L'usure des pneus et les dégâts de la moto sont également à prendre en compte dans les stratégies de courses qui bénéficient, elles aussi, du réalisme ambiant de Superbike World Championship 07. Ainsi, vous essayez vos réglages lors des sessions destinées à cet effet, puis tentez de vous placer sur la grille. Autant vous dire que si vous en arrivez à ce stade, vous commencez à connaitre les circuits sur le bout des doigts. Puis vient le moment tant attendu : le départ.

La roue avant ne demande qu'à décoller.

Les deux roues : des sensations pures

La manière optimale de dompter votre moto est d'utiliser les deux sticks de la manette de la PS2. Celui de gauche permet de gérer en douceur les virages et la position de votre pilote : en avant ou en arrière. Celui de droit dose l'accélération et le freinage de manière subtile. Penchez vous en arrière lors d'une accélération et vous glisserez bientôt sur le dos. C'est inversement identique lors des freinages. Mais ceci est déjà vu, alors que la sensation de "guidonnage" lorsque vous remettez les pleins gaz en sortie de courbe semble unique. Idem pour les transferts de poids que les motards connaissent bien, ici, pencher la moto prend toute son importance. Pilez du frein avant et votre roue arrière tente de vous dépasser, un coup à gauche, un coup à droite. Une fois ceci plus ou moins dépassé, vous commencez à prendre plaisir. Et quel plaisir !
Les Plus
  • De la simulation aux petits ognions
  • Des options nombreuses et activables à souhait.
  • La vue "bulle" qui met sens dessus-dessous
  • Les comportements des grosses cylindrées fidèlement reproduit
Les Moins
  • Fait preuve d'austérité dans les circuits
  • Manque un peu d'impression de vitesse