Looping parfait pour Starfox Command

06 févr. 2007
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur Nintendo
  • Développeur Nintendo
  • Sortie initiale 26 janvier 2007
  • Genre Simulation spatiale

Malgré une aventure en solo riche, Starfox Command réserve encore plus de sensations à plusieurs. En réseau local, vous pouvez affronter jusqu'à six joueurs avec une même cartouche. Bien que simples et un peu répétitifs, les affrontements offrent de grands moments. Tous se disputent les étoiles que laissent derrières elles les épaves des vaisseaux des joueurs. Des options apparaissent régulièrement sur la carte, augmentant votre puissance de feu, brouillant votre signal pour ne pas être repéré par l'ennemi ou bien restaurant votre énergie. La bombe se révèle particulièrement efficace lorsque les vaisseaux sont amassés. Mais même si jouer avec vos amis s'avère très satisfaisant, le faible impact du hasard ne laisse que peu de chance aux débutants. La différence de niveau entre les joueurs se fait encore plus sentir que dans un Mario Kart DS et peut décourager. Dans ce cas, le mode en ligne est recommandé. Les batailles à quatre s'organisent facilement avec un classement automatique par niveau. Vous commencez au classement Z et vous rapprochez de la lettre A au fur et à mesure de vos parties. Ainsi, vous constatez directement l'expérience de vos adversaires qui s'affiche même pendant les batailles. La satisfaction de descendre un vaisseau mieux classé est évidente, et cela peut même apporter un poil de stratégie au cas ou trois joueurs de faible niveau se décident implicitement à s'en prendre à un joueur de niveau supérieur. Quoi qu'il en soit, la solidité des contrôles en multi démontre que ce Starfox Command tient la route. Les sensations de la Super Nes et de la N64 sont intactes. Avec une aventure encore plus longue et une navigation ouverte, la série tient ses promesses sans se répéter. Certains regretteront les niveaux linéaires qui apportaient plus de surprises et de rythme. En tous cas, les aventures de Fox Mc Cloud sont plus convaincantes sur DS que sur Gamecube et montrent qu'en redressant le cap Nintendo sait mener sa licence vers de nouveaux horizons.

La saga Starfox est riche de nombreux volets désormais. Après quelques égarements sur Gamecube avec un Starfox Adventures éloigné du jeu d'origine, Nintendo redresse la barre en s'orientant résolument vers le pilotage et en ajoutant une pincée de stratégie avec Starfox Command. Le renard des étoiles saura-t-il convaincre les joueurs de DS d'embarquer à bord de son vaisseau ?

Les tirs des ennemis forment parfois des figures complexes.

Toute une galaxie dans la poche

La DS accueille tellement de petits jeux enchanteurs qu'il devient difficile de l'imaginer recueillir de grands titres épiques. La cuisine au stylet, le dressage par le toucher, les plateformes à la croix et aux boutons traditionnels sont les premiers exemples naturels de jeu sur la portable de Nintendo. C'est sans compter avec les grandes aventures qu'elle a déjà su proposer : Metroid Prime Hunters, Tony Hawk's American Wasteland, Resident Evil : Deadly Silence... Autant de titres qui ne semblent pas à première vue taillés pour la console et qui ont pourtant su faire leurs preuves. L'arrivée de Fox Mc Cloud et de toute l'armada de Starfox sur DS n'a donc rien d'étonnant. Pourtant, le premier vol à bord d'un starwing piloté au stylet est un choc. Non seulement le vaisseau réagit au doigt et à l'oeil, mais la dimension épique des combats spatiaux vous transporte instantanément au plein coeur de la galaxie. Les sensations de pilotage n'ont rien à envier aux jeux sur consoles de salon. Le scénario est lui aussi épique. Les nouvelles aventures de Fox se déroulent au lendemain de la guerre contre Andross dans le système solaire de Lylat. Votre mission sera dans un premier temps de réunir la belle équipe, en convaincant chacun des membres de reprendre du service pour affronter une nouvelle menace. Anglar, un extra-terrestre à tête de poisson, fomente une nouvelle guerre et seule l'équipe de Starfox peut aller à l'encontre de ses plans. De vieilles connaissances ressurgiront des différents épisodes, et c'est avec plaisir que vous retrouverez StarWolf par exemple lors de joutes spatiales. La structure des missions vous permet de choisir de nouveaux embranchements à chaque fois que vous terminez le jeu. Vous pouvez ainsi modifier le scénario et rencontrer de nouveaux personnages, de nouveaux ennemis et atteindre des fins différentes. Quelle que soit les choix que vous adopterez, l'histoire se révèle toujours aussi mélodramatique et épique, digne d'un grand space opéra, le tout sur une toute petite console.

Le rayon d'attaque d'une base est dévastateur.

Un pilotage très stylet

L'utilisation du stylet dans Starfox Command est exemplaire. L'écran tactile sert de plan et de support de pilotage en même temps. Pour vous diriger, rien de plus simple, il suffit de glisser le stylet dans la direction de votre choix, votre vaisseau pointe la zone désignée. Dirigez le stylet vers le bas pour vous approcher du sol, vers le haut pour prendre de l'altitude, et sur les côtés pour virer. Si vous souhaitez accélérer, il suffit de tapoter à deux reprises sur le haut de l'écran et de laisser votre stylet appliqué pour maintenir l'accélération. La même manoeuvre dans la partie inférieure ralentit votre engin. Cette manipulation peut sembler confuse dans un premier temps mais elle fonctionne simplement et instinctivement. Le rouleau dans Starfox a toujours servi à renvoyer les tirs ennemis. C'est aujourd'hui encore le cas et il suffit de tracer un cercle à l'écran pour effectuer la figure. De même, les mouvements complexes que sont les demi-tours et les loopings sont encore possibles : deux boutons affichés à l'écran activent ces prouesses tactiques utiles en cas de poursuite. Le tir est élémentaire, la direction haut de la croix multidirectionnelle permettant de relâcher un tir simple ou un tir verrouillé pour atteindre une cible à coup sûr. L'utilisation de la bombe innove quant à elle. Vous la sélectionnez sur le côté de la carte de l'écran tactile et la glissez-déposez où vous le souhaitez sur la carte. Trois secondes plus tard, la sphère d'énergie détruit tous les ennemis pris dans son aire d'effet. La maniabilité de Starfox Command témoigne d'une maturité de l'utilisation du stylet. Au-delà des jeux où l'action du joueur s'applique directement, l'écran tactile sert de réceptacle à ses manipulations. Super Mario 64 DS l'a fait dès le lancement de la console mais avec un résultat moins heureux et surtout moins innovant. A part un véritable manche à balais, difficile d'imaginer un meilleur schéma de contrôle pour piloter un engin aérien, en attendant les utilisations originales de la Sixaxis ou de la Wiimote.

En explorant la carte tactique, vous trouvez de nombreux bonus.

Rusé comme un renard

L'un des grands changements qu'apporte Starfox Command réside dans la façon dont s'enchaînent les combats. L'action n'est pas seule reine, les directions stratégiques peuvent tout autant vous conduire à la victoire ou à la défaite. Chaque niveau implique une préparation du plan de vol dans lequel vous devez décider comment répartir vos forces pour affronter les menaces. Les ennemis sont représentés sur l'écran tactile par des icônes indiquant leur nombre et leur vitesse. Bien souvent, ils tenteront de s'en prendre à votre vaisseau-mère. Il vous faut soit récupérer des missiles que vous tirerez directement sur les unités depuis la carte tactique, soit lancer l'un de vos vaisseaux pour affronter l'adversaire. Vous disposez d'un nombre limité de tours durant lesquels vous tracez au stylet le parcours de vos engins. Si vous ne parvenez pas à annihiler la menace ennemie dans le nombre de tours alloués ou si vous ne parvenez pas à détruire leur base, vous échouez et recommencez au début de la mission. Bien sûr, vous pouvez aussi vous retrouver à court de vaisseaux en cas d'échec dans les combats ou si votre vaisseau-mère se fait prendre. L'ensemble n'est jamais trop complexe, la solution optimale est souvent facile à analyser, mais cela donne l'impression de véritablement choisir son angle d'attaque et rythme l'aventure. Il y a trois grand type de combats : les attaques d'ennemis multiples, les attaques de bases et la destruction de missile. Les attaques d'ennemis requièrent que vous récupériez le coeur de certains vaisseaux ennemis parmi un nombre plus ou moins important d'entre eux. L'enjeu se situe plus au niveau du temps alloué, les bonus et les roulades contre les tirs vous permettant d'en gagner avant le décompte fatal. Les attaques de bases ajoutent une séquence où vous devez passer par des portails en tournant pour détruire un immense vaisseau. De façon similaire, mais plus ardue, la destruction de missiles propose la même épreuve mais sans les combats, avec un challenge bien plus ardu. Vous l'aurez compris, les missions sont bien plus ouvertes que dans les épisodes précédents mais aussi plus répétitives. Cependant, l'alchimie de tactique et d'adresse fonctionne et offre un résultat innovant.
Les Plus
  • Le schéma de commandes
  • L'aspect stratégique appuyé
  • Le scénario épique et ses protagonistes sympathiques
  • Le jeu à plusieurs
Les Moins
  • La répétitivité des missions
  • Le manque de possibilités de personnalisation des parties en ligne