Gitaroo Man Lives : guitare de poche

06 nov. 2006
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Koei
  • Sortie initiale 29 septembre 2006
  • Genre Inclassable

Malgré un tableau enthousiasmant, Gitaroo-Man Lives! n'est pas sans défaut. Le faible nombre de niveaux en solo (10) joue clairement en sa défaveur. Moins de deux heures seront nécessaires pour faire tomber le rideau final. Évidemment, il est possible de refaire les niveaux pour obtenir un S, c'est-à-dire la note ultime. De plus, une fois le jeu terminé en "facile" ou en "normal", un mode "maestro" se débloque. Ce dernier est quasiment impossible : les notes sont plus nombreuses et la moindre erreur est fatale. A plusieurs, le jeu de Koei est sympathique. Le système "jeu de combat" est bien adapté au duel à deux grâce au Wifi/Lan. Nouveauté de la version PSP, le mode "duo" permet d'allier vos forces contre deux nouveaux boss. Mais là encore, vous aurez vite fait le tour des chansons disponibles. Enfin, les joueurs possédant déjà l'opus PS2 seront également déçus par le manque de nouveauté. Toutefois, il serait dommage pour les autres de se priver d'un aussi bon jeu de rythme qui se prête merveilleusement bien au format de poche. Son ambiance décalé assortie d'un gameplay inventif font de Gitaroo-Man Lives!, un indispensable de la portable de Sony.

Genre peu répandu sur PSP, le jeu de rythme cartonne pourtant sur tous les autres supports que ce soit en arcade, sur consoles de salon et même sur DS avec le génial Ouendan. Avec Gitaroo-Man Lives!, la portable de Sony se dote d'un titre délirant et décapant. Le style japonais décalé cache à un gameplay séduisant mêlant rythme et dextérité. Certes c'est encore un remake, mais un remake d'un jeu culte pour tout fan de jeux de rythme.

Pauvre U-1 ! Pico n'a de yeux que pour Kazuya.

Sauvons la planète Gitaroo

U-1 est un jeune adolescent loser dans l'âme. Ce dernier est amoureux secrètement de Pico, jolie fille qui adore le skate-board. Malheureusement pour U-1, Pico est avec Kazuya qui lui sait skater. U-1 pense que pour se faire aimer, il faut qu'il apprenne le skate-board. Son chien Puma lui dit qu'il a tout faux. Pour draguer, rien ne vaut la guitare. U-1 possède le Gitaroo. Dès qu'il attrape sa guitare, il se transforme en Gitaroo Man, guitariste de génie. Alors qu'il ne voulait que draguer Pico, U-1 se retrouve au centre d'une traque manigancée par Zowie. Ce dernier veut lui voler son Gitaroo pour devenir le maître absolu et asseoir sa domination sur la planète Gitaroo. Pour traquer U-1, Zowie envoie ses meilleurs sbires : Panpeus le diable, le funky Mojo King Bee, Ben-K le requin et Gregorio III le gothique... Tout au long de l'histoire, vous incarnez un U-1 en pleine remise en question qui retrouve confiance en la vie. Le loser du début du jeu est supplanté par un héros magnifique et courageux. Cette leçon de la vie est renforcée par des petites morales glissées dans les cinématiques. L'univers décalé et nippon à souhait de Gitaroo-Man Lives! est l'oeuvre de Mitsuru Nakamura poète et artiste pop jamais. L'ambiance fonctionne à merveille, bien aidé par des saynètes de qualité.

Pointez la ligne avec le stick et appuyez en rythme.

Rythme et dextérité

Lors de sa sortie en 2001 sur PS2, Gitaroo Man proposait un gameplay novateur et dépoussiérait à sa manière les jeux musicaux. Paradoxalement, ses mécanismes de jeu rompent avec les standards sans remettre en cause les fondements du genre. Le principe est complexe : une ligne de rythme arrive sur l'écran et il faut la pointer avec le stick. Sur cette ligne, les notes se succèdent et avec rond, vous devez taper en rythme et tenir les notes. Parfois, il faudra esquiver en appuyant au bon moment sur les touches arrivant au centre de l'écran. Selon votre temps de réaction, une évaluation vous est attribuée. Si vous tapez un peu avant, vous récoltez un OK ou un Bien. Au contraire, si vous êtes dans le tempo, vous obtenez un Super. Le gameplay mêle donc deux types de mécanismes. Tout d'abord, il faudra compter sur votre sens du rythme. En effet, les notes suivent le tempo de la chanson donnant ainsi l'impression de lancer réellement les riffs. Puis, contrairement à des jeux comme Parappa ou Space Channel 5, Gitaroo-Man Lives! ne s'arrête pas à un simple matraquage de bouton. Suivre la ligne demande de la dextérité qu'il faudra coupler avec le rythme. PSP en main, le gameplay est une réussite.

Des duels électriques à plusieurs.

La guerre des grattes

Ce gameplay est servi par une mise en scène remarquable. Dans Gitaroo-Man Lives!, jouer de la guitare est un sport de combat. En effet, le jeu se présente sous la forme d'une bataille où chaque combattant possède sa barre de vie. Chaque confrontation se déroule en trois parties. Tout d'abord, U-1 charge sa jauge de santé en effectuant un solo du plus bel effet. Cette phase permet de tenir le choc face aux assauts ennemis. Puis, U-1 passe à la bataille avec l'attaque qui répond à la défense. En défense, il faut esquiver les notes adverses puis en attaque, vos riffs assassins touche l'ennemi en plein coeur. Enfin, la phase finale achève votre adversaire en beauté. Cette mise en scène est associée à une ambiance graphique totalement barrée. L'histoire se développe au fur à mesure avec quelques rebondissements prévisibles. C'est surtout l'humour du titre qui marque les esprits. Chaque niveau est lié par des cinématiques de bonne qualité où les personnages délivrent tout son charme nippon entre grand n'importe quoi et morale sur la confiance en soi. Cependant, les fans de cette ambiance seront déçus par l'absence de la version japonaise ; les voix sont en anglais sous-titrée en français. Des batailles dans une ambiance nipponne, on en redemande !

Ce niveau plaira aux fans de techno-pop japonaise.

Électrique et éclectique

Ce paragraphe va dévoiler les différentes sources d'inspiration musicale de la playlist proposée dans Gitaroo-Man Lives!. Ainsi, il se peut que certains éléments de l'intrigue soient dévoilés. Un univers aussi déjanté se doit de proposer une bande-son de haute qualité. Le jeu de Koei ne déçoit pas. Dès l'introduction, le joueur est propulsé dans le rock nippon du groupe de Chihiro Harada, le compositeur du jeu. Chaque niveau possède son ambiance particulière. Le tutoriel commence avec un thème très jazz et rythm'n'blues. Pampeus poursuit avec un titre plus rock proche d'un Aerosmith des années 80. Puis, le jeu nous rappelle son origine avec de la techno japonaise. Vient ensuite Bee' Jam Blues un chef d'oeuvre de P-funk et de blues. Le requin Ben-K vous propose un niveau de Drum'n Bass nerveux suivi d'un titre plus calme de reggae/dub. Puis, l'ambiance s'adoucit avec la rencontre de Kirah avec un titre acoustique autour du feu. U-1 doit ensuite affronter le trio Sanbone sur un rythme latino proche de la rumba cubaine. Sans transition, le niveau suivant utilise une ambiance plus gothique avec un rock progressif mêlant guitare et orgue. La confrontation avec Kirah est sur le ton hard rock avec la reprise électrique du titre acoustique. Enfin, l'affrontement contre Zowie, le boss final, se fait sur un fond néo-métal moderne. Ce patchwork d'influences donne une touche particulière au jeu. A cela s'ajoute deux chansons inédites : Metal Header, un morceau punk/rock et Toda Pasion, un titre latino. Bref, un parcours musical sans faute de goût.
Les Plus
  • Patte graphique originale
  • Ambiance sonore de grande qualité
  • Gameplay innovant
  • Multijoueur bien pensé
Les Moins
  • Moteur graphique dépassé
  • Trop court
  • Peu de nouveautés dans ce remake
  • Chargements trop longs