Catherine : Full Body

03 août 2020

Docteur Vincent et Mister Love

Testé par sur
Aussi disponible sur
4
  • Éditeur Atlus
  • Développeur Deep Silver
  • Sortie initiale 3 septembre 2019
  • Genres Aventure, Réflexion

Voilà un jeu tellement spécial. Aucun homme l'ayant fait ne vous dira qu'il l'aura laissé indifférent. Sorti il y a presque dix ans, ce n'est pas seulement l'occasion d'une version définitive avec tous ses avantages mais c'est aussi l'occasion du bilan. Alors qu'êtes-vous devenu, combien des névroses de Vincent sont devenues les vôtres, où en êtes-vous de votre couple, de votre sexualité ? Combien de Katherine s'allongent près de vous et combien de Catherine finissent par vous endormir ?

L'histoire

Il était une fois un jeune homme, Vincent, épuisé par un boulot sans intérêt, rincé par une vie de couple devenue froide aux côtés de l'authentique Katherine, qui s'apprête pourtant à connaître le changement le plus brutal et magnifique qui soit : la parentalité. Pour ne rien arranger voilà que ce jeune homme décide d'« assumer ses responsabilités » en commettant l'adultère avec la fantastique Catherine.

En véritable vaudeville, la suite du scénario met le joueur dans la peau de Vincent où il doit avec malice ou avec beaucoup de sérieux gérer son intrigue sentimentale aux prises avec les deux C/K(atherine). La jouerez-vous sérieux, assumant vos responsabilités de futur conjoint dans le droit chemin ou alors succomberez-vous à la passion débordante et sensuelle ? La narration du jeu évolue en deux phases, la plus classique sous forme de cinématiques, et la plus originale, dans un bar où Vincent aime passer ses nuits avec ses potes. Lors de ces moments nocturnes, vous allez discuter avec les gens qui vous entourent, mais aussi devoir gérer un téléphone portable beaucoup trop intrusif puisque la dualité entre les deux C/K(atherine) passera par cet intermédiaire.

Cette réédition est aussi l'occasion d'un nouveau personnage, Qatherine, intégré à l'histoire avec beaucoup d'élégance - sa présence semble avoir toujours été et si vous ne connaissez pas la version originale, les ficelles ne sont jamais apparentes.

De ce qu'elle apporte à l'histoire, par contre, est plus discutable, car elle change complètement la philosophie du jeu. Si les situations de Catherine : Full Body sont drôles et pleines d'humour, Vincent constamment tiraillé et balancé d'une C/K(atherine) à l'autre tire le jeu vers le lugubre, vers le stress, la névrose qui laisse le joueur angoissé et l'oblige par la radicalité des choix proposés à choisir un camp ; d'ailleurs visuellement signalé à l'écran par une balance qui penche toujours du coté Démon (Catherine) ou Ange (Katherine) et qui a des répercutions sur les différentes fins du jeu.

Qatherine représente une jeune fille plus calme, d'une grande gentillesse, qui est au demeurant présente concrètement (dans le mode Safety) et poétiquement dans les phases de jeu en jouant une mélodie au piano qui calme Vincent. Elle change donc le paradigme du jeu, en rendant l'aventure de Vincent moins agressive et manichéenne, finalement moins moraliste. La révélation finale à son propos dérive même vers la caricature et éloigne Catherine : Full Body du jeu à lecture satirique (sur la société, le travail, les amis, le couple et la sexualité) d'il y a 10 ans pour le faire entrer aujourd'hui dans la fable. Toujours unique en son genre, dans l'air du temps, mais pas sûr que le récit reste toujours d'actualité dans 10 ans.

Dites bonjour à la belle Qatherine !

Le principe

Le jeu se déroule en deux temps. En premier lieu les soirées passées au Stray Sheep, un bar, à chiller autour d'un ou plusieurs verres jusqu'à ce que vous rentriez chez vous. Il s'agit de moments durant lesquels vous devez gérer les deux C/K(atherine) au téléphone, mais aussi d'instants de conversation avec vos amis, le personnel de l'établissement ou les habitués où vous abordez plusieurs sujets : le quotidien, vos affaires de cœur, de mystérieux phénomènes criminels inexpliqués...

Tout cela sert d'abord à vous faire choisir une orientation psychique qui donnera le ton de votre vague à l'âme, puis une inclinaison physique vis-à-vis des C/K/Q(atherine) et selon ces orientations à vous conduire au mieux vers l'aventure et la conclusion la plus appropriée. Cette phase de jeu est magistralement conduite, d'une sacrée intelligence narrative et fonctionne à la perfection avec le puzzle game qui suit. Les 13 fins possibles du jeu attestent de la variété des conduites et des réactions qu'il vous faudra tenir face aux multiples choix qui se présenteront à vous.

À noter qu'au Stray Sheep vous pourrez aussi changer les musiques, originales ou extraites des différentes bandes sonores des jeux Atlus ; ou pourquoi pas vous adonner à Rapunzel ? Un jeu dans le jeu complètement génial, qui se présente comme une relecture presque à l'identique des phases de jeu offertes par Catherine : Full Body mais dans un style jeu d'arcade. Vous savez ce que disait Freud du rêve dans le rêve : « Rêver, dormir dans un rêve signale que celui-ci travaille à dénier la réalité de la castration et à contre-investir l'œuvre de la pulsion de mort ». Catherine est un jeu d'une maturité exceptionnelle de par les nombreuses lectures que vous pourrez faire à son encontre : du visual novel divertissant à l'œuvre surréaliste chargée de références à Dali, Hitchcock, Freud...

Un adage qui lui convient si bien.

La jouabilité

La seconde temporalité du jeu : un puzzle game dans lequel Vincent doit escalader une tour faite de blocs qui se décompose à mesure que les instants passent. Les mécaniques sont extrêmement simples : il s'agit de pousser ou de tirer des blocs qui, agencés de la bonne manière, vous permettent de monter jusqu'au sommet de la tour. Au fur et à mesure de l'aventure les choses se complexifient et il vous faut utiliser des objets récupérés durant l'ascension pour corriger vos erreurs, vous débarrasser de gardes ou de concurrents gênants, créer de nouveaux blocs... Car à mesure de l'ascension les blocs se font rares, se chargent de pièges mortels ou spécifiques...

Comme dans tout bon puzzle game qui se respecte, c'est d'une simplicité enfantine au maniement mais autrement plus difficile à l'exécution. Si arriver en haut de la tour ne vous posera que peu de problèmes, essayez de battre les meilleurs scores ou réaliser la montée parfaite et vous verrez toute la richesse et l'ingéniosité au cœur d'un jeu qui mettra vos sens à rude épreuve.

Catherine maîtrise parfaitement les deux phases de jouabilité qui par la magie d'un scénario d'exception ne semblent jamais contraires ou anormalement juxtaposées. Elles s'imbriquent et constituent un ensemble puissant.

Un mini-jeu pas si anodin que ça.

Pour qui ?

Évidemment Catherine de par ses thématiques est un jeu adulte et les grands enfants qui ne l'ont jamais essayé doivent absolument le faire dans cette version Switch. Catherine est un jeu d'une importance capitale, par ses thématiques complexes, intimes auxquelles nous sommes finalement tous confrontés mais peu abordées dans un jeu vidéo. Puis aussi parce qu'il est un grand et parfaitement maîtrisé puzzle game. Tellement unique en son genre, qui bien avant Portal 2 ou The Witness a littéralement révolutionné le genre. Il y a eu un avant et après Catherine.

Des cinématiques pleines de style.

L'anecdote

La liste de nouveautés est longue et cette version constitue la réédition parfaite. Tant au niveau des graphismes (nouveaux éclairages) qu'à celui des mécaniques ludiques, tout a été pensé pour rendre l'expérience de jeu la plus agréable. Les nouveaux venus sont accueillis par plusieurs modes de difficulté, dont un mode Safety qui permet de sauter des segments de puzzle, une montée automatique jusqu'à l'endroit de la chute, un retour en arrière rapide pour refaire son mouvement... De plus tel que dans Dark Souls des petites âmes vous signalent l'endroit où les joueurs sont morts pour vous annoncer les parties à aborder avec parcimonie.

Ceux qui l'ont déjà pratiqué peuvent aussi y aller sans avoir peur de la redite : en plus d'un scénario à redécouvrir, il y a aussi un mode remix qui mélange les blocs de toutes sortes et une plus grande variété d'objets. Pour ne rien gâcher les modes de jeu Babel (défis), Colosseum (affrontement à deux joueurs) et en ligne peuvent être joués directement... Cette version Switch saura accompagner à la perfection les joueurs les plus aguerris et accros à Catherine.
Les Plus
  • Un jeu inoubliable
  • L'histoire parfaitement réactualisée
  • Un puzzle game extraordinaire
  • Des choix dans tous les sens et tout le temps
  • D'une générosité en modes de jeu exceptionnelle
  • Un style graphique et des cinématiques de toute beauté
Les Moins
  • Qatherine ne fera pas que des heureux
Résultat

La sortie de cette version sur Switch est une bénédiction que tous les joueurs se doivent de posséder. Le scénario déjà d'une grande richesse s'en trouve magnifié par une relecture de haut vol qui lui offre une nouvelle jeunesse. Catherine : Full Body est si bien achalandé en modes de jeu qu'il vous permettra de découvrir son scénario en douceur, puis de vous engouffrer dans son puzzle game brillant, à la marge de difficulté parfaite. Le nomadisme de cette version se prête à merveille à sa pratique et son mode en ligne vous fera comprendre qu'il est l'un des puzzle games les plus jouissifs et acharnés de ces dernières années.