Death Come True

06 juil. 2020

La mort qui débloque des pin's

Testé par sur
Aussi disponible sur
2

Après la trilogie Danganronpa on était curieux de découvrir la nouvelle direction prise par Kazutaka Kodaka et le moins que l'on puisse dire, c'est que le monsieur, à défaut d'éblouir, trouve toujours le moyen de surprendre. Death Come True est un objet ludique mal identifié dont on ne sait que faire après l'avoir terminé. Regardons pourquoi.

Le principe

Vous dévoiler ne serait-ce qu'une minute de l'intrigue serait déjà vous révéler la moitié du jeu. Donc tenons-nous-en à cette phrase : « Vous vous réveillez amnésique dans un hôtel, la police et un tueur aux trousses. »

Death Come True est un moyen métrage de série Z qui pourrait s'apparenter à un film interactif, sauf qu'ici les choix sont rares et anecdotiques, puisque si vous choisissez le mauvais vous mourrez ou bien vous recommencez jusqu'à choisir le bon. Autant dire qu'en terme d'interactivité Death Come True est une énorme supercherie, les choix ne débouchant sur rien. Vraiment rien.

Plein de vidéos making-of.

L'ambiance

Finalement ce qui plombe le projet c'est sans doute la volonté d'avoir voulu en faire un truc vidéoludique. Puisqu'en tentant de faire abstraction des coupures « interactives » et en essayant d'en avoir une vision globale, vous verrez que le scénario de genre est plutôt malin, la mise en scène malgré ses moyens ridicules fait ce qu'elle peut et les acteurs sont crédibles. L'habillage visuel et sonore est très chouette et, sans rien vous dévoiler du scénario, la deuxième partie du film se charge d'effets spéciaux très efficaces qui vous rappelleront le meilleur de Danganronpa.

Jeu d'acteurs convaincant.

Pour qui ?

Les fans de Danganronpa seront ravis puisqu'ils y trouveront une réalisation et une ambiance identiques à la série qu'ils aiment. Pour les autres, Death Come True est une expérience ratée et un film non dénué de bonne volonté mais qui ne mérite pas ce tarif exagéré pour être vu de manière aussi désagréable.

Un film interactif, vraiment ?

L'anecdote

Les mauvais choix qui débouchent sur la mort du personnage permettent de débloquer des succès. On ne sait pas si on doit en rire ou pleurer de voir que Kazutaka Kodaka a essayé de faire de ces culs de sac narratifs ridicules des moments où l'on se réjouit de débloquer des pin's.
Les Plus
  • Des qualités cinématographiques...
  • Certains effets sympathiques
  • La présence d'un making-of
Les Moins
  • Dommage qu'il soit une œuvre vidéoludique
  • Trop cher
Résultat

Après l'avoir terminé, vous serez en droit de vous demander si ce moyen métrage, qui possède des qualités certaines dont une véritable sincérité, n'a pas été ridiculement travesti en œuvre vidéoludique afin de faire grimper le tarif. En film il aurait peut-être trouvé ses défenseurs, mais en œuvre vidéoludique impossible, en termes narratifs et mécaniques c'est un échec qui ne débouche sur rien d'intéressant. Sortez-nous le film.