Test Express Times of Conflict

16 févr. 2001
Testé par Netsabes
2

Eugen Systems et Microïds ont voulu surfer sur la vague des RTS en 3D Temps Réel, avec Times of Conflict, en introduisant quelques nouveautés au passage. Test express de ce RTS qui aurait pû être intéressant, si ...

Times of Conflict est le premier jeu de la société Eugen Systems, mais pas leur premier programme, puisqu'ils ont auparavent sorti divers programmes professionnels. Times of Conflict est un jeu de stratégie temps réel en 3D, à la façon d'un Dark Reign II, ou, mieux, d'un Earth 2150, c'est à dire que comme dans tout RTS classique, on doit construire et faire fonctionner sa base avant d'aller en mettre plein la tronche à la faction rivale qui tente d'empiéter sur le terrain que vous voulez envahir, le tout en 3D, avec caméra tournante, effets spéciaux, explosions de partout, et tout le tintouin. Ca c'est pour les RTS en 3D habituels. Times of Conflict a au moins le courage de ne pas faire que pomper ses illustres ancètres RTS, puisqu'il introduit une partie tactique développant le scénario avant chaque bataille, sur laquelle l'on reviendra un peu plus tard. Pour le reste, rien que du classique, du banal, du déjà vu (et même du déjà bu, comme on le verra plus loin), et pas vraiment copié de la meilleure façon qui soit.
Le jeu, donc, bien loin de ne faire que copier ses collègues, a la bonne idée d'introduire quelques "nouveautés". La première est donc la carte tactique, qui rappellera celle de Dune II (de Westwood), où l'on reçoit des ordres de l'ancien de la faction que l'on dirige. On a généralement quelques tours pour accomplir une mission bien précise, tours que l'on peut passer soit à batailler sur le terrain (après avoir acheté des unités sur l'écran de la carte tactique) dans la partie qui ressemble fort aux RTS connus, soit à regarder le déroulement des opérations sur la carte, tour après tour, tout en discutant avec ses contacts grâce à une interface de dialogue faisant penser à un jeu d'aventure basique. Evidémment, le non-accomplissement d'une mission dans le nombre de tours impartis équivaut à la mort du personnage que l'on incarne. L'autre bonne idée du jeu, qui découle justement des dialogues de la carte tactique, c'est que le jeu est pour une fois vraiment scénarisé (bien que le scénario reste basique et prévisible, ne rêvons pas), et que l'on peut vraiment s'intéresser à son personnage. Enfin, l'on pourrait, plutôt, car après, c'est moins bien.
Comme dans Starcraft, il y a 3 factions rivales, ici pour s'approprier le contrôle de la planète Edhaer. Comme dans Starcraft, les différences entre les 3 factions sont nombreuses, mais ce n'est pas vraiment (pour ne pas dire pas du tout) équilibré. C'est là le premier défaut, et sans doute le plus gênant du jeu. Le second, c'est que la carte tactique a beau être une bonne idée, le déroulement des opérations qui s'y passent relevant du plus pur hasard, on peut très vite perdre pour rien, généralement sans même une raison tactique. Ben oui, c'est con, et ça ôte beaucoup à la crédibilité et à l'intérêt du jeu. Mais, hélas, ce ne sont pas les seuls défauts du jeu. Le moteur 3D, sans être aussi catastrophique que celui de Starship Troopers, reste très en dessous de ceux que l'on a pu voir ces derniers temps, notamment dans Earth 2150 ou Ground Control, et du coup, le jeu, qui est plutôt joli et bien designé dans les menus et la carte tactique, devient d'un coup très laid sur le terrain. Mais le pire, c'est que, à la façon d'un Shogun: Total War, les unités sont ici en 2D, dans un moteur 3D. Autant dans Shogun, cela passait très bien, puisque l'on pouvait bouger la caméra à loisir et que l'on était rarement en train de zoomer sur un groupe d'unités, autant dans Times of Conflict cela passe mal, puisque la caméra est par défaut proche du sol et peut difficilement dézoomer et se déplacer. Et cette représentation 2D des unités dans un environnement 3D entraîne un joli tas de bugs et de problèmes, comme des bugs de pathfinding, ou pire, une mauvaise localisation des dégats dûs aux explosions sur les unités. Et l'avantage mis en avant par la 2D (l'affichage possible de centaines d'unités à l'écran) se révèle une bien mauvaise idée, puisque cela ne fait que créer des batailles immenses et pandémoniales, où il est impossible de s'y retrouver.
Les développeurs ont également commis d'autres fonctionnalités dans leur jeu, comme un mode permettant de jouer une par une les maps disponibles, sans passer par la campagne ni la carte tactique (qui sont quand même les seuls intérêts du jeu, si l'on peut dire), ou encore un mode multijoueurs que l'on qualifiera simplement de gavant, tant le lag se fait sentir. Comme de bien entendu, il y a également des bugs de compatibilité, puisque le jeu a tout simplement refusé de tourner sur une machine sous Windows2000 avec une voodoo 5 (ou plus précisément, le jeu a absolument tenu à faire rebooter de force la machine), et a mal affiché les objets 3D sur une TNT. D'un autre côté, certains aspects du jeu ne sont pas trop mal réussis, comme le design des personnages et de l'interface. Les scènes cinématiques sont assez longues et plutôt jolies, même si cela ne casse pas des briques et reste très loin d'un Diablo II ou même d'un Starcraft. Mais on en revient toujours à citer les défauts du jeu, comme l'horrible musique, les bruitages ridicules, les plantages à répétitions (crash après sauvegarde, crash après ALT-TAB, crash après changement de campagne, crash en plein milieu d'une partie...) ou, comme on l'a déjà signalé, le fait que les 3 camps ne soient pas du tout équilibrés (ce qui se fait sentir en réseau, quand le lag arrête, lui, de se faire sentir).
Les Plus
  • RTS Scénarisé
  • Grosse durée de vie
  • Carte Tactique
Les Moins
  • Bugs
  • Crash
  • Moteur 3D
  • Unités 2D
  • Caméra
  • Musique
  • Batailles bordéliques, voire injouables
Résultat

Les développeurs de Times of Conflict ont sans doute tenté de révolutionner un peu le genre du RTS en introduisant quelques nouveautés. En un sens, c'est réussi, puisque ces nouveautés sont le point le plus intéressant du jeu. A l'inverse, le reste du jeu est indéniablement raté, raté, raté, mais aussi raté ou encore raté, à peu près à tous les niveaux: batailles solos, hasard dans la carte tactique, mode multijoueurs ridicule (et qui plus est dépourvu de participants, ce qui se comprends aisément), mélange 3D/2D raté, caméra chiante, musiques et sons horribles, et, surtout, crash et bugs en tous genres, à chaque moment et par tous les temps. Et le (gros) patch sorti il y a peu n'y règle rien (aucune indication n'a d'ailleurs été donnée quant à ce qu'il était sensé régler). Seule l'énorme durée de vie du jeu (et vu les crash, elle tend vers l'infini) peut être un argument valable en faveur de Times of Conflict. Vraiment, alors que Earth 2150 est sorti il y a peu de temps, alors que sa préquelle The Moon Project doit sortir bientôt, suivie de Emperor: Battle for Dune (autrement dit Dune III, fait par Westwood), ainsi que, plus tard, de Warcraft III, jouer à Times of Conflict est plus du masochisme (ou la révélation d'un état de manque, ce qui, concernant les RTS, est douteux) qu'autre chose.