Moto GP 2006 frôle le must

24 oct. 2006
Testé par sur
Disponible sur
3

A mi-chemin entre simulation et arcade, Moto GP 2006 a du mal à se positionner mais ce n’est pas tant son gameplay qui en souffre que la construction même du jeu. L’enchaînement de la saison Moto GP arborant fièrement son lot de licences avec un univers totalement imaginaire est un choix pour le moins curieux. Malgré tout, ce défaut n’est pas rédhibitoire, le pilotage des bolides procure un réel plaisir, bien secondé dans sa tâche par des graphismes digne d'une console nouvelle génération. Le côté RPG du titre, bien qu’un peu anodin, a le mérite d’être là. Mais c’est assurément l’IA et son lot de mauvais coups qui va vite agacer les plus nerveux. Un jeu bien sympathique sans être un must, qui a pour lui de ne pas avoir de rival sur sa plateforme. Pour l'instant.

La moto a le vent en poupe ces derniers temps. Sorti au même moment que Tourist Trophy sur PS2, Moto GP 2006 se jette à l’assaut de la Xbox 360. Le jeu de course développé par Climax abat d’emblé ses premières cartes grâce à la licence exclusive de la Moto GP. Au programme donc, 17 circuits officiels ainsi que les pilotes et les motos des saisons 2005 et 2006. Mais Moto GP 2006, vous réserve aussi un deuxième effet "kiss cool" puisqu'il propose un mode "Extreme" avec 17 circuits de rue répartis aux quatre coins du monde et des motos encore plus puissantes.

Valentino Rossi sur sa Yamaha au premier plan, les vrais pilotes et circuits sont bel et bien là.

Les forces en présence

Après une vidéo d’introduction somme toute assez classique hormis son aspect graphique style dessin animé, vous voila directement sur l’écran principal de Moto GP 2006. Celui-ci illustré par des vidéos réelles de Grands Prix offre le choix entre le mode solo, le maintenant classique multijoueur et un ensemble d’options. En solo, il est possible, pour les plus impatients de se lancer directement dans la course avec le pilote et la moto de son choix en choisissant "course rapide". Mais c’est véritablement la carrière qui représente le gros morceau de l’aspect solo du titre. Ce dernier se déroule en deux parties. Vous débutez d’abord par le Grand Prix regroupant les vrais pilotes, motos et tracés des saisons 2005 et 2006, pour ensuite passer à la catégorie "Extrême" déclinée en trois sous catégories : 600, 1000 et 1200cc.

La personnalisation apporte une touche de décontraction, avec un pilote en jeans par exemple.

Premiers pas dans la compétition

Au début, le choix restreint vous oblige à choisir le mode "Grand Prix". Avant de vous jeter dans l’enfer de la compétition moto, il est préférable de passer par la case personnalisation. Au programme, il y a d’abord la création de votre pilote. A vous de choisir le motif et la couleur de son cuir et de son casque, outre le choix de son nom et de celui de son écurie. Passons ensuite à sa monture. Là encore, il est possible d’en personnaliser la couleur et d’y rajouter logos et autres textes. Malgré les possibilités offertes, il apparaît difficile d’obtenir une décoration convenable de la moto. Il aurait été intéressant de pouvoir y rajouter par exemple des sponsors pour coller un peu plus à l’univers Grand Prix ou bien de laisser la possibilité au joueur de rentrer simplement dans la peau d’un des pilotes du jeu. Il faut reconnaître qu’au milieu des motos officielles, la votre dénote un peu. Passé ce stade, un défi de taille vous attend puisqu’il vous faut maintenant courir sur pas moins de 17 tracés tous tirés de la réalité.

Parcourez 17 tracés officiels et routiers afin d'évoluer en stabilité, freinage vitesse max et accélération.

Moto RPG 06

De plus en plus de jeux de courses intègrent des notions de RPG comme en témoigne le récent Evolution GT sortie sur PS2. Climax surf également sur cette vague afin de donner un peu plus de profondeur à son titre. Tout au long du jeu, des points vous sont distribués. La tâche vous revient alors de les répartir entre quatre compétences : stabilité, freinage, vitesse max et accélération qui influeront directement sur la manière dont votre effigie numérique pilote. Les deux manières possibles pour faire progresser votre pilote sont d’une part vos résultats en course - une première place vous fait gagner quatre points de compétences - et les défis. Ces derniers peuvent prendre diverses formes, comme par exemple suivre un pilote pendant un tour ou encore négocier un virage dans un temps imparti. Leur réussite vous apporte elle aussi, en plus de la connaissance du tracé, des bonus d’expérience. En plus de cette notion d’expérience, Moto GP 2006 propose un système de classement. A l'instar de Project Gotham Racing, il s’agit d’une échelle qui, à chaque pallier, vous permet de débloquer de nouvelles motos, tracés et pilotes.

Le design des motos extrêmes est beaucoup plus extravagant que celui de ses homologues GP.

De la Moto GP à la moto plaisir

Une fois la première saison achevée, et sous réserve que votre classement le permette, vous avez la possibilité de participer au challenge "Extrême". Sorti de l’imagination des développeurs, ce mode vous propose des motos fictives toutes plus puissantes les unes que les autres, et des tracés routiers privilégiant la vitesse à la technicité des circuits réels. Premier changement de taille : l’argent fait son apparition. Vous devez ici acheter votre moto contrairement au mode "Grand Prix" où il suffit de les débloquer. Une partie préparation est aussi de la partie. Modifiez votre moteur pour gagner en puissance ou changez les suspensions de votre engin afin d’en augmenter la stabilité. Les premiers tours de roue confirment la différence entre le mode "Grand Prix" et "Extrême". Alors que dans le premier, la rigueur et la concentration sont de mise, ici c’est plus le fun et l’arcade qui dominent. Le problème vient de l’enchaînement entre ces deux univers. Il n’y a pas réellement de fil conducteur et l’idée de passer de la simulation à l’arcade semble discutable.

Tourner en moto requiert plus d'anticipation qu'en voiture car il faut se pencher.

Et le gameplay dans tout ça ?

Maintenant que vous êtes familier avec la manière dont se déroule le jeu, intéressons-nous au gameplay. A mi-chemin entre simulation et arcade, le pari à semble-t-il été prit chez Climax de contenter aussi bien les férus de deux roues que les néophytes. En effet, bien qu’il faille se familiariser avec le comportement si particulier d’une moto - il est important de bien anticiper les virages pour se pencher - le jeu pardonne pas mal d’erreurs. Il est ainsi possible bloquer les roues et d’effectuer des freinages tardifs sans pour autant être sanctionné. Malgré tout, trouver les bonnes trajectoires et bien maîtriser sa machine requiert un peu de technique. Par exemple, trop accélérer en sortie de virage peut se payer cash par une chute et, la même sanction est bien souvent à la clé lors des sorties de piste. Le compromis entre simulation et arcade est donc plutôt efficace et vous prenez un vrai plaisir à piloter. Cependant, côté intelligence artificielle, le tableau se gâte. Les adversaires ont un niveau assez inégal suivant les tracés même si il est généralement possible de les dépasser facilement au freinage. Mais le plus agaçant est sans doute leur fâcheuse tendance à vous faire chuter. Si il vous arrive de ne pas prendre la même trajectoire qu’eux, ils n’hésiteront pas à vous pousser à la faute.

Moto GP 06 offre de jolis effets de lumière. Admirez le travail réalisé sur le ciel.

Techniquement bien présent

Disons le tout net : niveau réalisation, Moto GP 2006 assure. Même si nous sommes en droit d’attendre encore plus de la Xbox 360, il faut avouer que nous sommes bien en présence d’un titre nouvelle génération. Les effets de lumières (ombres et bump mapping) et les reflets sont de bonne facture. Les animations des pilotes sont elles aussi soignées. Petit détail intéressant, en plus de se pencher dans les virages, vous pouvez voir le pilote changer de vitesse et freiner. Les puristes pourront toutefois reprocher une certaine inégalité dans les décors. L’environnement des circuits officiels est beaucoup plus vide que celui des tracés routiers. Signalons aussi les animations de victoire du pilote quelques peu ridicules, celui-ci se penche dans les virages alors qu’il est debout sur sa moto...
Les Plus
  • Un gameplay entre arcade et simulation efficace
  • Des graphismes "next gen" digne de la Xbox 360
  • Un petit côté RPG qui donne envie de progresser
Les Moins
  • L'enchaînement de la Moto GP vers le mode "Extrême" sans réel fil conducteur
  • L'IA qui n'hésite pas à nous sortir de la piste