Star Trek : Bridge Crew

16 juin 2017
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur Ubisoft
  • Développeur Red Storm
  • Sortie initiale 30 mai 2017
  • Genre Action

Longue vie et prospérité

Les fans pouvaient craindre le pire mais Star Trek : Bridge Crew est une bonne surprise. Il donne même un regain d'intérêt à un PlayStation VR qui se faisait discret depuis quelques mois (pour ne pas dire depuis toujours). Évidemment, il faut plus que jamais jouer le jeu et, malgré une campagne solide s'étalant sur cinq heures, cette expérience immersive dans l'univers de Star Trek se destine avant tout aux moins timides, ceux qui n'auront pas peur de se lancer dans l'expérience multijoueur. Pour eux, et tous ceux qui veulent rentabiliser le casque de Sony, Star Trek : Bridge Crew est indispensable. Dommage que les joueurs soient si peu nombreux sur les serveurs en ligne, mais difficile de pénaliser le jeu pour ce bémol inhérent à la VR. Effet garanti lors des soirées "geek".

Star Trek, un nom qui fait frémir les fans de science-fiction depuis cinq décennies. Et autant les jeux adaptés de cette série/saga n'ont jamais trop brillé, autant l'idée d'être plongé dans un vaisseau spatial a toujours quelque chose de grisant. Cela tombe bien puisque Star Trek : Bridge Crew fait la part belle à la réalité virtuelle.

Le principe

Star Trek : Bridge Crew propose de monter au sein de l'U.S.S. Aegis en vue d'explorer un secteur spatial pour trouver un endroit pouvant recueillir les vulcains restant. Vous incarnez alors l'un des quatre postes suivant : capitaine, timonier (chargé des manœuvres), officier tactique (qui gère les armes, les boucliers et l'analyse) et l'ingénieur (répartissant l'énergie dans le vaisseau). Concrètement, vous vous retrouvez quel que soit votre poste devant des tableaux de bord ou interfaces. À l'aide de votre manette ou mieux, des PlayStation Move, vous interagissez avec les différentes options présentes devant vous. La plupart du temps il s'agit (avec le move) de bouger le périphérique à l'endroit indiqué et de valider en appuyant sur une gâchette, mais le jeu peut aussi vous demander quelques mouvements immersifs tels que le fait de mettre les gaz en actionnant un levier, ou d'utiliser l'interface tactile pour bouger le vaisseau. Cool.

Le gameplay est plus profond qu'il en a l'air. Ici, on vous explique comment répartir la puissance.

Le multi

Si Star Trek : Bridge Crew propose un mode solo, il prend toute sa dimension en multijoueur. Chaque poste étant plus ou moins intéressant, le travail d'équipe et de mise. Pour donner une idée des possibilités offertes par le jeu, imaginez-vous dans la peau de l'officier tactique après que le timonier ait mis le vaisseau en direction d'un ennemi. C'est à vous qu'il incombe de l'analyser, de repérer ses points faibles, d'attaquer et ainsi de suite. C'est aussi vous qui actionnez ou non les boucliers qui donnent logiquement quelques avantages/malus en fonction des situations.

L'intérêt de Star Trek : Bridge Crew réside dans cette gymnastique omniprésente, cohérente et inhérente aux nombreux paramètres à prendre en compte. Ceci dit, ne vous y trompez pas : avant de passer au mode multijoueur, il est impératif de se familiariser avec les commandes dans l'aventure solo. Le jeu étant plus profond qu'il en a l'air, les premières parties peuvent sembler un peu déstabilisantes, à force d'essayer diverses options ici et là tout en étant attaqué par des ennemis. À cette contrainte qui n'en est pas vraiment une, il faut en ajouter une seconde bien plus problématique : l'absence de joueurs sur les serveurs. Ce constat est courant lorsqu'il s'agit des équipement destinés à la VR. Il est d'autant plus regrettable que la campagne solo ne soit pas plus travaillée (bien qu'elle fasse plutôt correctement son travail).

Hélas, il est bien compliqué de trouver des joueurs en ligne. Ne les laissez pas filer !

L'emballage

Pour trouver réellement matière à chipoter, il faut regarder l'emballage. Star Trek : Bridge Crew n'est pas très beau. Bien que la modélisation des membres d'équipage soit correcte, le manque de travail sur les environnements est flagrant. Huit mois après la sortie du PlayStation VR, les développeurs semblent composés avec les limites (et artifices) habituels. Seule vraie surprise, la prise en compte du corps du joueur lorsque celui-ci utilise le PlayStation Move : sans trop de soucis, vous verrez vos mains balayer les interfaces en fonction de vos mouvements.

Le jeu est réellement imemersif, et activer des impulsions ou distorsions pour voyager est génial.

Pour qui ?

Bon point : Star Trek : Bridge Crew se destine à tous les possesseurs du PlayStation VR, fans de Star Trek ou non. Si nous retrouvons l'univers de la saga avec des codes et objectifs qui s'y rapportent (le fait de téléporter des survivants par exemple), le jeu peut parfaitement être joué par un néophyte de la SF. Toutefois, il va de soi qu'il est toujours sympathique de jouer en multijoueur avec des "trekkies" logiquement plus à fond dans le jeu, les références et l'immersion. Encore une fois, dommage que les serveurs soient si vides. Enfin, sachez que Bridge Crew fait partie des bons élèves de la VR. Compte tenu du principe du jeu, le motion sickness n'est pas de la partie. Nous aurions juste préféré que certaines sessions de jeu soient un peu plus courtes (45 minutes parfois), notamment pour les joueurs supportant mal le procédé.

Ces moments font clairement partie des points forts de Star Trek : Bridge Crew.

L'anecdote

Bien que Star Trek : Bridge Crew ne soit pas très beau, l'émerveillement lié à la VR reste présent. En plus de la vue habituelle derrière vos commandes, il est possible d'observer l'environnement depuis l'extérieur du vaisseau. De quoi admirer la vue (et l'action) en s'imaginant dans l'espace. Toujours aussi fascinant.
Les Plus
  • La reconnaissance des mouvements
  • Vraiment immersif
  • Un vrai système de gestion
  • Un multijoueur réussi
  • Un jeu Star Trek
Les Moins
  • Pour le scénario, on repassera
  • Des environnements un peu décevants
  • Les serveurs assez déserts