Princess Peach prend les choses en mains

28 juin 2006
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur Nintendo
  • Développeur Nintendo
  • Sortie initiale 26 mai 2006
  • Genres Action, Plateformes

Sans faire de misogynie avancée, vous vous demandez sans doute si ce titre ne s'adresse pas en priorité aux plus jeunes et aux femmes, rapport à la princesse. En effet, en plus d'offrir un gameplay simple, mais diablement efficace, le jeu est trop didactique. Ainsi, avant d'affronter un gros méchant, on vous dira exactement ce qu'il faut faire pour le battre. Evidemment, le plus dur reste de mettre en application les instructions données. Mais ne pas avoir à chercher seul les points faibles de votre adversaire enlève beaucoup de piment à l'action. Heureusement, ce point noir ne vient pas ternir ce jeu riche disposant de nombreux d'atouts, dont sa compatibilité avec la cartouche vibrante de la NDS. Sa maniabilité exemplaire, l'efficacité du design de ses niveaux hauts en couleurs et la richesse de la progression font de Super Princess Peach le jeu indispensable à mettre dans votre sac de plage.

"Tôt ou tard, il faut rembourser". Cette phrase que l'ami Pablo aime à répéter se vérifie une fois de plus. C'est aujourd'hui la célèbre princesse tant de fois enlevée par Bowser qui passe à la caisse. Ses amis Mario et Luigi sont en bien mauvaise posture, enlevés par Bowser. Yoshi est indisponible pour cause d'indigestion de cailloux. Alors prenez votre ombrelle "top tendance" et votre courage à deux mains pour les sauver. Au passage, apprenez à laisser vos émotions s'exprimer. Ne riez pas, vous aussi vous parlerez comme une fille après y avoir joué.

L'histoire, simple, se prête tout à fait à ce type de jeu.

Quand Peach s'en va-t-en guerre

Sauver une princesse est une motivation ancestrale dans le monde du jeu vidéo. Depuis le premier Donkey Kong, où il fallait éviter les tonneaux pour grimper jusqu'à la belle, ce fait se vérifie. Tous les grands noms du jeu ont eu dans un épisode ou un autre une douce héritière à secourir. Alors que les plus conservateurs d'entre vous s'y fassent : les temps changent. La belle Samus mettrait des trempes à Duke Nukem en personne, et Peach va sauver le monde armée de son ombrelle. Ce n'est pas par féminisme au premier degré que notre ancienne captive part à l'aventure. Ce n'est pas non plus le syndrome de Stockolm qui la pousse à rejoindre Bowser. En fait, ce gros vilain bien connu des fans de la saga des Mario, muni d'un sceptre aux pouvoirs puissants, a fait prisonnier les deux célèbres plombiers. Vous devez donc enfiler votre robe rose, votre petite couronne et partir sur l'île des émotions remettre de l'ordre dans le royaume. Cela en vaut vraiment la peine.

Le jeu s'inspire beaucoup des anciens Mario. Ici, la barre de fin de niveau à atteindre au bon moment.

Un lontain retour en arrière ?

Les premiers moments de jeu laissent perplexe. D'abord, vous pensez que le fait de n'utiliser qu'en partie l'écran tactile est dommage. Peut être avez-vous abusé de Super Mario 64 DS ? Ensuite, toutes ces couleurs chamarrées de rose vous vont droit au fond de la rétine. Cette dernière implore d'arrêter de suite et de retourner au fond d'un souterrain tirer sur des aliens. Et ces émotions qui squattent justement l'écran du bas, a quoi vont-elles servir ? Ces interrogations s'estompent d'elles mêmes, au bout de quelques minutes. Un peu comme la possibilité de décrocher votre regard du jeu, alors que vos doigts frénétiques s'agitent sur la console. Comme c'est bon : le gameplay propre aux épisodes de Mario est fidèlement adapté. Ce monde coloré aussi se révèle être un endroit merveilleusement adapté et plein de clins d'oeils à la saga. Il rappelle avec une touche d'émotion les épisodes joués sur la Super Nintendo. Et l'innovation alors ? Peach utilisera ses émotions, au moins quatre d'entre elles, pour se doper et se tirer de situations périlleuses. Mais ce n'est pas tout...

C'est malin, maintenant qu'elle est en colère, elle va encore tout faire brûler.

Ouvre ton coeur

Ces émotions se déclenchent d'une simple pression sur l'écran tactile. Les mains étant déjà fortement sollicitées, vous laisserez de côté pour la première fois le stylet. Peach pourra être transportée par la joie, mais au sens propre. Lorsque vous la faites entrer en mode "euphorique", elle en flotte dans les airs. Idéal pour accéder aux plates-formes les plus hautes. La rendre triste provoquera chez elles des torrents de larme. L'explosion de ses glandes lacrymales pourra éteindre certains feux ou faire pousser des plantes. Au contraire, si elle est en colère, une aura de feu l'entoure. Quand la tristesse la gagne, ses points de vie se régénèrent. Voila comment tout en conservant un gameplay à l'ancienne, Nintendo parvient à faire du neuf. Vous pourriez penser que ce titre est une simple repompe. Mais pas du tout : l'histoire et les niveaux originaux apportent ni plus ni moins qu'un nouvel épisode à la série.

Regardez ces décors. Quel coup de jeune !

Les avancées technologiques au programme

Le bestiaire est celui des anciens Mario. Les koopa et autres chomp sont de la partie. Vous pouvez leur asséner des coups pour vous en débarrasser. Leur sauter sur la tête est encore la méthode la plus adaptée. C'est en les gobant avec votre ombrelle que vous remplirez votre barre d'émotion. Votre ustensile possède aussi des pouvoirs évolutifs. Ces derniers s'achètent avec les pièces récoltées au fil des niveaux. Votre personnage progresse donc et au final permet d'accéder aux endroits auparavant inaccessibles. Ce sera fort utile car vous devez retrouver tous les Toad disséminés çà et là pour affronter le boss final. Des passages en sous marin viennent casser la linéarité de la progression. Il faudra souffler sur la console pour que votre submersible crache des bulles d'air. Elles enverront au tapis les poissons mangeurs de princesses. Des niveaux qui ne se jouent qu'au stylet sont également disponibles. Ils arrivent généralement avant d'affronter un boss. Le fait de souffler sur la console, système repris du fameux Wario Ware Touched!, est aussi utilisé dans les nombreux mini-jeux que vous débloquez. Voila qui complètent le tableau d'un jeu jusque là sans faille. Mais jusque là seulement car le titre n'est pas exempt de défaut.
Les Plus
  • Les différentes phases rencontrées sont sympathiques
  • Le style est rajeuni par ces graphismes colorés
  • La gestion des émotions se révèle être un plus certain pour le titre
Les Moins
  • On se cache (au début) pour que les copains ne rient pas de vous
  • Un peu trop simple