Far Cry Evolution nous fait le coup de l'île aux pirates

08 juil. 2006
Testé par sur
Disponible sur
3

En définitive, ce Far Cry Instincts Evolution satisfera autant le fan des précédents épisodes que l'amateur de FPS qui voudrait découvrir la série à moindres frais, puisque cette extension est vendue aux alentours de 30€. Son manque flagrant d'originalité et ses menus défauts lui seront assez facilement pardonnés, grâce au savoir-faire qu'il déploie en matière de shoot nerveux et à ses quelques moments de bravoure. Entre autres : la mise à feu d'une plantation par le dynamitage de ses miradors, et une séquence dont l'objectif est de protéger un allié immobilisé sur une plage assiégée par des pirates qui taillent leur routes à coups de roquettes. Difficile de ne pas conclure sur le multijoueur, toujours aussi réussi, qui assure une bonne longévité au jeu au-delà des dix heures proposées par la campagne solo.

Depuis que Far Cry a crée la surprise en coiffant au poiteau Doom 3 et Half Life 2, Ubi Soft semble ne plus vouloir lâcher sa poule aux oeufs d'or : alors qu'un Far Cry Instincts a déjà vu le jour sur Xbox il y a à peine quelques mois, voilà déjà que déboule son extension Far Cry Instincts Evolution. Reste à voir si, au bout d'un moment, les lagons idylliques ne lassent pas autant que les cités futuristes cyberpunk, autre lieu commun du FPS moderne. Alors, l'originalité est-elle soluble dans la redite ?

Une jolie fille, un fleuve tranquille, la jungle frémissante... un nouveau paradis en trompe l'oeil.

Cherche scénariste désespérément

De deux choses l'une : soit Jack Carver est un imbécile, soit il y a une pénurie de scénaristes chez Ubi Soft. La question se pose vraiment, tant le scénario de ce Far Cry Instincts Evolution ressemble à s'y méprendre à celui de son illustre grand frère. Voilà le topo : à nouveau malmené par un destin plein d'imprévus, Jack Carver va encore se retrouver, à cause d'une femme très persuasive (comprenez "très séduisante"), sur une île peuplée d'ennemis sanguinaires dont il faudra trucider le chef avant de trouver la porte de sortie. Le vilain docteur Krieger est remplacé par l'intriguant Semeru, un guérillero passablement allumé, tandis que l'armée de mutants est remplacée par une armée de pirates, avec ici et là deux indigènes pour la couleur locale. Mais dans le fond, rien n'a changé : tout ce beau monde devra mourir dans un bain de sang, et tant pis si ça tâche les cocotiers.

Far Cry Instincts est avant tout un beau bras d'honneur au mot "finesse".

La joyeuse routine du FPS tropical

Ne vous fiez pas à son prétentieux suffixe "Evolution" : ce nouveau Far Cry peine à faire avancer le schmilblick. Il faut dire que les bases de la série s'avèrent tellement solides qu'il semble difficile de les améliorer, sinon en quittant définitivement le contexte tropical. En l'état, les barbares assoiffés d'adrénaline que nous sommes tous auront bien du mal à ne pas succomber à nouveau aux charmes de la saga. A savoir : des poursuites en jeeps sur des bancs de sable cahoteux, des escapades fluviales à bord de vieux rafiots sous le feu nourri des ennemis, et surtout des joutes bestiales en se coulant dans le corps mutant de Jack, dont les pouvoirs ont été décuplés et peuvent désormais s'exprimer dès le début de la partie. Far Cry Instincts Evolution, fidèle à ses origines, ne fait pas dans la finesse : les ennemis vous assaillent toujours par dizaines et n'ont toujours pas appris à lire ni à écrire, les munitions et les medikits pleuvent toujours autant pour vous inviter au carnage.

A l'image de ses attaques bestiales, Far Cry Instincts est plus spectaculaire mais aussi plus brouillon.

Quelques nuages sous le soleil

Toutefois, les nouvelles péripéties de Jack Carver, en plus d'un arrière goût de déjà-vu qui peut démotiver, pâtissent de quelques imperfections qui tombent comme un cheveu sur la crique. A commencer par le level-design, si brillant dans le précédent épisode, qui cette fois désarçonne, sinon agace : à vouloir étouffer dans l'oeuf toute sensation de linéarité dans sa progression, le jeu tombe parfois dans l'excès inverse qui consiste à proposer des cartes gigantesques et labyrinthiques. Il n'est alors par rare de tourner en rond, voire de se perdre, et la frustration l'emporte sur le plaisir. Une frustration renforcée d'ailleurs par une difficulté en dents de scie, qui tantôt vous bombarde de medikits sans raison apparente, tantôt vous prive de munitions à l'aube d'une bataille acharnée contre pléthore d'ennemis. Reste enfin à mentionner la présence de quelques bugs incompréhensibles, comme l'arrêt brutal de la musique (qui participe pourtant de l'ambiance) en plein combat, ou des cadavres d'ennemis qui lévitent. Ils demeurent heureusement assez rares.
Les Plus
  • Un gameplay déjà bien rôdé
  • Certaines séquences spécialement jubilatoires
  • La durée de vie
  • Le prix (environ 30€)
Les Moins
  • Un scénario paresseux
  • La série s'essouffle un peu !
  • Quelques bugs
  • La difficulté en dents de scie