Lara Croft exp(l)ose sa légende

28 mai 2006
Testé par sur
Disponible sur
4

Il y a un proverbe africain qui dit : "Si tu ne sais pas où aller, regarde d’où tu viens". C’est exactement ce qui a été fait sur ce Tomb Raider Legend. Crystal Dynamics a parfaitement cerné le personnage de Lara Croft et son univers. En utilisant les bases qui ont fait son succès - n’hésitant pas à opérer des flash-back pour étayer la progression du joueur et étoffer la personnalité de l’héroïne -, et en exploitant à merveille les technologies actuelles, le studio américain offre un nouveau souffle extraordinaire à la série. Les fans seront ravis de retrouver ce qui les avait fait craquer au tout début (exploration, exotisme, action), et les autres n’auront qu’un seul effort à faire pour se laisser prendre au piège : ouvrir la boîte du jeu. L'archéologue anglaise redevient la reine du genre et ce devrait être pour un petit moment puisqu'un nouvel épisode est d'ores et déjà en préparation.

Tout ou presque a été dit sur Tomb Raider : du bon, du mauvais, du faux, du vrai. Et, quoiqu'on en pense, c'est bien là la preuve d'une série culte et d'une héroïne virtuelle incroyablement célèbre. Si elle envoûte beaucoup de joueurs, elle en agace également tout autant. Le pari de Tomb Raider Legend, septième épisode programmé par Eidos pour redorer son blason, tente de mettre tout le monde d'accord. Inutile de faire durer le suspense plus longtemps : il y parvient de façon magistrale. Et qui mieux que Lara Croft elle-même pour vous en persuader ?

Le générique utilise le buzz avec brio.

Prendre un nouveau départ

Bonjour, c’est Lara Croft. Je vous ai manqué ? Je sais, j’ai été longue mais je voulais revenir en pleine(s) forme(s) pour ces nouvelles aventures. Ni moi, ni mon commanditaire Eidos n’aurions pu nous permettre un énième retour précipité. Et, vous vous doutez bien que depuis L'Ange des Ténèbres, je ne me suis pas vraiment reposée. J’ai d’abord déménagé : quitter mon Angleterre natale n’a pas été facile mais l’accueil réservé par mes nouveaux personal trainers, les américains de Crystal Dynamics, a vraiment été très chaleureux. Ce ne sont que des hommes après tout... Avec eux, nous avons mis au point mon retour sur le devant de la scène : entraînement intensif pour développer mes capacités physiques, restauration complète de mon intérieur, mise au point d’un arsenal ultramoderne, dépoussiérage de mon parc de véhicules, et... nouvelle garde-robe (je ne suis qu’une femme après tout). Mais, au-delà de ces nouveautés propres à cette époque next-gen, nous nous sommes surtout concentrés sur les fondements de ma légende : mon passé et mes racines d’aventurière.

Des mécanismes originaux et démesurés sont au programme.

Rallumer son feu intérieur

Dans cette nouvelle aventure, je retrouve mes premiers amours : ruines et temples millénaires. Je savais que je m’étais un peu dispersée auparavant, qu’on m’avait fait évoluer dans des environnements qui n’étaient pas les miens. Cette fois, c’est différent. Eidos a d’ailleurs eu la bonne idée de rappeler Toby Guard, l’un de mes géniteurs, afin qu’il me replace dans mon univers, ce même univers qui avait tant plu à mes fans au début de ma carrière. Il y a bien un niveau urbain dans Tomb Raider Legend, celui qui m’entraîne sur les grattes ciel de Tokyo pour des acrobaties aériennes périlleuses donc très amusantes. Mais le reste de l’aventure m’offre des terrains de jeu exotiques à souhait et, surtout, absolument grandioses : faire le saut de l’ange d’une immense cascade au Ghana, quoi de plus excitant pour l’aventurière que je suis ? Un temple englouti au Pérou ou des ruines enneigées au Népal, en passant par un laboratoire scientifique abandonné au Kazakhstan, ce tour du globe répond parfaitement à mes envies de dépaysement. Et de dépassement de soi. Je retrouve enfin les pièges que j’affectionne mais aussi les énigmes à résoudre et les mécanismes à activer.

Rien de telle qu'une séance de barres asymétriques pour se remettre en forme.

Du bon usage de son corps

Savez-vous à quoi j’ai également occupé ma retraite depuis mes dernières aventures ? Le Kick-boxing. Je peux maintenant combattre à mains nues ceux qui se mettent au travers de ma route. Bien entendu, mes fidèles pistolets font toujours partie de mon équipement de base (ils disposent d’ailleurs d’un nouveau système de visée qui varie selon les circonstances), mais il m’est dorénavant possible de m’adonner aux joies du corps à corps. Au grand dam de mes adversaires. Cette nouvelle capacité m’autorise même des interactions originales avec certains objets comme un ballon par exemple. Jouer au foot dans les rues d’un village péruvien, ça vous tente ? Concernant le combat rapproché, vous verrez qu’en pratique, il est plus simple de privilégier l’usage des armes, surtout si vous jouez au clavier, sans manette. Cela dit, je sais que vous êtes aussi téméraires que moi. Pour mon retour, je souhaitais également mieux et davantage me servir de mon corps, pour mon bien être personnel mais aussi pour faire la nique à un certain Prince of Persia et ses acrobaties crâneuses. Pour ma part, si je ne cours toujours pas sur les murs, je dispose d’un panel de mouvements bien plus réalistes et tout aussi agréables à utiliser. Quand je vous dis que je pense à vous, vous me croyez maintenant ?

Vous mourez d'envie de la conduire ? C'est justement possible.

Savoir bien s'entourer

Si l’on veut qu’une aventure soit réussie, il est important de réunir un bon casting. En plus de mon fidèle majordome Winston, gravitent autour de moi deux nouveaux compagnons très utiles : Zip, mon conseiller technique, et Alister, mon assistant de recherche source intarissable d’informations historiques. Ils interviennent régulièrement au cours de mon périple, m’indiquant les indices et la meilleure marche à suivre. J’ai parfois l’impression d’être un peu trop assistée - ça facilite l’accès des nouveaux joueurs parait-il - mais, vous me connaissez, je sais reprendre mon indépendance quand c’est nécessaire. Côté adversaires, j’ai là aussi largement de quoi m’amuser : entre une entité inconnue bourrée d’électricité et un serpent marin géant, en passant par des jaguars, des panthères blanches et des soldats qui, pour une fois, ont un minimum de plomb dans la cervelle, difficile de trouver le temps long. Notez également que mon équipement contient maintenant un grappin bien pratique pour franchir des précipices, manipuler des objets, dégager de nouveaux passages et même attaquer mes ennemis. Mais j’ai gardé le meilleur pour la fin : dans cette aventure, j’ai la possibilité d’enfourcher une Ducati pour des séquences de courses mémorables terriblement grisantes. Peu m’importe de mourir, la natte dans le vent !
Les Plus
  • Le retour de l'ambiance originale de la série
  • Graphiquement grandiose et dépaysant
  • Les cinématiques interactives
  • La subtilité du personnage est conservée
  • Le manoir Croft et sa salle d'entraînement
  • Etre sur une Ducati pilotée par Lara Croft
  • Les différentes façons de mourir de Lara raviront les plus sadiques
Les Moins
  • Trop court
  • Un scénario un peu confus
  • Le thème musical original a été abandonné