Keepsake ou les Aventuriers de la Classe Perdue

19 avr. 2006
Testé par sur
Disponible sur
2

Au final, Keepsake est un joli jeu qui s’adresse principalement à un public jeune ou aux adultes ayant gardé une âme d’enfant. Cependant, ni le scénario attachant ni les jolis décors ne parviennent à contrebalancer l’impression générale de lenteur et parfois d’ennui qui se dégage de ce jeu. La bande son trop discrète et le fait que le château soit désert augmentent aussi cette impression : peu de PNJ à rencontrer, donc peu de dialogues et un vrai manque de rythme. L’alternance déplacements / énigmes est finalement très monotone, et le manque d’interactions avec le décor et les objets gâche un peu l’intérêt du jeu. Heureusement, les petites blagues de Zak, le loup-dragon, nous réveillent de temps en temps, mais cela ne suffit malheureusement pas. En fait, ce qui manque à Keepsake pour être un bon jeu, c’est peut-être simplement une toute petite touche de magie...

Les Point & Click sont à la mode, et les histoires de magie aussi : Prenez donc un peu de Harry Potter mélangé à du Syberia, et vous obtenez Keepsake - Aventures à Dragonsvale. Créé par les canadiens de Wicked Studios, ce jeu mêle énigmes et ballades dans un château magique, sur fond d'une histoire d'amitié entre deux fillettes (bourrins : s'abstenir). S'adressant à un jeune public féru de réflexion et le calme, Keepsake nous plonge dans un univers médiéval où le mystère et la magie règnent en maîtres.

Le monde magique de Dragonsvale

Un peu de douceur dans un monde de brutes

Si vous aimez les énigmes, les histoires de magie et de dragons, alors voilà une petite pause douceur : Keepsake. L’intrigue se situe dans le monde enchanteur de Dragonsvale, avec son immense château et sa forêt verdoyante. L’héroïne, Lydia, est une jeune fille qui vient d’intégrer l’école de magie, mais la rentrée des classes s’annonce très mystérieuse. En effet, l’école est vide et tous les élèves semblent s’être volatilisés comme par enchantement. Aidée de Zak, un drôle de loup qui prétend être un dragon, Lydia va donc tenter de découvrir ce qui est arrivé aux autres élèves et retrouver son amie Céleste qui a elle aussi disparu. Votre tâche sera donc de l’aider dans sa quête.

On ne se bouscule pas dans ce jeu

Lydia et le château magique

Dès le début du jeu, on est plongé dans une atmosphère enchanteresque et mystérieuse : Le château est magnifique, entouré d’une grande forêt, d’une rivière et d’une cascade. Mais l’école est déserte, et personne pour nous ouvrir. La solution se trouve bien évidemment dans la première énigme qu’il nous faut résoudre. La gigantesque porte s’ouvre alors, et on découvre l’immense statue d’un dragon trônant au milieu du hall d’entrée. Mais où sont passés les élèves ? Le mystère s’installe peu à peu et on devine que cette école de magie cache de bien lourds secrets. Il va donc falloir visiter les lieux et trouver des indices pour comprendre quel terrible sort a été jeté sur les élèves.

Faisons travailler nos méninges...

Mais où est le Père Fouras ?

L’intérêt majeur de Keepsake est sans conteste la résolution des énigmes. Elles vous permettent d’ouvrir des portes, de découvrir de nouveaux indices et donc d’avancer dans le jeu. Ces énigmes sont simples au début puis leur difficulté s’accroît progressivement. La bonne idée, c’est qu’à tout moment, en cliquant simplement sur un bouton, vous avez la possibilité d’obtenir une aide, ce qui vous évite de rester bloqué trop longtemps. Bien sûr, les Sherlock Holmes en herbe auront un grand plaisir à trouver les solutions sans les indices, mais si votre but est d’avancer rapidement, vous serez content de les utiliser. D’autant plus que vu le temps qu’on perd à se déplacer dans le château, ajouté à celui passé à chercher les solutions des énigmes, on se lasse assez vite.

C'est par où la sortie ?

Tu pointes ou tu cliques ?

Keepsake est un point & click qui demande un petit temps d’adaptation au niveau de la prise en main, vu que le point sensible du jeu est sans conteste le gameplay. Les changements d’angles de caméra ne permettent pas une très bonne jouabilité, et il faut sans cesse bouger le curseur un peu partout pour se déplacer, ce qui à la longue est vraiment gênant. De plus les zones cliquables sont petites, pas toujours bien placées, parfois complètement en bordure d’écran, et il faut donc les chercher, ce qui accentue l’impression de lenteur du jeu. Vu qu’il faut plusieurs clics pour aller d’un point à un autre et que le château est immense, même si ça laisse le temps d’admirer les jolis décors, quand ça fait vingt fois qu’on repasse au même endroit, le temps semble bien long.
Les Plus
  • L’originalité de l’intrigue
  • La variété des énigmes à résoudre
  • La richesse des décors
Les Moins
  • L’impression générale de lenteur se dégageant du jeu
  • La monotonie du rythme déplacements / énigmes
  • Les incessants allers-retours dans le château
  • Le manque d’interactivité avec les objets et les décors
  • Les zones cliquables mal définies
  • La bande son trop discrète et parfois monotone