Steep

24 janv. 2017
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Ubisoft
  • Développeur Ubisoft
  • Sortie initiale 2 décembre 2016
  • Genre Sport

Hypnotique

Steep est un jeu trompeur : avant d’y avoir joué, vous vous verrez parcourir son monde sans contrainte, faire les figures les plus folles, participer à des épreuves arcade qui vous rappelleront les bons vieux jeux de glisse d’antan, et surtout le wingsuit et le parapente pour la première fois dans un jeu vidéo vous exciteront comme jamais. Puis, une fois dans ce monde, vous comprendrez que vous ne vous déplacerez pas à loisir, que les figures sortent à condition de tact, que les épreuves sont gênantes et que le wingsuit et le parapente souffrent d’une tendance au try and die frustrante. Vous comprendrez rapidement que votre expérience du jeu va se résumer à la plus simple des attitudes : s’élancer d’un sommet et descendre jusqu’en bas. À l’heure où les jeux en monde ouvert épuisent les joueurs par la futilité des activités qu’on leur propose, Steep fait son malin, il répond au cahier des charges tout en vous conseillant d’aller skier sans vous préoccuper de ce qu’on vous demande.

La division d’Annecy d'Ubisoft sort son premier jeu "à elle". Spécialisée dans le mode multijoueur, Steep apparaît comme l’affirmation d’un savoir-faire puisque ce titre est pleinement connecté. Avec cette situation géographique privilégiée, on imagine qu’il est le fruit d’un amour et d’une passion pour la montagne. Il nous l'affirme dès le démarrage. Réussite totale.

Le principe

Vous débarquez dans un monde dans lequel tout est à occasionner et notamment votre réputation, qu’il vous faudra augmenter en participant à des épreuves. Quatre styles différents : ski, snowboard, parapente et wingsuit. Il s’agira au choix sur ces épreuves de battre un concurrent, un score, un temps ou tout simplement d’arriver au bout, en prenant soin de passer sous un checkpoint sous peine de voir l’épreuve annulée. Chaque discipline a ses inconvénients. Les épreuves de glisse ont le défaut de réduire artificiellement les parcours à des chemins étroits : passer à toute vitesse à travers une forêt de sapins, une terrasse de chalet ou entre des centaines de glaciers peut vite devenir agaçant lorsque cela se répète. Les épreuves de wingsuit, à vouloir à tout prix amplifier le côté spectaculaire de la discipline font des tracés redoutables et cela ne consiste qu'à passer au ras du sol, d’un rocher, d’un poteau électrique. Un calvaire qui n’amusera que les plus masochistes. Les épreuves de parapentes, elles, ne sont pas du tout amusantes puisque elles exigent de prendre en considération le vent et c’est vraiment, mais vraiment très mal rendu et aucunement ludique. Son utilisation est exclusivement contemplative.

Il faut bien avouer que ça gâche la vue.

L'emballage

Ubisoft Annecy a créé un monde époustouflant, les principaux massifs d’Europe ont été ici réunis de manière totalement décomplexée. Il y a deux niveaux de réflexion autour de ces montagnes : les vallées et les sommets. Les vallées qui regroupent les paysages "humains" auraient mérité un peu plus de détails et de vie. Elles se résument à des villages agglomérés de chalets, aucune route, aucune trace visible d’un quotidien, il y a trop de forêts, de couloirs rocheux. Aux sommets, par contre c’est un enchantement, les vues sont extraordinaires, c’est un émerveillement constant, et s’élancer des nuages est euphorisant. Il y a partout de beaux endroits à découvrir, vous vous émerveillez à chaque instant de ces paysages. Il est dommage que les développeurs n’aient pas pensé à la possibilité de désactiver les points d’intérêt sur la carte car cela nuit à l’harmonie et la beauté des horizons.

D’autant plus que la musique est fabuleuse, elle s’adapte à votre situation géographique et surtout à vos actions. Elle sait se faire violente, agressive pendant une épreuve au milieu des rochers, et beaucoup plus aérienne et douce sur une pente beaucoup plus permissive, vous absorbant totalement.

Les sauts sont un régal.

Le gameplay

Les sensations de glisse sont fantastiques, la jouabilité est d’une grande simplicité. Pour les sports de voltige, seule la croix directionnelle compte ; pour les sports de glisse, la possibilité d’exécuter des sauts. Rien de réaliste, mais rien d’azimuté non plus, on reste dans le raisonnable tout en étant très jouissif lorsque l’atterrissage est parfait. Il vous sera d’ailleurs demandé un peu de doigté et de résister à la gourmandise d’en faire trop. À l’atterrissage, une barre de récupération viendra vous sanctionner sur votre réception.

Si niveau jouabilité, tout va bien, l’incompréhension viendra de deux mécaniques plus discutables. La mise à disposition de la carte est totale mais vous n’avez aucune manière de vous y déplacer sans en passer par le parapente ou par la téléportation d’une épreuve à l’autre, à condition qu’elles se soient débloquées par votre niveau de réputation. Véritable gâchis. Il aurait simplement fallu que les développeurs intègrent une moto-neige, ce qui aurait rendu l’expérience tellement plus agréable. Ensuite, votre progression est constamment motivée par le jeu : voix-off, cinématique, originalité des parcours et des objectifs jusqu’à la concomitance amusante des autres joueurs à vous défier, imiter, partager une descente ensemble. Cependant, il n’y a d’autre récompense que de nouveaux habits, des logos, des articles à acheter purement esthétiques.

Le bonheur de découvrir ce genre de petites choses.

Pour qui ?

Un jeu à déconseiller à ceux qui attendent des objectifs, un scénario, une progression ; à conseiller par contre aux amoureux contemplatifs d’un monde, ceux qui peuvent se suffire pendant des heures de la simple découverte en long et en travers d’une carte, ceux qui savent se prendre en main, qui n’attendent pas qu’on leur dise quoi que ce soit pour prendre du plaisir. Les amoureux de la montagne ne lâcheront pas la manette, ils se régaleront des heures d’une descente à l’autre, à toute vitesse, les meilleurs spots pour les plus belles figures.

Les images ne rendent pas toute la beauté du jeu.

L'anecdote

Je dois avouer que je n’ai jamais fait de ski, et que la montagne, je ne l’aime qu’au Printemps, mais Steep m’a vraiment enthousiasmé. Comme hypnotisé, je ne voyais pas le temps passer. Les développeurs ont déjà annoncé l’Alaska et quatre nouvelles activités : la luge, le jetpack, le base jump et le speed riding. J’ai franchement hâte. Une belle surprise, un grand jeu adulte. J’espère que les développeurs vont tenir le plus longtemps possible leur bébé et ne pas abandonner ce terrain de jeu incroyable, qui peut offrir un nombre de possibilités stupéfiantes pour peu que les mises à jour suivent.
Les Plus
  • C'est splendide
  • Des sensations de liberté grisantes
  • Des montagnes qu'on prend plaisir à dévaler
  • Quatre activités aux sensations bien distinctes
Les Moins
  • Aucun semblant de narration
  • Des épreuves ternes ou à la difficulté mal calibrée
  • Une moto des neiges se serait super la prochaine fois