Atelier Sophie : The Alchemist of the Mysterious Book

12 août 2016
Testé par sur
Disponible sur
2

Une recette qui manque d'ingrédients

Atelier Sophie : The Alchemist of the Mysterious Book est un petit jeu sympathique. Le souci, c'est que c'est presque devenu le crédo de la série de Gust. Si d'un côté la progression limpide du jeu est appréciable, ainsi que tout ce qui relève de l'alchimie, les combats et le peu de consistance du background sont beaucoup moins convaincants. Jamais beau, le jeu est aussi bavard que ses personnages secondaires sont creux. Dommage car il reste relativement attachant.

Dans la famille Atelier, nous demandons Atelier Sophie : The Alchemist of the Mysterious Book. Autrefois exclusive au japon, la licence de Gust est présente sur le territoire européen depuis une dizaine d'années. Avec Sophie, le développeur japonais marque un retour aux sources hélas très sobre.

L'histoire

Atelier Sophie : The Alchemist of the Mysterious Book vous place dans la peau d'une alchimiste prénommée Sophie. Un jour, alors qu'elle note une recette dans son livre d'alchimie, celui-ci prend vie et lui fait une confidence. En effet, un mystérieux chaudron permettrait de devenir une alchimiste aguerrie, chose idéale pour une jeune novice comme Sophie. Seul problème : votre livre a perdu la mémoire et il faut la lui raviver à coups de recettes.

Atelier Sophie : The Alchemist of the Mysterious Book n'est pas fondamentalement passionnant mais dispose d'une narration qui sert la progression. Pour faire simple, le jeu vous propose de nombreux dialogues en fonction des lieux dans lesquels vous allez. La contrepartie étant qu'il est parfois agaçant de voir une cinématique s'enclencher alors que vous êtes impatient de vous atteler à une nouvelle recette dans votre atelier (par exemple).

Plus tard dans l'aventure, votre livre Platcha pourra combattre à vos côtés.

Le principe

Car Atelier Sophie : The Alchemist of the Mysterious Book reprend le principe de la série en vous demandant de récolter des ingrédients pour faire parler vos talents d'alchimiste. Pour les récupérer, rien de mieux que de parcourir des donjons (incroyablement courts) et de combattre quelques monstres.

Nous n'allons pas vous mentir, même s'il est relativement efficace, le système de combat d'Atelier Sophie : The Alchemist of the Mysterious Book est clairement au second plan. Reprenant le tableau de priorité d'un Final Fantasy X, le jeu vous permet surtout d'anticiper les tours adverses et d'en profiter pour mettre en place votre stratégie.

À ce sujet, rien de plus efficace que les objets que vous confectionnez (logique !) ou que quelques techniques et attaques spéciales bien senties. En effet, au fil de vos actions, une jauge se remplie et vous permet de faire des supports en attaque ou en défense. Au fil de votre progression dans le jeu, celle-ci gagne en importance et parviendra à vous sauver de quelques mauvais sorts.

Enfin, comment passer outre le système d'alchimie ? En plus de devoir rassembler des ingrédients, vous devez les sélectionner et choisir leurs positions pour optimiser l'efficacité de votre recette. Bien que ce système paraisse anecdotique, c'est bien l'alchimie qui sert de carotte au joueur, surtout que la progression dans le jeu se fait comme une lettre à la poste : la plupart de vos actions (dialogues, quêtes, expéditions, etc.) vous permettent d'avancer dans votre quête pour redonner un peu de mémoire à votre livre magique.

À vous d'optimiser vos recettes en plaçant les ingrédients dans le chaudron.

Pour qui ?

Le souci, c'est qu'Atelier Sophie : The Alchemist of the Mysterious Book ne se destine pas à grand monde. Avec son système de combat un peu rachitique et son concept atypique, le titre est réservé à une niche de joueur. Et encore, il faut souligner la faiblesse technique du jeu. Nights of Azure prouvait déjà que le passage sur PlayStation 4 était compliqué pour Gust. Un constat qui se vérifie ici avec un design certes parfois réussi (bien que passe-partout) mais des graphismes étonnamment pauvres. Mention spéciale à des environnements toujours aussi vides. Les fans qui espéraient un petit bon en avant peuvent donc s'attendre au pire.

Nous tenions à vous donner un aperçu graphique du jeu, hélas indigne d'une PlayStation 3.

L'anecdote

Pour trouver un peu de nouveauté, il faut se tourner vers la présence d'un cycle jour/nuit. Pour faire simple, chacune de vos actions (ramasser un ingrédient, se déplacer sur la carte ou en ville, faire un combat, etc.) fait passer le temps. D'abord déroutant car le temps passe vite, le système est au final relativement réussi compte tenu de son côté modulable. En effet, vous pouvez facilement alterner entre jour et nuit. Nous aimons aussi le fait que l'abondance d'évènements apporte à l'immersion, ainsi que les possibilités apportées par la possibilité de faire la popotte de nuit. À noter enfin que certaines quêtes sont limitées dans le temps, vous demandant par exemple de tuer un monstre dans les quinze jours.
Les Plus
  • Une narration foutraque mais engageante
  • Une progression qui tient le joueur en haleine
  • Le système d'alchimie, réussi et accrocheur
  • Globalement dynamique (narration, cycles jour/nuit, etc.)
Les Moins
  • Le vide sidéral et sidérant des décors
  • Graphiquement indigne, même d'une PlayStation 3
  • Des personnages secondaires souvent quelconques
  • Blablabla... Blablabla...
  • Des combats qui manquent de subtilité