MegaTagmension Blanc + Neptune vs Zombies

30 juil. 2016
Testé par sur
Disponible sur
2

Élitiste mais accrocheur ?

Votre propension à aimer MegaTagmension Blanc + Neptune vs Zombies dépend autant de votre affection pour Neptunia que de celle pour ce marché de niche. Dans la catégorie des "beat'em all apéritifs", le titre s'en sort plutôt bien, ce grâce à une progression accrocheuse qui tient le joueur en haleine. Si le système de jeu est également au rendez-vous (tout comme le mode multijoueur), MegaTagmension Blanc + Neptune vs Zombies ne joue finalement qu'assez peu sur le fan-service. Un point étonnant compte tenu de la série dont il est issu. Reste ensuite quelques défauts parfois inhérents au genre : bestiaire rachitique, bavardages inutiles, etc. À vous de choisir.

MegaTagmension Blanc + Neptune vs Zombies : voici un titre qui ferait fuir la plupart des joueurs. Pourtant, une communauté recluse, telle celle d'Astérix, est capable de décrypter ce nom farfelue. Cela tombe bien puisque le jeu se destine à ces personnes, et presque seulement à elles. Explications.

L'histoire

Comme son nom l'indique, MegaTagmension Blanc + Neptune vs Zombies est un spin-off de Hyperdimension Neptunia. Pour être plus précis, celui-ci reprend une série de light novels (des romans pour ados) et place son cadre dans un lycée. Pour réaliser un film d'action, les étudiantes (et nos déesses d'autrefois) profitent d'une invasion de zombis préalablement invoqués. Pas forcément intéressant, le scénario est surtout très bavard au regard du ratio gameplay/blabla.

Les fans ne seront pas dépaysés.

Le principe

Pourtant, le principe de MegaTagmension Blanc + Neptune vs Zombies est plutôt accrocheur, et ce pour une raison très simple : les missions sont globalement très courtes, en particulier durant les premières heures de jeu. Très vite, votre personnage acquiert de l'expérience, des points de compétences à répartir et de l'argent à dépenser dans une boutique vous permettant d'acheter de l'équipement à sertir ou des accessoires. C'est ce système d'amélioration qui vous sert de carotte, vous faisant jouer de façon quasi hypnotique malgré des missions finalement assez basiques. Pourtant, le système de jeu reste sympathique, entre les nombreux combos de nos héroïnes et les gimmicks du genre : parade, "dash" pour esquiver, personnages de soutien, transformations ou coups spéciaux.

Les missions sont courtes et les boss peu variés.

Le multi

MegaTagmension Blanc + Neptune vs Zombies est surtout le premier épisode de la série à disposer d'un mode multijoueur en ligne. Couplé à une technique privilégiant la fluidité (le titre propose des graphismes basiques et surtout des décors incroyablement vides, comme souvent avec ce genre de jeu), ce mode jouable jusqu'à quatre est un argument de choix pour séduire les fans de Neptunia.

Les effets visuels et les coups spéciaux apportent du dynamisme à l'action.

Pour qui ?

Car c'est surtout à eux que se destine le jeu, surtout depuis l'avènement de la série Senran Kagura, qui séduira avec plus de facilité les yeux lubriques de certains. En effet, l'univers de MegaTagmension ne plaide pas en sa faveur : des gamines toutes maigrichonnes et un jeu qui, au final, joue assez peu sur le fan-service destiné aux "otakus" (voire plus simplement aux fans de la série). Pas ou peu de poitrines en vue, des dialogues assez insipides et une version finalement assez édulcorée d'un genre typiquement japonais. Pourtant, difficile de condamner le jeu sur ce simple aspect, tant ce "défaut" relèvera de l'avis personnel de tout un chacun... Sans compter que le jeu reste (bêtement) addictif.

Vous pouvez personnaliser vos héroïnes.

L'anecdote

Ce qui est toujours étonnant avec les jeux japonais plus que confidentiels, c'est de voir à quel point ils peuvent placer le gameplay au second plan. Ainsi, les missions de MegaTagmension durent parfois quelques minutes voire quelques secondes. Du coup, nous pouvons parfois être surpris quand le jeu s'embarque dans des dialogues à rallonge, et parfois pour une histoire particulièrement futile.
Les Plus
  • Addictif voire hypnotique
  • Un gameplay un peu classique pour le genre mais vraiment efficace
  • Un système d'amélioration et une progression très sympathiques
Les Moins
  • Toujours trop bavard
  • Surtout que le fan-service est au second plan
  • Les défauts habituels du genre (caméra, bestiaire, environnements, etc.)