SimCity

28 janv. 2013
Rédigé par Peuh
Prévu sur

Un séduisant week-end de city building

SimCity... Jeu mythique s'il en est. Voilà bien longtemps que les redites n'ont pas su donner un souffle nouveau à cette série adulée par les constructeurs de villes et autres maires amateurs. Ici, vous bâtissez, gérez, entretenez pour, au final, faire croître votre ville. Tous les aspects y sont présentés et donc tous leurs problèmes inhérents en découlent. Après leur domination sur le monde des Sims, voila qu'Elecronic Arts et Maxis s'essayent au genre. Nous venons de passer trois jours sur la version beta du jeu pour un premier contact avec ce qu'on peut d'ores et déjà considérer comme un véritable "reboot". Impressions.

Vos budgets sont étayés par une foultitude de paramètres efficacement affichés.

De solides fondations

Le téléchargement démarre via le client Origin, à bonne vitesse malgré la cohue aux portes des serveurs de téléchargement. 12Go seront nécessaires à cet essai, autant dire que la soirée est bien entamée lorsque le jeu démarre. D'ailleurs pourquoi trois jours de Beta seulement ? Les problèmes d'installation, de démarrage et autres bugs réduisent la période de test à quatre heures sur tout le week-end pour les plus malchanceux surtout que la journée de samedi connaît des interruptions de service. Une pause obligatoire pour maintenance écourte la matinée du dimanche pour finir. C'est un point que toutes les beta rendues publiques connaissent, donc il ne ternit pas pas l'avis donné sur le jeu, mais ça fait du bien de le dire. Au passage : laissez télécharger le client avant l'heure de départ de la beta, cela rendra service à tout le monde, merci et le dossier est clos.

Revenons à nos moutons : un tutoriel vous mettant en scène dans des situations connues d'une ville existante entame la partie. D'une vingtaine de minutes environ il a le mérite de poser les bases du jeu et elles semblent infinies. C'est le premier point choc de ce SimCity. Tous les axes de gestion semblent exploités et leur contenu est poussé à fond. Par exemple, la gestion de la pollution fait partie intégrante de votre travail, vous gérez donc les pollutions inhérentes aux bâtiments mais aussi celles occasionnées aux sols, ce qui fait baisser les terrains avoisinants.

Toutes les informations disposent de leur propre vue pour un résumé clair.

Maire : un métier complet

Et cela semble ainsi tout le temps : voirie, zones de construction, gestion des déchets, acheminement et traitement de l'eau, distribution de l’électricité, bâtiments publics, poubelles, pompiers, services de police, santé, écoles, transports en communs mais aussi ports, aéroports et gares, parcs publics... Rien ne semble manquer jusqu'aux cataclysmes que le joueur peut déclencher. L'organigramme est déjà édifiant mais sachez que vous pouvez louer les services de ramassage de déchets, acheter ou vendre de l'énergie ou de l'eau potable des villes de votre région. Effectivement, les denrées s'achètent et se vendent en créant ainsi une synergie avec les villes avoisinantes qui seront à terme entretenues pas des humains. Le moteur - bloqué en résolution dans cette version - est rapide et offre néanmoins un niveau de détail qui, au final, donne un SimCity de toute beauté. L'interface, clairement empruntée aux Sims, est diablement efficace ; elle laisse aussi entrevoir tout un panel d'actions et d'éléments inaccessibles pour le moment. Tel SimCity des temps anciens la mise en place de votre ville débute par le raccordement au monde extérieur. Tirez une voie depuis l'autoroute jusqu'à vos premières zones qu'elles soient résidentielles, commerciales ou industrielles selon la demande de vos administrés. Ensuite, alimentez en eau et en électricité pour voir s'agiter les sims et les constructions débuter. Tout s'enchaîne : créer une école, une plus grosse centrale électrique... En clair, suivez les desiderata de vos concitoyens afin qu'ils soient les plus satisfaits ce qui vous permettra d'augmenter les impôts.

Une heure pour construire une ville ... c'est peu mais le résultat est déjà prenant, très prenant.

A ne pas en voir le bout

C'est à n'en plus finir car les bâtiments sont améliorables, les budgets de chacun se gèrent selon une myriade de paramètres et peuvent se gérer de manière automatique ou manuelle. L'interface est claire et des messages d'alertes vous indiquent les points chauds ou les missions proposés par les habitants, comme par exemple construire une clinique.

Que cela est prometteur ! Maxis a bien compris que les joueurs désiraient un SimCity efficace : cette version permet de le constater sans peine car elle reprend pour base le SimCity classique. Mais en apparence car les options et les paramètres s'enchaînent pour donner, au final, une gestion tentaculaire bien plus poussée que le jeu d'origine. De plus, le soin que vous portez à l'environnement, l'interaction avec les autres villes et tous ces menus bloqués laissent entrevoir un grand avenir pour ce SimCity. Bien que le week-end de test ne soit pas parfait, version beta oblige, c'est avec grand intérêt que nous suivrons la phase finale de développement et avec une impatience certaine que nous attendons une version qui permettra de bâtir une ville plus d'une heure durant.