Un épique oui pour Epic Mickey sur Wii

19 oct. 2010
Rédigé par
Prévu sur

Si le froid glacial commence à glacer nos veines, les adaptations de grands dessins animés et autres films d’animations commencent à être potable pour le grand public. Comme l’a réussi Toy Story 3, Epic Mickey gagne son pari contre les mauvaises langues en proposant un titre riche en histoire avec un gameplay qui en ravira plus d’un. Pas que pour les bébés, les inconditionnels de la souris muette (pour les puristes) ou de l’univers Disney seront aux anges devant le travail effectué par Junction Point ainsi qu’un Warren Spector (Deus Ex) des grands jours.

Un classique d'animation jouable

Steamboat Willie

On ne peut vraiment pas lui faire confiance à ce Mickey des années 30 ! A peine arrivé dans la salle de toutes les expériences made in Fantasia que le rongeur crée, par mégarde, un fantôme noir qui lui causera bien des soucis. Après une longue période d’hibernation (?), ce fameux vilain emporte Mickey dans la monde « merveilleux » de Wasteland Cartoon, endroit si l’en est féerique dans lequel les créations Disney n’ayant pas fait le poids sont enfermées et errent entre le manège des tasses et l’attraction éléphantesque. Pas totalement seul, le mangeur de fromage aura la panache d’avoir plusieurs alliés qui vont l’aiguiller durant l’aventure, comme les gremlins (qui peuvent manger après minuit et être trempés), des personnages connus en mode androïde sans oublier Oswald le lapin chanceux. Pour le coup, il porte plutôt (ha, ha) mal son sobriquet étant donné qu’il n’a pas vécu la même histoire que son compatriote à longue queue. Higitus Figitus, place aux sensations de jeu.

Un coup de bleu et hop ! Les tâches réapparaissent

Une mine Pat Hibulaire

Ayant comme features (éléments clés de gameplay) l’utilisation de deux types de peintures, un large choix s’offre à vous durant vos pérégrinations. L’une, bleue, vous permettra de remplir les endroit creux et de s’allier avec l’opposant tandis que l’autre, verte, va dissoudre certains éléments mais sans tuer réellement vos adversaires. Forcément, vu que ce sont des cartoons, seul la trempette pourrait faire office de grande faucheuse. Bref, mise à part le choix des armes, on se retrouve dans un bon vieux jeu de plate-forme qui alterne le monde 3D rempli de pièges et d’énigmes à résoudre et des phases en 2D assez rétro qui nécessitent d’avoir uniquement un timing irréprochable. D’ailleurs, dès que vous entrez dans le laboratoire du Docteur Fou (The Mad Doctor pour les puristes) les clins d’œil aux chefs d’œuvres Disney pullulent de-ci de-là. La Belle et la Bête, Scar du Roi Lion, on retombe inéluctablement en enfance sans oublier d’apprécier le titre en lui-même.

J'appuie, je saute et je reconnais le mouton. Simple non ?

Me suis toujours demandé pourquoi nous portons toujours ces gants blancs

Suite à quelques embûches de vapeur, on se retrouve de plein pied dans le parc d’attraction désaffecté Wasteland Cartoon. Là, des ennemis déjà connus pour leurs rondeurs vous agressent littéralement devant un gremlin qui aurait bien besoin d’aide. On vise avec la wiimote et pfiou ! Quelques coups de pinceau suffisent à rendre tout le monde plus content. Une fois devant le petit bonhomme, plusieurs missions successives attendent Mickey et par extension vous. Une clé a été perdue près des tasses qui tournent. Toutefois, le seul indice donné par ce chérubin est que le récipient est tracé de rouge… Pas de soucis, en bon travailleur lusitanien, un coup de vert suffit à rendre transparent le tout sans oublier de récupérer le précieux sésame. Un service en entraînant un autre, c’est au tour d’une autre attraction d’être réparée en bonne et due forme. Vous n’allez pas faire que ça le long d’Epic Mickey, rassurez-vous, bien des surprises vous attendent dans un lieu pas si accueillant qu’il en a l’air… Rendez-vous le mois prochain pour tâter la queue, heu, le pinceau de ce Mickey prometteur.