Halo 3 surgit sur Xbox Live

28 mai 2007
Rédigé par
Prévu sur
  • Éditeur Microsoft
  • Développeur Bungie
  • Sortie initiale 26 septembre 2007
  • Genre First Person Shooter

Quand un titre a tout inventé ou presque, difficile de voir ce qui fait sa différence. Les FPS sur console et en ligne lui ressemblent tous, Halo 3 ressemble donc aux autres. Qu'ont pu démontrer Bungie et Microsoft à travers la Bêta proposée aux joueurs ? Qu'au-delà des innovations, l'expérience et les valeurs sûres suffisent à dresser un mastodonte qui risque de tout ravager sur Xbox Live. Des premières impressions qui ressemblent à un avis de tempête.

Le porteur du drapeau arbore fièrement sa trouvaille et peut même frapper avec.

Un titan s'éveille

Peut-être avez-vous déjà eu la chance de piloter un Warthog, cette grosse Jeep de combat tirée tout droit de l’univers de Halo. Grisant n’est-ce pas ? Et vous faire rouler dessus par un tel engin, vous connaissez ? Si vous avez essayé le multi de Halo 2 ce malheur a déjà dû vous arriver. A toute vitesse, pas d’échappatoire possible. Halo 3 se présente un peu comme cet immense amas de métal que rien ne peut arrêter sur son passage. Rien de si réjouissant au programme pourtant : 3 maps mises à l’épreuve des joueurs avec une Bêta offrant des modes de jeu plutôt classiques. Reviennent les éternels affrontements un contre tous ou par équipe dans le mode Assassin, la domination d’une zone dans le mode Roi de la Colline, la Capture de Drapeau dans le camp adverse, etc. Mais il faut être honnête : ce petit "etc." de trois lettres recouvre en vérité une telle quantité de modes de jeux qu’il est impossible de les résumer. Les armes sont elles aussi nombreuses, avec des ajouts plutôt sympathiques. Et ce qui fait l’importance d’un tel titre, c’est la communauté. Rien qu’en Bêta les parties se lancent vite, par niveaux de joueurs plutôt équilibrés et procurent un plaisir immédiat. Sous des apparences presque rétrogrades, le multi de Halo 3 laisse pressentir la force qui gronde sous le champ de bataille.

Rien que sur les trois maps trois véhicules différents sont disponibles.

Place au jeu

Les premiers pas sur les cartes proposées laissent une impression mitigée. Le jeu n’est pas la claque visuelle que certains attendaient. Techniquement, rien à redire : les effets de lumière, d’eau, l’ensemble est fin et très fluide. C’est au niveau de la direction artistique que le titre semble avoir une génération de retard. Tout au moins Bungie peut-il revendiquer une fidélité à l’univers des précédents épisodes. Reste que les Master Chief en série manquent toujours autant de charisme. Pas de doute, c’est le jeu en tant que tel qui prédomine et il faut reconnaître que, de ce côté, les cartes sont très intéressantes. Valhalla est la plus vaste et la plus bucolique d’entre elles. Les deux bases de chacun des camps sont séparées par des collines et un cours d’eau, ce qui constitue un terrain de choix pour les sauts en véhicule. La grande particularité de cette carte vient de la façon dont les joueurs se lancent dans la bataille. Des propulseurs peuvent être utilisés pour se jeter dans les airs depuis les bases, ce qui permet d’aller plus vite au combat et d’entrevoir le champ de bataille depuis un point de vue privilégié l’espace de trois secondes. Snowbound est un zone enneigée constitué de nombreuses grottes souterraines. L’entrée de chacune de ces cavités est protégée par un champ de force, ce qui permet plusieurs opportunités stratégiques. High Ground enfin est le lieu privilégié pour participer à des parties de Capture de Drapeau. Cette carte toute en pente comporte un fortin à son sommet dont la porte principale peut être débloquée grâce à un interrupteur. Le nouveau module antigrav permettant de bondir de plusieurs mètres en hauteur y est particulièrement pratique pour les sièges.

Les tourelles de contrôle éliminent tout joueur cherchant à s'échapper.

Pas si Bêta que ça

L'antigrav est d’ailleurs un exemple des nouveautés qu’apporte ce troisième épisode. Un autre gadget peu utilisé durant les parties mais qui suscite de vives réactions est la bulle protectrice. Ce engin qui se jette comme une grenade fait apparaître un champ de force sphérique bloquant tout feu dans un sens comme dans l’autre mais laisse passer les joueurs eux-mêmes. De même, le drain d’énergie fonctionne comme une grenade avec une aire d’effet persistant quelques secondes et semant la panique chez l’ennemi. Les armes à feu comportent elles aussi leur lot d’innovations, notamment avec les armes lourdes qui vous font passer à la troisième personne pour mieux contempler l’action. C’est à vérifier sur le long terme, mais pour une version Bêta, le jeu semble d’ores et déjà bien équilibré, d’un niveau largement égal voire supérieur à la concurrence. Bungie a déjà fait de légères modifications, notamment au niveau des options de parties. Halo 3 réutilise le système déjà en place de "playlist" dans lequel vous déterminez le type de parties auquel vous voulez jouer. Seul contre tous, Assassin en équipe ou des parties plus originales telles que celles ou seuls des fusils de sniper et des fusils à pompes sont disponibles. Chacune d’entre elle se retrouve dans une "playlist" qui limite la recherche de parties. Allez faire un tour sur le site bungie.net si vous voulez voir quel suivi le développeur propose : rarement une communauté de joueurs aura été aussi choyée. Leaderboard, résumés de parties, statistiques complètes, tout est présent pour aller aussi loin que vous le souhaitez. Halo 3 ne s’annonce pas comme une révolution. Mais sa mécanique bien huilée et le savoir-faire des développeurs en font un futur hit incontournable du Xbox Live.