Ankama Play

31 mars 2011
Interview par adyboo

De 2008 à Islands of Wakfu

Le studio Ankama Play existe depuis maintenant plus de trois ans et nous livre son premier jeu sur XBLA en exclusivité : Islands of Wakfu. Indépendant mais rattaché au géant lillois Ankama, c'est avec simplicité et franchise que s'adresse à nous David Calvo et son équipe sur le projet longtemps développé, mais également sur leurs visions du milieu et son avenir.

"Fédérer un nouveau public, aussi à l'internationale"

Question classique pour se chauffer : pouvez-vous nous décrire l'univers d'Islands of Wakfu ?
David Calvo : Alors, il faut savoir que Wakfu se passe mille ans après Dofus, dans un monde détruit par un colosse qui s'appelle Ogrest. Afin de satisfaire les fans du jeu, nous avons décidé qu'Islands of Wakfu ce déroulerait dix mille ans avant Dofus.

Donc pourquoi avoir introduit le mot Wakfu alors qu'il arrive bien plus tard ?
D.C. : Parce que le Wakfu c'est comme La Force, une sorte d'énergie vitale bleue qui a été réduite au silence malgré elle mais qui existe depuis la nuit des temps. Vous allez pouvoir retrouver dans Islands of Wakfu qui utilisait ce pouvoir, de quelle manière, et comment ce peuple s'est éteint.

Du très célèbre MMORPG vous êtes passé à un jeu en 3D isométrique axé aventure/beat'em all/coopération. Vous n'avez pas peur de perdre les habitués du genre ?
D.C. : C'est le but ! Non pas de décevoir mais de fédérer un nouveau public, aussi à l'internationale, via ce genre. Il ne faut pas oublier que certains joueurs n'aiment pas les jeux de rôles tour par tour, le côté stratégique de la chose, alors le meilleur moyen est de partir sur des bases inconnues. Quant aux fans du MMO, nous n'avons que des retours positifs. En gros, je pense qu'il faut se mettre en tête que ce que nous allons perdre, nous pouvons éventuellement le gagner sur des joueurs prêts à tenter de nouvelles expériences. Nous n'avons pas spécialement peur de la réaction des gens car, et c'est le plus important, le jeu est réussi !

Nora et Efrim iront de pair dans cette aventure.

"Le dématérialisé, ça fait partie de la culture jeu vidéo et nous y sommes parés"

Vous travaillez sur le XBLA. Pourquoi avoir pris cette décision ?
D.C. : D'abord, Islands of Wakfu est une exclusivité Xbox. Ensuite, comme nous voulons faire connaître la licence aux autres pays, le marché américain est un bon test pour nous. C'est notre baptême du feu sur le marché des consoles et après avoir longtemps réfléchi sur "quelles plate-formes choisir", il est apparut que le PSN était moins développé quand nous avons commencé en 2008. Pour nous, le mot Arcade sonnait bien justement et représentait ces titres old school que nous apprécions, un peu rétro, alors forcément, nous avions envie d'être dans cette optique là.

Sachant que vous alliez être sur du dématérialisé, vous vous êtes résignés ou au contraire, c'est un choix évident ?
D.C. : C'est un choix, très clairement. Même dans l'avenir, nous n'envisageons pas une vente sur support à Ankama Play. Alors oui, il ne faut jamais dire jamais, toutefois notre but c'est vraiment du dématérialisé pour plusieurs raisons. Déjà le prix, pour contenter tout le monde, mais aussi le fait d'avoir le précieux sésame tout de suite, sans avoir besoin de se déplacer dans une boutique aussi vide de sens et déshumanisée. Encore, s'il existait comme à l'époque les petits disquaires qui avaient dans leurs locaux des sons que tu trouvais nulle part ailleurs, là je ne dis pas non, mais aujourd'hui ce n'est plus le cas. Les dealers de jeu sont partout, c'est vraiment beaucoup moins intéressant pour tout le monde. Autant aller sur le site web du créateur et le télécharger plutôt que de faire quinze minutes en grandes surfaces. Pour revenir plus sérieusement sur cette question, le dématérialisé, ça fait partie de la culture jeu vidéo et nous y sommes parés.

Islands of Wakfu impressionne visuellement.

"Sur chaque succès, il y aura des récompenses sur les MMO"

En restant sur le thème de la dématérialisation, vous aimeriez changer d'air pour développer sur téléphone portable ou attaquer le PSN/Steam ?
D.C. : Pour les mobiles, il y a une filiale d'Ankama qui s'appelle Kalmeo ayant déjà réalisé Dofus Battle sur iPhone et iPad. Quant à nous, l'iPad n'est pas encore assez démocratisé pour se lancer aussi dans l'aventure. Nous le trouvons encore assez bourgeois, dans l'idée d'un gadget pour geek, loin de la machine à jeux qu'il pourrait être. Et puis les politiques d'Apple... Bref, nous y allons étape par étape, avec Steam dans un coin de notre mémoire parce que c'est quand même un gros plus. Mais pour le reste, nous verrons d'ici là. Pour tout dire, nous n'y avons pas vraiment encore songé.

Ankama est partout : cartes, BD, magazines, etc. Est-ce qu'Islands of Wakfu fait partie de ce Cross-Média ou est-ce une entité à part entière dans laquelle va découler t-shirts, peluches et autres ?
D.C. : Bonne question ! Je dirais que ça fait partie du Trans-Média d'Ankama, il en est lui même une émanation. Nous n'avons rien de prévu autour de lui à part une peluche. Nous ne sommes pas un générateur quoique nous ne serions pas contre ! Si quelqu'un veut faire une BD avec nos héros Nora et Efrim, c'est avec plaisir ! Nous serions fiers de cette nouvelle. Malgré tout, ça m'étonnerait que ça arrive pour être franc. En revanche, nous avons un lien direct avec le jeu de rôle puisqu'à travers le titre sur Xbox, vous pourrez lier vos comptes Ankama et Microsoft et sur chaque succès, il y aura des récompenses sur les MMO.

Le pan explicatif en début de jeu. Un classique.

"Notre politique c'est d'ouvrir le jeu vidéo à tout le monde"

Ankama est partout, vous n'avez pas peur que ce soit trop et qu'au final, vous soyez pénalisés ?
D.C. : La firme est encore très française, nous ne sommes pas implantés à l'étranger, donc il n'y a pas à se préoccuper de ça pour le moment. De plus, voila une vision très "gamer centrique" de la chose, dans le sens où Ankama c'est une contre-culture qu'on le veuille ou non. Il y a des tas de gens qui connaissent la série, les jeux, les produits dérivés mais aucun ne sait que ça vient de Lille. Et c'est puissance mille par-delà les frontières. On a l'impression que c'est énorme alors qu'il faut relativiser. On ne dit pas ça pour tâcher la compagnie car c'est vraiment bon d'être présent sur tous les fronts, tout en étant invisible selon moi. La croissance reste contrôlée : le jeu de carte marche bien, la série télé marche bien aussi, nous espérons vous donner un titre de qualité, donc aujourd'hui il n'y a pas de spirale commerciale. Si c'était le cas, le jeu dématérialisé, tu pourrais l'oublier. On le vendrait à 70 euros au lieu de 8000 point (soit à peu près 10 euros). De toute façon, nous ne serions pas là si c'était le cas. Notre politique c'est d'ouvrir le jeu vidéo à tout le monde, pas le trip du joueur exclusif, surtout que nous pouvons proposer des gameplay très riches à des non-initiés. Cela dépend de la manière de les amener. Et puis à rester arche-bouté dans notre culture, ça fait du tort à tous. C'est pour cela qu'on entend encore dire "le jeu vidéo, c'est pour les jeunes", "c'est pour les nolife".

Après trois ans d'attente, vos prochaines réalisations seront-elles plus rapides ?
D.C. : Au niveau technique, nous avons appris beaucoup de choses sur les outils, les moteurs de jeu, donc c'est clair que nous allons gagner du temps sur les prochaines productions. Maintenant, nous sommes dans une grande période de Recherche et Développement. Malheureusement, nous avons fait plusieurs faux départ ce qui nous amène à mieux réfléchir sur les tenants et les aboutissants. D'ailleurs, tu remarqueras que c'est pour ça que tout le monde fait un numéro deux. Une suite, c'est tellement plus simple à gérer que de tout recréer. Pour Ankama Play, c'est pile poil entre les deux. Ce qui est sur, c'est que nous avons le soin d'aller plus vite. D'ailleurs, je viens d'avoir une autre idée... (NDR : Impossible d'en savoir d'avantage malgré la pression titanesque que j'ai exercé !)

Du mignon au côté obscure il n'y a qu'un pas.

"Pour nous, l'avenir parfait durerait vingt minutes"

Quel serait pour vous le genre idéal avec Dofus/Wakfu ?
D.C. : Pour nous, l'avenir parfait durerait vingt minutes. Mais vingt minutes de pures folies numériques, le temps d'un trajet, avec un gameplay en béton et un univers immersif. Comme ce n'est pas envisageable tout de suite, disons que de faire ressortir le dark side de cet environnent avec Ogrest en personnage jouable serait jouissif. Dans la même veine qu'un Giants : Citizen Kabuto dans lequel tu détruis tout sur ton passage. Ou alors proposer un jeu qui dure six jours et, à la fin du temps imparti, tu dois recommencer pour mieux faire, ou faire différemment. Il y a tout un tas d'idées intéressantes à exploiter. Tiens, pourquoi pas renforcer l'aspect des mondes persistants avec des récompenses, mais pas que. J'avoue que ce n'est pas simple mais ça fait rêver.

Dernière question qui n'a rien à voir avec Islands of Wakfu : quel héros de jeu vidéo serais-tu ?
D.C. : GladOS sans hésiter. Avec Strider et Max dans Sam & Max ! Que des réponses de gamers !